La baisse de la production de pétrole de l’OPEP Plus alimente les craintes d’une récession économique en Europe

PARIS — Les économistes européens s’inquiètent d’un risque accru de récession et d’une Russie renforcée jeudi, après l’OPEP Plus, la coalition des pays producteurs de pétrole dirigée par la Russie et l’Arabie saoudite, annoncé qu’il réduira la production de pétrole de 2 millions de barils par jour.

Les plans de la coalition ont provoqué une réaction fulgurante de la part des responsables de la Maison Blanche, qui avaient fait pression de manière agressive sur le consortium pour qu’il poursuive la production aux niveaux actuels ou supérieurs.

Alors que les réactions initiales étaient plus modérées dans l’Union européenne, la réduction de la production intervient alors que le bloc des 27 nations se prépare à un ralentissement marqué de la croissance économique lié à la hausse des prix de l’énergie. La puissance industrielle de l’UE, l’Allemagne, a signalé une baisse pire que prévu commandes de fabrication jeudi, faisant craindre une récession.

L’OPEP et ses alliés décident de réduire la production de pétrole, suscitant une réponse fulgurante de la Maison Blanche

Simone Tagliapietra, chercheuse principale au groupe de réflexion économique bruxellois Bruegel, a déclaré que la réduction de la production “soutiendra l’inflation et rendra la crise énergétique européenne encore plus compliquée”.

Cela rend également le plafonnement des prix du pétrole russe du Groupe des Sept (G-7), qui vient de recevoir le feu vert des pays de l’UE, “moins d’impact”, a-t-il déclaré.

Alors que la réduction de la production devrait augmenter les prix dans les stations-service européennes, l’ampleur de la hausse n’était pas immédiatement claire. Les prix du pétrole pourraient encore dépasser 100 dollars le baril, selon les analystes. Avant même l’annonce de la réduction de la production, les groupes d’entreprises européens craignaient que les entreprises ne remplacent le gaz naturel de plus en plus cher par du pétrole, ce qui pourrait faire grimper les prix des stations-service.

Au cours de l’été, de nombreux pays européens ont tenté de protéger les consommateurs contre la hausse des prix de l’essence grâce à des subventions et des allégements fiscaux. Mais une intervention similaire pour lutter contre la flambée des prix de l’électricité et du gaz naturel cet automne a mis à rude épreuve les budgets, laissant à certains pays une marge de manœuvre réduite pour répondre à l’annonce de mercredi. La situation économique de plus en plus précaire de l’Allemagne pourrait également faire obstacle à une action plus forte de l’UE.

Ces facteurs pourraient peser lourdement cet hiver, aggravant la possibilité de pénuries et de pannes de gaz naturel et d’électricité et réduisant les marges bénéficiaires des entreprises européennes. Les inquiétudes ne se sont cependant pas immédiatement répercutées sur les marchés européens jeudi. L’indice phare de l’Allemagne, le Dax, et le Stoxx 600 européen ont initialement réalisé de légers gains.

Dans les capitales européennes, la réduction de la production pourrait cependant poser des défis géopolitiques immédiats.

Quelques heures à peine avant la décision de l’OPEP Plus, les États membres de l’UE avaient convenu mercredi de leur propre plafond sur le prix du pétrole russe dans le cadre de la huitième série de sanctions du bloc concernant la guerre en Ukraine.

L’idée derrière le plafond est de fixer le prix du pétrole russe au-dessus du coût de production, mais en dessous du prix du marché, en maintenant le commerce du pétrole tout en limitant les revenus russes.

En vertu des sanctions, les responsables de l’UE et du G-7 se réuniront pour fixer le prix, en ajustant le niveau en réponse aux conditions du marché, selon des responsables de l’UE. Les États membres devront approuver la décision à l’unanimité.

Pour assurer la conformité, les sanctions obligent les entreprises impliquées dans le transport du pétrole russe, y compris les assureurs et les armateurs, à s’assurer que leur cargaison n’est pas vendue au-dessus du plafond.

Le Trésor américain, qui a poussé à la mesure pendant des mois, affirme que le plafonnement des prix «réduire fortement les revenus russes

Mais certains experts en énergie ont soulevé des questions quant à savoir si cela fonctionnera comme prévu. La Russie pourrait décider de garder son pétrole hors du marché plutôt que de vendre au prix plafond, ce qui réduirait encore l’offre. Et même si la Russie continue de vendre, un plafond ne sera efficace que s’il y a adhésion de tous les clients, y compris l’Inde et la Chine, ont déclaré des experts.

Mais comme “les prix mondiaux du pétrole augmenteront avec cette décision de l’OPEP+, certains pays pourraient être plus incités à opter pour du brut russe à prix réduit”, a écrit Tagliapietra. Il est possible que les nouvelles de l’OPEP Plus rendront Pékin et Delhi moins susceptibles de respecter le plafonnement des prix.

À moyen terme, ces revers pourraient mettre à l’épreuve la détermination de l’Europe à soutenir l’Ukraine. La réduction prévue de la production de pétrole “montre que la crise énergétique en Europe menace de dégénérer en une guerre mondiale des prix”, selon un journal économique allemand. Handelsblatt a averti dans une analyse, affirmant que cette décision oppose l’Europe et les États-Unis à l’OPEP, à ses partenaires et aux grands importateurs de pétrole comme la Chine et l’Inde.

Pour le président Biden et les dirigeants européens qui se sont rendus en Arabie saoudite cette année dans le cadre d’efforts extraordinaires pour faire pression pour une production accrue de pétrole, la réprimande de l’OPEP Plus de mercredi a également suscité des questions inconfortables sur les compromis diplomatiques qu’ils étaient prêts à faire – et les résultats qu’ils doivent montrer pour cela.

Le président Biden a personnellement rendu visite aux dirigeants saoudiens lors d’un voyage à Djeddah cet été et a frappé le prince héritier Mohammed ben Salmane, tandis que le président français Emmanuel Macron s’est ensuite engagé dans une longue poignée de main avec Mohammed à Paris. En Grèce, un haut membre du gouvernement a exprimé publiquement son admiration pour le « leadership » et la « vision » du prince héritier. Et le chancelier allemand Olaf Scholz visité le royaume il y a seulement quelques jours.

Le prince héritier saoudien s’engage dans une longue poignée de main avec Macron lors d’une tournée de réhabilitation

Quatre ans après le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, le rayonnement occidental semble avoir largement réhabilité le prince héritier.

Mais pour l’Europe et les États-Unis, les efforts « sont restés vains », selon le Handelsblatt allemand.

“A ce jour, c’est clair pour ceux qui sont au courant : l’Arabie saoudite est du côté du chef du Kremlin, Vladimir Poutine”, écrit le journal.

Rauhala a rapporté de Bruxelles. Jeff Stein, Rachel Lerman et John Hudson ont contribué à ce rapport.