Skip to content
La Corée du Nord demande aux États-Unis de ne pas ignorer le délai de fin d'année de l'amitié Trump-Kim: KCNA

PHOTO DE FICHIER: une personne passe devant une bannière arborant des drapeaux nord-coréen et américain devant la Corée du Nord. sommet à Hanoi, Vietnam, le 25 février 2019. REUTERS / Kim Kyung-Hoon

SEOUL (Reuters) – La Corée du Nord a déclaré dimanche que les relations entre la Corée du Nord et les États-Unis n'avaient pas progressé, et que les hostilités pouvant conduire à un échange de tirs se sont poursuivies, selon l'agence de presse d'Etat KCNA.

Dans une déclaration sous le nom de Kim Yong Chol, haut responsable de la Corée du Nord, KCNA a déclaré qu'il serait erroné de laisser les États-Unis ignorer l'échéance de fin d'année des relations personnelles étroites du président américain Donald Trump et du dirigeant nord-coréen, Kim Jong Un. ”

Kim Jong Un a fixé un délai de fin d'année pour les négociations de dénucléarisation avec Washington.

Kim Yong Chol était l'envoyé américain en négociations nucléaires aux pourparlers entre les deux pays avant le deuxième sommet entre Trump et Kim Jong Un au Vietnam en février s'est soldé par un échec.

Kim Yong Chol a déclaré que les États-Unis exerçaient des pressions sur la Corée du Nord de manière "plus sournoise et plus sournoise" au lieu de suivre l'appel lancé par la Corée du Nord à Washington d'adopter une nouvelle approche, ajoutant que les États-Unis poussaient avec persistance d'autres pays à imposer des sanctions de l'ONU sur la Corée du Nord.

Selon le communiqué, Kim Yong Chol aurait déclaré espérer que les relations américano-nord-coréennes ne soulignent pas qu '"il y a des ennemis permanents mais pas d'amis permanents".

Cette déclaration intervient quelques jours à peine après que la Corée du Nord a demandé à la Corée du Sud de discuter de la suppression de ses installations de la station balnéaire du Mont Kumgang, un symbole clé de la coopération que Pyongyang a récemment qualifié de "minable" et de "capitaliste".

La Corée du Nord a envoyé vendredi des notifications au ministère de l'Unification du Sud, qui gère les problèmes entre les deux parties, et au groupe Hyundai, dont l'affilié, Hyundai Asan Corp, a construit les installations de villégiature, demandant leur démolition et demandant une discussion par l'échange de documents, a indiqué le ministère. .

Reportage par Heekyong Yang; Édité par Daniel Wallis et; Sandra Maler

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *