OTTAWA –

Une unité de recherche fédérale a détecté ce qui pourrait être une opération d’information du Parti communiste chinois visant à décourager les Canadiens d’origine chinoise de voter pour les conservateurs lors des dernières élections fédérales.

L’analyse du 13 septembre 2021 par Rapid Response Mechanism Canada, qui suit l’ingérence étrangère, indique que des chercheurs ont observé des comptes de médias du Parti communiste sur la plateforme de médias sociaux chinois Douyin partageant largement un récit selon lequel les conservateurs rompraient pratiquement les relations diplomatiques avec Pékin.

Le rapport, obtenu par La Presse canadienne en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, a été préparé une semaine seulement avant que les Canadiens ne se rendent aux urnes.

Les libéraux de Justin Trudeau sont sortis du scrutin national du 20 septembre avec un mandat minoritaire renouvelé, tandis que les conservateurs, dirigés par Erin O’Toole, formaient l’opposition officielle.

O’Toole, qui n’est plus chef, a affirmé dans un podcast enregistré ce mois-ci que les conservateurs avaient perdu huit ou neuf sièges à cause de l’ingérence étrangère de la Chine.

Mécanisme de réponse rapide Canada, basé à Affaires mondiales Canada, produit des analyses de données ouvertes pour tracer les tendances, les stratégies et les tactiques en matière d’ingérence étrangère.

Son travail soutient le G7 RRM, une initiative visant à renforcer la coordination pour identifier et répondre aux menaces pesant sur les grandes démocraties industrielles.

L’analyse des messages sur le parti conservateur faisait partie des efforts de RRM Canada pour surveiller l’environnement de l’information numérique afin de détecter des signes de manipulation de l’information parrainée par un État étranger lors de l’élection générale.

Le député conservateur Michael Chong, porte-parole du parti en matière d’affaires étrangères, a déclaré dans une interview que l’analyse est “une autre preuve que la direction communiste de Pékin est intervenue lors des dernières élections générales en diffusant de la désinformation”.

RRM Canada affirme avoir examiné manuellement les plateformes de médias sociaux chinois, notamment WeChat, Douyin, Weibo, Xigua et Bilibili, et effectué une analyse numérique médico-légale open source à l’aide d’archives de sites Web, d’outils d’écoute sociale et d’outils de classement des médias sociaux multiplateformes.

Les analystes ont d’abord remarqué le récit sur les conservateurs dans deux articles publiés le 8 septembre par le Global Times, un tabloïd des médias appartenant à l’État.

RRM Canada pense que la couverture du Global Times a été motivée par un article paru dans le journal Hill Times d’Ottawa qui examinait les positions des partis canadiens sur les relations entre le Canada et la Chine. L’analyse indique qu’il est probable que le Global Times ait été la première publication chinoise à reprendre le contenu de la publication d’Ottawa, ses deux articles obtenant plus de 100 000 pages vues chacun.

RRM Canada note que le moment a coïncidé avec le premier débat des chefs fédéraux et des chiffres de sondage de plus en plus serrés. Des articles similaires publiés par les principaux médias canadiens plus tôt en septembre, ainsi que la plate-forme du parti conservateur publiée en août, n’ont suscité aucune réponse de la part des médias contrôlés par l’État en Chine, selon l’analyse.

Plusieurs comptes d’actualités WeChat populaires axés sur le Canada ont commencé à s’engager avec le récit du Global Times le 9 septembre, copiant le contenu et la forme sans créditer la publication, « obscurcissant le point d’origine du récit », ont constaté les analystes.

Les comptes ont également ajouté des commentaires sur les conservateurs aux articles, tels que “les Chinois sont effrayés par la plate-forme”, et se sont demandé si “les compatriotes chinois devraient soutenir les conservateurs s’ils utilisent cette rhétorique”.

“Sauf mention contraire, les utilisateurs de WeChat ne sauraient pas que le récit sur les conservateurs et O’Toole provient du Global Times et supposeraient que les articles étaient des reportages originaux des comptes canadiens de WeChat.”

De nombreux comptes de nouvelles WeChat qui desservent les Canadiens sont enregistrés auprès de personnes en Chine et, bien qu’il s’agisse de sources d’information bien établies, “certains peuvent avoir des liens peu clairs” avec des groupes de médias du Parti communiste chinois, selon l’analyse.

Les chercheurs ont été “incapables de déterminer s’il existe une coordination entre les médias du PCC qui ont initialement promu le récit et les comptes d’actualités populaires WeChat qui desservent les Canadiens d’expression chinoise et qui amplifient maintenant le récit”, met en garde l’analyse du 13 septembre.

“RRM Canada n’est pas non plus en mesure de déterminer s’il y a eu une activité non authentique qui a stimulé l’engagement des utilisateurs avec le récit, car les plateformes de médias sociaux chinois sont complètement non transparentes.”

Cependant, les comptes rendus des médias du Parti communiste sur Douyin, la version chinoise de TikTok, ont publié des vidéos qui reprenaient un titre du Global Times du 8 septembre, selon l’analyse. Par exemple, le compte Douyin de Xinhua, l’agence de presse d’État chinoise, a partagé une vidéo disant que la plate-forme conservatrice mentionne la Chine “31 fois” et qu’un “expert” dit que le parti “veut presque rompre les relations diplomatiques avec la Chine”.

L’ambassade de Chine à Ottawa n’a pas répondu à une demande de commentaires sur l’analyse de RRM Canada.

Parmi les planches de la plate-forme conservatrice de la campagne électorale, il y avait des promesses de tenir tête à Pékin sur les questions de droits de l’homme, de diversifier les chaînes d’approvisionnement pour les éloigner de la Chine, d’adopter une présomption contre le fait de permettre aux entités d’État de Pékin de prendre le contrôle d’entreprises canadiennes et de travailler à moins de dépendance mondiale à l’égard des minéraux critiques en provenance de Chine.

Chong dit qu’il est clair que des mandataires ont répandu de la désinformation au nom de Pékin lors des élections fédérales.

“Il est difficile de mesurer si c’était la raison de la perte de certains députés conservateurs. Mais je pense que nous pouvons dire en toute sécurité que c’était un facteur contributif.”

Si Pékin arrive à la même conclusion, la Chine “pourrait très bien être encouragée à faire quelque chose de beaucoup plus important lors d’une future élection fédérale, sapant notre processus démocratique”, a déclaré Chong.

En vertu d’un protocole fédéral, il y aurait une annonce publique si un groupe de hauts fonctionnaires déterminait qu’un incident – ​​ou une accumulation d’incidents – menaçait la capacité du Canada à tenir des élections libres et équitables. Il n’y avait pas eu d’annonce de ce genre l’année dernière.

Lors d’une réunion d’un comité de la Chambre des communes au début du mois, Bill Blair, ministre de la Sécurité publique pendant la campagne électorale, a déclaré que si “nous avons tous entendu des anecdotes et des opinions diverses”, il n’avait reçu directement “aucune information de nos services de renseignement” qui fourni des preuves d’ingérence étrangère dans la campagne.

Le sous-ministre Rob Stewart a déclaré lors de la réunion qu’il y avait, “comme on pouvait s’y attendre”, des activités sur les réseaux sociaux qui constitueraient de la désinformation et des tentatives d’influencer les votes. “Il n’y avait aucune menace pour l’intégrité globale de l’élection.”

Le Canadian Election Misinformation Project, qui a réuni plusieurs chercheurs universitaires, a découvert que des responsables chinois et des médias d’État avaient commenté l’élection dans le but apparent de convaincre les Canadiens d’origine chinoise de voter contre le parti conservateur en 2021.

“Des informations trompeuses et des informations critiquant certains candidats ont circulé sur les plateformes de médias sociaux en langue chinoise. Cependant, nous ne trouvons aucune preuve que l’ingérence chinoise ait eu un impact significatif sur l’ensemble des élections.”

Les conservateurs “auraient pu faire un meilleur travail” pour contrer de tels messages, a déclaré Chong. “De toute évidence, nous ne l’avons pas fait, et c’est une leçon apprise.”

Même ainsi, le gouvernement fédéral doit lutter activement contre la désinformation étrangère entre les campagnes électorales, a déclaré Chong. Pendant les campagnes, le gouvernement devrait rendre immédiatement disponibles les analyses du mécanisme de réponse rapide pour informer le public, a-t-il ajouté.

Fen Hampson, professeur d’affaires internationales à l’Université Carleton qui surveille de près la Chine, convient qu’une plus grande transparence serait bénéfique.

Il plaide pour l’élargissement du processus d’analyse, peut-être par la création d’un centre comprenant des acteurs non gouvernementaux, rassemblant des informations de diverses sources et publiant régulièrement des rapports sur l’ingérence étrangère apparente.

“Cela le sort de l’arène politique intérieure, qui sera toujours très chargée.”


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 23 juin 2022.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
S'il y a une plainte concernant une actualité ou si vous souhaitez la supprimer ou la corriger, n'hésitez pas à nous contacter