Skip to content
La Cour suprême du Royaume-Uni entendra plus d'arguments sur la suspension du parlement

DOSSIER DE PHOTOS: devant la Cour suprême du Royaume-Uni, des personnes protestent contre la décision du Premier ministre Boris Johnson de proroger le Parlement, à Londres, le 17 septembre 2019. REUTERS / Phil Noble

LONDRES (Reuters) – La Cour suprême du Royaume-Uni continuera à entendre mercredi les arguments juridiques du gouvernement et de ses opposants sur la question de savoir si le Premier ministre Boris Johnson a agi illégalement lorsqu'il a décidé de suspendre le Parlement dans la perspective du Brexit.

L’un des avocats de Johnson a déclaré mardi au tribunal que s’il perdait l’affaire, il pourrait rappeler le Parlement plus tôt que prévu.

L'audience, qui a débuté mardi, durera trois jours. Une décision pourrait être prise au plus tôt vers la fin de la journée de jeudi, mais probablement dans les jours suivants.

La législature a été prorogée ou suspendue le 10 septembre, après que Johnson eut officiellement informé la reine Elizabeth qu'il avait besoin de la fermer pendant cinq semaines afin de pouvoir se préparer à la présentation d'un nouveau programme législatif.

La reprise de la réunion est prévue pour le 14 octobre, deux semaines à peine avant la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 octobre.

Les opposants à Johnson ont déclaré que le véritable objectif de la suspension était d'empêcher le Parlement, où il n'a pas de majorité, de contester sa gestion du Brexit. En particulier, Johnson a déclaré qu'il entraînerait la Grande-Bretagne hors de l'UE, qu'un accord de divorce soit conclu avec les 27 autres membres du bloc, une position rejetée par la majorité des législateurs.

La juriste de la femme d'affaires et militante Gina Miller, l'une des personnes qui ont entamé des poursuites judiciaires à ce sujet, a déclaré mardi à la cour qu'aucun autre Premier ministre n'avait abusé du pouvoir de proroger le Parlement de cette manière depuis 50 ans.

Mercredi, le tribunal entendra les arguments d’un autre avocat de Johnson, qui répondra spécifiquement à la contestation présentée par Miller. Il entendra également les observations d’un avocat de l’un des autres adversaires de Johnson, la députée écossaise Joanna Cherry.

Reportage par Estelle Shirbon; édité par Kate Holton

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *