Dernières Nouvelles | News 24

La Colombie commence à explorer le « Saint Graal des épaves »

Le gouvernement colombien a commencé à explorer un galion espagnol coulé du XVIIIe siècle, surnommé le « Saint Graal des épaves ».

La nation sud-américaine a également déclaré une zone archéologique protégée autour du galion San José, coulé par la Royal Navy britannique en 1708 dans la mer des Caraïbes.

Le navire, dont la propriété reste contestée, transportait l’une des plus grandes cargaisons d’objets de valeur jamais perdues en mer lorsqu’il a été attaqué juste à l’extérieur de la ville colombienne de Carthagène.

On estime qu’il recèle jusqu’à 16 milliards de livres sterling (20 milliards de dollars) de trésors.

  • Auteur, Cachella Smith
  • Rôle, nouvelles de la BBC

La première étape du projet de recherche – décrite comme une « phase de caractérisation » – utilisera des capteurs à distance pour générer des images du site afin de dresser un inventaire du matériel archéologique présent sur les fonds marins.

Des robots sous-marins effectueront également des relevés autour de l’épave, qui seront utilisés pour éclairer les études universitaires, a indiqué l’Institut colombien d’anthropologie et d’histoire.

Les phases ultérieures dépendront de ce qui se révélera au cours de cette première phase du projet, ajoute-t-il.

Source des images, Gouvernement colombien

Légende, Le galion San José a été coulé par les Britanniques en 1708

Le titre du projet se traduit par « vers le cœur du galion de San José ».

Juan David Correa, ministre colombien de la Culture, a qualifié l’expédition exploratoire de « sans précédent ».

Le gouvernement colombien a déclaré que la déclaration du site comme zone protégée permettrait de le préserver, compte tenu de sa « haute valeur scientifique et patrimoniale ».

La Colombie a annoncé la découverte de l’épave en 2015 – mais elle est sujette à des différends juridiques de longue date quant à savoir à qui appartient le contenu du navire.

La société américaine de sauvetage Sea Search Armada est l’une des parties qui en revendique, comme l’Espagne l’a déjà fait auparavant.

Le gouvernement colombien a déclaré qu’aucune fouille archéologique n’était prévue dans la phase initiale du projet.


Source link