La conférence du travail soutient les sanctions contre Israël pour sa politique d' »apartheid » envers les Palestiniens

Les délégués travaillistes ont déclenché une querelle avec la direction du parti en exigeant des sanctions contre Israël pour sa politique « d’apartheid » envers les Palestiniens.

La motion adoptée par la conférence de Brighton exige une action qui arrête « la construction de colonies, annule toute annexion, met fin à l’occupation de la Cisjordanie, au blocus de Gaza ».

Des sanctions devraient également être imposées pour s’assurer qu’Israël « fait tomber le mur [in the West Bank] et respecte le droit du peuple palestinien, inscrit dans le droit international, à retourner dans leurs foyers », déclare-t-il.

La motion note les rapports des groupes de défense des droits de l’homme qui « concluent sans équivoque qu’Israël pratique le crime d’apartheid tel que défini par l’ONU ».

Mais Lisa Nandy, la secrétaire aux Affaires étrangères fantôme, a rapidement pris ses distances avec la motion – insistant sur le fait que le parti travailliste doit suivre «une approche juste et équilibrée».

« Il ne peut y avoir de paix durable que grâce à un Israël sûr et sécurisé existant aux côtés d’un État palestinien souverain et viable », a déclaré Mme Nandy.

« Par conséquent, nous ne pouvons pas appuyer cette motion. Il n’aborde pas les problèmes du conflit israélo-palestinien de manière globale ou équilibrée. »

La politique du travail consiste à « condamner le recours inacceptable à la violence contre les civils de toutes parts », a déclaré Mme Nandy dans un communiqué.

Elle a ajouté : « Il n’y aura pas de paix juste et durable tant que l’occupation n’aura pas pris fin définitivement, et que les Palestiniens comme les Israéliens jouiront de la sécurité, de la dignité et des droits humains. Nous condamnons toutes les actions qui rendent cet objectif plus difficile. »

L’affrontement est intervenu alors que Keir Starmer célébrait le retour de Louise Ellman, une ancienne députée travailliste juive, qui a démissionné pour protester contre le scandale d’antisémitisme sous la direction de Jeremy Corbyn.

Dame Louise a annoncé: « Aujourd’hui, j’ai rejoint le Labour, retournant dans mon foyer politique » – salué, par les assistants du parti, comme une étape majeure vers l’effacement de la tache d’antisémitisme.

plus suit

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments