Skip to content
La Corée du Sud imposera une quarantaine obligatoire de coronavirus à toutes les arrivées

PHOTO DE DOSSIER: Des femmes portant des masques pour se protéger contre la maladie à coronavirus (COVID-19) marchent dans une rue de Séoul, en Corée du Sud, le 25 mars 2020. REUTERS / Kim Hong-ji

SÉOUL (Reuters) – Toute personne arrivant en Corée du Sud depuis l'étranger devra bientôt subir une quarantaine de deux semaines pour empêcher la propagation du nouveau coronavirus, a déclaré dimanche le Premier ministre du pays.

La Corée du Sud a confirmé 105 nouveaux cas de coronavirus samedi, portant le total du pays à 9 583, ont annoncé dimanche les Centres coréens de contrôle et de prévention des maladies.

Parmi les nouveaux cas, 41 étaient des voyageurs en provenance de l'étranger, dont 40 citoyens sud-coréens et un étranger, a indiqué le KCDC.

Le nouvel isolement obligatoire pour toutes les arrivées entrera en vigueur le 1er avril, a déclaré le Premier ministre Chung Sye-kyun lors d'une réunion du gouvernement.

"Afin de bloquer efficacement l'entrée à des fins non importantes telles que le tourisme, nous étendrons également la mesure de quarantaine obligatoire à tous les étrangers qui viennent pour de courts séjours", a-t-il déclaré.

La politique s'appliquera également aux citoyens sud-coréens. Si les étrangers n'ont pas de résidence dans le pays, ils seront mis en quarantaine dans les installations désignées par le gouvernement à leurs propres frais, a ajouté Chung.

Actuellement, les personnes arrivant des États-Unis doivent passer deux semaines en quarantaine et celles qui présentent des symptômes, comme la fièvre, doivent subir un test de dépistage du coronavirus. Des règles plus strictes, notamment un test obligatoire et une mise en quarantaine, sont entrées en vigueur jeudi pour les visiteurs européens titulaires d'un visa de longue durée.

La Corée du Sud a installé des stations d’essai «à pied» à l’aéroport d’Incheon, le plus grand du pays, pour répondre aux besoins en matière de contrôles.

Le gouvernement a déclaré vendredi qu'il exigerait que tous les vols entrants vérifient la température des passagers à partir de lundi et que toute personne ayant une température supérieure à 37,5 degrés Celsius (99,5 degrés Fahrenheit) se voit refuser l'entrée.

Rapport de Josh Smith; édité par Simon Cameron-Moore et Christian Schmollinger