La Commission européenne veut que 6 membres assouplissent les restrictions aux frontières liées à Covid alors que l’Allemagne défend les bordures

La Commission européenne a déclaré à six pays que leurs restrictions à la frontière Covid étaient «allées trop loin» et devaient être assouplies après qu’un ministre allemand ait défendu les mesures du pays visant à lutter contre la propagation de nouvelles souches du virus.

Le commissaire à la justice de la CE, Didier Reynders, a déclaré que la Belgique, le Danemark, la Finlande, l’Allemagne, la Hongrie et la Suède avaient 10 jours pour justifier les restrictions le long de leurs frontières ou pour assouplir les mesures, en faveur d’une «Approche coordonnée».

Il est nécessaire de revenir à une approche coordonnée de toutes les mesures prises dans les relations avec la libre circulation des personnes et des biens.

L’instruction de l’UE a été émise alors que le bloc craint que les pays adoptant leur propre approche «Fragmentation et perturbation», citant des problèmes survenus au cours des dernières semaines.

Aussi sur rt.com

La deuxième région française se prépare à de nouvelles restrictions Covid-19 alors que le Premier ministre est préoccupé par la «  forte détérioration des indicateurs de santé  » à Dunkerque

Les remarques de Reynders ont été faites le même jour que le ministre allemand de l’Europe, Michael Roth, a défendu la décision de son pays de limiter les voyages à travers sa frontière, affirmant qu’il était nécessaire de se protéger contre les nouvelles souches de Covid-19.

S’exprimant avant une réunion de l’UE qui a eu lieu mardi, Roth a déclaré que «La protection de nos citoyens est primordiale», même si ces mesures «Exercent une pression considérable sur les régions frontalières, les navetteurs et le transport de marchandises.»

Roth a indiqué que le gouvernement de son pays serait disposé à s’engager dans une coordination avec d’autres pays européens, citant le contact étroit qui est maintenu avec la France pour assurer des contrôles frontaliers efficaces et sans heurts entre les deux parties. Il n’a pas suggéré si le gouvernement serait disposé à assouplir les mesures si l’UE y faisait pression.

Didier et la Commission européenne n’ont pas précisé les conséquences éventuelles auxquelles seraient confrontés les pays qui n’auraient pas justifié ou supprimé les restrictions aux frontières.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!