Une catastrophe qui a anéanti un projet de plusieurs décennies visant à amener l’eau par canalisation dans la capitale du Népal montre le décalage entre les efforts lents financés par les donateurs et le réchauffement climatique rapide.