Skip to content

COncerns a incité les responsables à prendre des dispositions pour que des policiers et des membres du personnel de la Garde côtière japonaise soient déployés dans la région tout au long de la saison.

Cependant, avec seulement une dizaine de membres d'un groupe japonais de défense des droits des animaux réunis dans le port, les premiers bateaux sont partis du port sans entrave.

"Grâce à la sécurité, nous pouvons (chasser) avec facilité", a déclaré à Kyodo News Teruto Seko, chef de la coopérative de pêche.

La dernière saison de chasse s'est déroulée malgré les poursuites judiciaires intentées au Japon par des activistes plus tôt cette année pour tenter de bloquer cette pratique. La plainte, déposée devant un tribunal de Wakayama, affirmait que les dauphins étaient des mammifères biologiques et que la cruauté qui leur était infligée était «illégale» au regard de la législation japonaise.

Le gouvernement japonais a défendu la chasse aux dauphins par le passé. Yoshihide Suga, secrétaire général du Cabinet, a déclaré il y a cinq ans qu'il s'agissait d'une «forme de pêche traditionnelle dans notre pays».

Ses commentaires répondaient aux critiques de Caroline Kennedy, alors ambassadrice américaine au Japon, aux côtés de nombreux autres critiques de premier plan, dont Yoko Ono.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *