La Chine s'oppose aux sanctions unilatérales contre ses unités alors que les États-Unis sont sur la liste noire de Huawei

0 30

PEKING (Reuters) – La Chine s'oppose fermement aux autres pays qui imposent des sanctions unilatérales aux entreprises chinoises, a déclaré jeudi un porte-parole du ministère du Commerce en réponse aux récentes restrictions américaines imposées au géant des télécommunications Huawei Technologies.

Les Etats-Unis devraient éviter de s'ingérer davantage dans les relations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, a déclaré le porte-parole Gao Feng aux journalistes lors d'une réunion hebdomadaire.

Le département américain du Commerce a annoncé mercredi l'inclusion de Huawei Technologies Co. et de 70 filiales dans sa "liste d'entités" afin de permettre au géant chinois des télécommunications d'acquérir des composants et des technologies auprès de sociétés américaines sans l'accord du gouvernement américain. d'interdire.

Mercredi, le président Donald Trump a signé séparément un décret interdisant aux entreprises américaines d’utiliser du matériel de télécommunication provenant d’entreprises présentant un risque pour la sécurité nationale.

L'ordre n'identifiait pas spécifiquement un pays ou une entreprise, mais des responsables américains ont précédemment classé Huawei dans la catégorie "menace" et ont choisi de ne pas utiliser les périphériques réseau Huawei dans les réseaux 5G de prochaine génération.

"La Chine a souligné à plusieurs reprises que le concept de sécurité nationale ne devrait pas être utilisé à mauvais escient et utilisé comme un outil de protectionnisme commercial", a déclaré Gao.

"La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour protéger résolument les droits légitimes des entreprises chinoises".

Le ministre du Commerce, Wilbur Ross, a déclaré que M. Trump soutenait la décision "d'empêcher que des entreprises étrangères n'utilisent la technologie américaine de manière à nuire à la sécurité nationale ou aux intérêts de la politique étrangère des États-Unis".

En réponse, Huawei, qui rejette ses produits comme une menace pour la sécurité, a déclaré être "disposé à coopérer avec le gouvernement américain et à prendre des mesures efficaces pour assurer la sécurité des produits".

Restreindre les activités de Huawei aux États-Unis «limiterait les États-Unis à des solutions de rechange moins coûteuses et plus coûteuses, et laisserait les États-Unis en arrière dans le déploiement de la 5G, portant ainsi atteinte aux intérêts des entreprises et des consommateurs américains»

La répression contre Huawei a eu lieu lorsque le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a annoncé qu'il se rendrait bientôt en Chine pour poursuivre les négociations commerciales.

Les perspectives de négociations ultérieures ont été remises en question après que les deux plus grandes économies mondiales ont augmenté les droits de douane sur leurs produits la semaine dernière.

Trump a adouci sa rhétorique commerciale mardi, insistant sur le fait que les discussions ne s'étaient pas effondrées. Il a également annoncé son intention de rencontrer le président chinois Xi Jinping lors d'un sommet du G20 au Japon à la fin du mois prochain.

Lorsqu'on a demandé à Gao si Trump et Xi devaient se rencontrer pour régler le différend commercial, il a répondu que ce n'était pas vrai.

Cependant, il a ajouté qu'il n'avait aucune information sur les projets d'une délégation commerciale américaine en Chine à ce moment-là.

Alors que les négociations en vue de résoudre la guerre commerciale américano-chinoise stagnaient la semaine dernière, les États-Unis ont accru la pression en augmentant les droits de douane sur une liste d'importations chinoises de 200 milliards de dollars, passant de 10% à 25%.

Les smartphones Huawei seront présentés dans un centre commercial à Shanghai, en Chine, le 16 mai 2019. REUTERS / Aly Song

La Chine a riposté en imposant des droits de douane plus élevés sur une liste révisée de produits américains d'une valeur de 60 milliards de dollars.

Trump a menacé d’imposer 25% de droits de douane sur des produits chinois supplémentaires d’une valeur de 300 milliards de dollars.

La Chine a déclaré qu'elle ne céderait pas la pression et que les États-Unis ne devraient pas sous-estimer leur détermination à protéger leurs intérêts.

Reportage de Yawen Chen et Se Young Lee; Écrit par Ryan Woo; Arrangement de Simon Cameron-Moore et Kim Coghill

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More