Actualité people et divertissement | News 24

Karla Sofia Gascón porte plainte contre un homme politique pour commentaires transphobes

Karla Sofia Gascón a déposé plainte auprès du parquet de Paris contre la leader française d’extrême droite Marion Maréchal-Le Pen pour des propos transphobes que la politicienne a publiés sur les réseaux sociaux après son prix de la meilleure actrice au Festival de Cannes ce week-end.

Gascón est entrée dans l’histoire samedi en tant que première actrice transgenre à remporter le prix de la meilleure actrice à Cannes aux côtés de ses co-stars Zoe Saldaña, Selena Gomez et Adriana Paz pour leurs performances dans la comédie musicale de gangsters de Jacques Audiard. Émilie Pérez.

Répondant à la victoire sur X, Maréchal Le Pen a écrit : « Voilà donc un homme qui a remporté le prix de la meilleure actrice… le progrès de la gauche, c’est l’effacement des femmes et des mères. »

La plainte de Gascón porte sur « le mépris sexiste lié à l’identité de genre ». L’infraction est passible d’une amende de 4 066 dollars (3 750 euros).

Dans un communiqué, l’avocat de Gascón, Etienne Deshoulières, a expliqué que ce délit avait été introduit dans le Code pénal français en avril 2023 pour lutter contre « les propos offensants et humiliants visant les femmes transgenres, comme les erreurs de genre ».

La prise de position judiciaire de Gascón fait suite à une plainte déposée lundi contre Maréchal-Le Pen par six groupes LGBT+ français pour le délit d’« injure en raison de l’identité de genre », passible d’une peine d’emprisonnement maximale d’un an et d’une amende de 48 000 $ (45 000 euros).

Deshoulières suggère que le dépôt séparé de Gascón a ajouté du poids à l’action en justice.

« Seule la personne visée par les propos peut agir sur cette base », a-t-il précisé. « Il fallait donc que Karla Sofia Gascón agisse aux côtés des associations LGBT+ pour condamner Marion Maréchal pour outrage sexiste dû à l’identité de genre.

Maréchal Le Pen a rejeté mardi cette première plainte dans une interview accordée à la radio française France Inter, affirmant qu’elle ne se laisserait pas « intimider par les menaces juridiques des militants LGBT ».

Source link