Klubrádió: l’UE demande à la Hongrie de maintenir une radio libérale à l’antenne

L’exécutif de l’Union européenne a exhorté le gouvernement hongrois à autoriser une station de radio à tendance libérale à continuer d’émettre après avoir cessé ses émissions lundi.

Klubrádió a quitté les ondes dimanche à minuit après qu’un tribunal a confirmé la décision des autorités des médias de ne pas prolonger sa licence de radiodiffusion.

Lors d’une conférence de presse en ligne de la Commission européenne lundi, le porte-parole Christian Wigand a confirmé que l’exécutif avait envoyé vendredi une lettre à la représentation permanente de la Hongrie à Bruxelles exprimant ses inquiétudes face à cette décision.

Wigand a déclaré que la perte de sa fréquence de radiodiffusion par la station s’était produite «sur la base de motifs juridiques hautement discutables» et que la Hongrie «devrait respecter la charte des droits fondamentaux de l’UE, y compris les droits à la liberté d’expression, d’information et la liberté Entreprise ».

La Commission a demandé à la Hongrie de prendre des mesures urgentes pour garantir que Klubrádió, un radiodiffuseur commercial de la capitale Budapest, puisse continuer à utiliser sa fréquence jusqu’à ce que les décisions finales deviennent juridiquement contraignantes, a déclaré Wigand, mettant en garde contre des «dommages irréparables» à la station.

La Hongrie n’a pas encore envoyé de réponse à la lettre de la Commission, a ajouté le porte-parole.

La perte de la licence de diffusion de Klubradio a relancé un débat sur la liberté de la presse et une influence politique démesurée sur le marché des médias hongrois.

La station commerciale de tendance libérale était l’une des seules voix de radio d’opposition restantes en Hongrie et l’une des dernières chaînes de radio qui présentaient régulièrement des politiciens de l’opposition et d’autres voix critiques lors de ses émissions d’information et de débat.

Mercredi dernier, la Commission européenne a dénoncé cette décision, affirmant que cette décision «augmentait les inquiétudes» concernant «la liberté et le pluralisme des médias» en Hongrie.

Le président de Klubrádió, Andras Arato, a cité la semaine dernière les autorités disant que la station avait « enfreint les règles » lorsque les médias ont perdu leur licence.

Arato a dénoncé la décision de mardi comme « une décision honteuse », ce qui soulève de nouvelles inquiétudes quant à la liberté de la presse dans ce pays de l’Union européenne.

Il a déclaré à Euronews qu’il prévoyait de faire appel à la plus haute cour de Hongrie, la Curie, en promettant que ses médias continueraient en ligne et que les auditeurs étaient «enthousiastes».

« Nous ne serons pas réduits au silence, et s’ils veulent aussi nous soutenir, nous essaierons de faire notre part pour que nous puissions vivre dans un monde meilleur », a-t-il déclaré.