La Cour suprême du Canada entend les arguments concernant l’Entente sur les tiers pays sûrs

TORONTO — Le plus haut tribunal du Canada doit entendre jeudi les arguments sur la question de savoir si les États-Unis sont une destination sûre pour les demandeurs d’asile.

La Cette affaire, qui est surveillée de près à Ottawa et à Washington, pourrait bouleverser l’accord en vertu duquel les deux pays partagent depuis près de deux décennies la responsabilité des migrants ayant besoin de protection.

L’enjeu est la constitutionnalité de l’Entente sur les tiers pays sûrs, le pacte de 2004 entre les deux pays. En vertu de l’accord, les demandeurs d’asile qui entrent au Canada par les passages frontaliers terrestres officiels sont renvoyés aux États-Unis, et vice versa. Le principe est que les deux nations respectent leurs obligations en vertu du droit international des réfugiés et sont en sécurité pour ceux qui cherchent refuge, de sorte que les demandeurs doivent demander la protection dans le pays où ils arrivent pour la première fois.

Les appelants dans l’affaire devant la Cour suprême du Canada contestent les fondements de l’entente.

Il s’agit notamment d’une femme salvadorienne et de ses filles qui ont fui la persécution fondée sur le sexe et la violence des gangs ; une famille de Syrie qui a demandé l’asile au Canada après que le président Donald Trump a émis un décret exécutif interdisant l’entrée aux personnes de sept pays à majorité musulmane; et une femme musulmane d’Éthiopie qui craignait son appartenance ethnique oromo en a fait une cible de persécution.

Ils soutiennent que le pacte viole le droit à « la vie, la liberté et la sécurité de la personne » garanti par la constitution du Canada, car il soumet les demandeurs d’asile qui sont renvoyés aux États-Unis à une éventuelle détention du côté américain, à un renvoi vers les pays et à la persécution. ils ont cherché à fuir.

Cela, disent-ils, expose les deux pays au risque de violer les conventions internationales sur les réfugiés qui engagent les signataires au principe de non-refoulement – s’abstenir de renvoyer les réfugiés et les demandeurs d’asile dans des pays où ils pourraient subir la persécution ou la torture qu’ils cherchaient à fuir .

« En l’absence de l’intervention de ce tribunal, des réfugiés continueront d’être transférés aux États-Unis malgré le risque réel de refoulement par les États-Unis pour certains d’entre eux », ont écrit les appelants dans leur mémoire au tribunal.

Un tribunal canadien déclare que renvoyer des demandeurs d’asile aux États-Unis viole leurs droits

Les ministres canadiens de l’Immigration et de la Sécurité publique rétorquent dans des documents déposés devant les tribunaux que le processus américain de règlement des demandes d’asile est “robuste et équitable” avec “des protections et des garanties intégrées conformes à ses obligations de non-refoulement”.

“Les preuves … montrent que le maintien de la désignation des États-Unis reste raisonnable”, ont-ils écrit. (Le gouvernement canadien ne rend pas cette preuve publique.)

Un tribunal fédéral canadien n’était pas d’accord. Dans une décision de 2020, le tribunal d’Ottawa a déclaré que même s’il n’était pas du « rôle de la Cour de rendre un jugement sur le système d’asile américain », l’Accord sur les tiers pays sûrs violait le droit constitutionnel à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne.

La juge Ann Marie McDonald a évoqué le cas de Nedira Mustefa, la demandeuse d’asile éthiopienne. Après que le Canada l’a renvoyée aux États-Unis en 2017, elle a été détenue et placée temporairement à l’isolement.

“Les preuves établissent que… l’application” de l’accord “provoquera certaines réactions connues de la part des responsables américains”, a écrit McDonald. « Le Canada ne peut pas fermer les yeux sur les conséquences… Les preuves démontrent clairement que ceux qui sont revenus… sont détenus à titre de sanction.

Le Canada refuse les demandeurs d’asile à la frontière. Aux États-Unis, ils risquent la déportation.

L’année dernière, une cour d’appel fédérale a annulé la décision du tribunal inférieur – en partie, a-t-elle déclaré, parce que les preuves rassemblées par les demandeurs d’asile, “bien que volumineuses, sont quelque peu fragmentaires et individualisées et, par conséquent, sont problématiques pour tirer des conclusions à l’échelle du système concernant la situation dans les États Unis.”

Les demandeurs et plusieurs groupes de défense, dont Amnesty International, ont fait appel devant la Cour suprême.

L’Entente sur les tiers pays sûrs suscite depuis longtemps les critiques des défenseurs des réfugiés et des groupes de défense des droits de la personne. En 2007, ils ont réussi à demander à un tribunal de déclarer les États-Unis dangereux pour les réfugiés, mais cela a également été annulé en appel.

Un mort à la frontière canadienne : un dominicain tentait de joindre sa fille aux États-Unis

L’accord a attiré plus d’attention ici ces dernières années parce qu’il y a une échappatoire. Alors que les demandeurs d’asile qui entrent dans le pays aux points de passage frontaliers terrestres officiels sont renvoyés aux États-Unis, ceux qui entrent sans autorisation ailleurs le long de la frontière de 5 500 milles peuvent rester et déposer leurs demandes.

Depuis 2017, plus de 67 800 demandeurs d’asile sont entrés au Canada par ces points de passage et ont déposé des demandes de protection. Environ 28 300 demandes ont été acceptées ; environ 19 600 ont été rejetés.

Le nombre de demandeurs d’asile entrant au Canada par des points d’entrée non officiels a fortement augmenté sous Trump, qui cherchait à limiter l’immigration légale, l’immigration illégale et l’asile.

Certains ont traîné leurs affaires à travers la frontière lors de périlleux voyages hivernaux, perdant des membres à cause des engelures.

Dans une torsion, le Canada demande aux États-Unis de l’aide pour sévir à sa frontière sud

Ces traversées n’ont pas diminué sous le président Biden. La Gendarmerie royale du Canada a «intercepté» plus de 23 000 demandeurs d’asile à des passages frontaliers non officiels au cours des huit premiers mois de cette année – le plus depuis que le Canada a commencé à suivre ce nombre en 2017.

“Alors que, oui, sous l’administration Trump, il y avait de nombreux exemples de traitement vraiment horrible des immigrés et des réfugiés … ce n’est pas le cas maintenant qu’il y a une nouvelle administration au pouvoir, donc il n’y a plus de souci”, a déclaré Julia Sande, une défenseure des droits de l’homme. militante du droit d’Amnesty International au Canada. “Beaucoup d’inquiétudes demeurent.”

Un homme de Floride arrêté après que 4 personnes, dont un bébé et un adolescent, ont été retrouvées mortes près de la frontière canado-américaine

Le gouvernement du premier ministre Justin Trudeau a pressé les responsables américains d’étendre l’Entente sur les tiers pays sûrs pour couvrir l’ensemble de la frontière canado-américaine, et pas seulement les passages officiels. Les défenseurs soutiennent que cela n’arrêterait pas le mouvement des demandeurs d’asile ; ce serait juste les poussent à emprunter des voies plus dangereuses pour éviter les autorités.

Le département de la Sécurité intérieure n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Les ministres canadiens, dans leur mémoire à la cour, ont demandé que toute déclaration d’invalidité de l’accord être suspendu pendant 12 mois afin que le gouvernement puisse réagir. Ils ont déclaré qu’il y aurait probablement des problèmes opérationnels à la frontière canado-américaine, car cela signifierait que les demandeurs d’asile pourraient faire des demandes aux points de passage terrestres officiels.

« Il est essentiel pendant cette période de préserver la certitude et l’ordre à la frontière terrestre du Canada », ont écrit les ministres. “Il peut y avoir une gamme de recours à la disposition du gouvernement pour répondre à la déclaration et il existe d’importantes questions politiques concurrentes et complexes, y compris des considérations de politique étrangère qui doivent être prises en compte.”