Dernières Nouvelles | News 24

Karhi annule la décision de saisir l’équipement d’AP qui diffuse en direct la bande de Gaza

Le ministre des Communications, Shlomo Karhi, est revenu mardi soir sur son ordre de confisquer l’équipement de l’agence de presse Associated Press qui diffusait une retransmission en direct du sud d’Israël sur le nord adjacent de Gaza et a déclaré que l’équipement serait restitué.

Des responsables israéliens ont saisi mardi une caméra et du matériel de diffusion appartenant à l’Associated Press à Sderot, accusant l’agence de presse d’avoir violé une nouvelle loi sur les médias en fournissant des images au réseau interdit Al Jazeera.

La chaîne satellite qatarienne fait partie des milliers de clients qui reçoivent des flux vidéo en direct de l’AP et d’autres organismes de presse.

En confisquant l’équipement, le ministère des Communications a également allégué que le flux montrant le nord de Gaza révélait les mouvements des troupes, une affirmation que la Douzième chaîne israélienne, après avoir examiné les images du flux, a jugée infondée.

Quelques heures après que le ministère des Communications a accusé AP d’avoir causé « un grand préjudice à la sécurité nationale » en autorisant Al Jazeera à diffuser son flux, Karhi a déclaré dans un communiqué publié tard dans la soirée qu’il était revenu sur sa décision.

Mercredi matin, la vidéo en direct de l’AP sur Gaza était de nouveau disponible.

« Le ministère des Communications a agi aujourd’hui pour confisquer les équipements qui, malgré des avertissements répétés, transmettaient à Al Jazeera les positions de nos forces dans le nord de la bande de Gaza tout en les mettant en danger – conformément aux avis de sécurité et à la décision du gouvernement », a déclaré Karhi.

« Puisque le ministère de la Défense souhaite examiner la question des émissions provenant de ces endroits à Sderot concernant le risque pour nos forces, j’ai maintenant ordonné l’annulation de l’opération et le retour du matériel à AP, jusqu’à ce qu’une décision différente soit prise par le ministère de la Défense », a-t-il ajouté.

Dans cette image tirée d’une vidéo, des responsables israéliens saisissent du matériel vidéo AP dans un immeuble à Sderot, dans le sud d’Israël, le 21 mai 2024. (AP Photo/Josphat Kasire)

La loi dite d’Al Jazeera, qui donne au gouvernement des pouvoirs temporaires pour empêcher les réseaux d’information étrangers d’opérer en Israël s’ils sont considérés comme portant atteinte à la sécurité nationale, a été adoptée par la Knesset le mois dernier.

AP a déclaré qu’on ne lui avait pas dit auparavant que la position de sa caméra en direct était un problème et qu’elle avait seulement été informée qu’il y avait des inquiétudes quant à l’apparition de ses images en temps réel sur Al Jazeera.

Suite au retour en arrière de Karhi, la vice-présidente de l’AP pour les communications d’entreprise, Lauren Easton, a déclaré que même si l’agence de presse était « satisfaite de cette évolution, nous restons préoccupés par l’utilisation par le gouvernement israélien de la loi sur les radiodiffuseurs étrangers et par la capacité des journalistes indépendants d’opérer librement en Israël. »

Elle avait auparavant exhorté les autorités israéliennes à restituer le matériel du service de presse et à permettre à ses journalistes « de rétablir immédiatement notre diffusion en direct afin que nous puissions continuer à fournir cet important journalisme visuel à des milliers de médias à travers le monde ».

La décision de confisquer l’équipement – ​​qui n’aurait pas été coordonnée avec le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu – a également suscité l’inquiétude de la Maison Blanche, qui a déclaré qu’elle s’engageait directement auprès d’Israël pour demander que cette décision soit annulée.

Un équipement vidéo AP est posé sur le sol d’un immeuble à Sderot, dans le sud d’Israël, peu avant sa saisie par les autorités israéliennes, le 21 mai 2024. (AP Photo/Josphat Kasire)

Le chef de l’opposition Yair Lapid avait critiqué Karhi pour cette saisie, la qualifiant d’« acte de folie ».

« La confiscation du matériel d’AP, la plus grande agence de presse au monde, par les hommes de Shlomo Karhi est un acte de folie. Ce n’est pas Al Jazeera, c’est un média américain qui a remporté 53 prix Pulitzer », a déclaré Lapid.

« Ce gouvernement se comporte comme s’il avait décidé de faire en sorte, à tout prix, qu’Israël soit ostracisé partout dans le monde. »

En réponse à Lapid, Karhi a tweeté que ses responsables sont des « professionnels dévoués » qui font respecter la loi, et a ridiculisé Lapid en déclarant : « Nous continuerons à agir de manière décisive contre quiconque tente de nuire à nos soldats et à la sécurité du pays, même si vous je n’aime pas ça.

Karhi a également déclaré que la décision avait été prise de confisquer le matériel d’AP « suite aux ordres signés à l’unanimité par le gouvernement, avec le soutien écrasant de toutes les forces de sécurité ». [which] déclarent que les appareils utilisés pour diffuser le contenu d’Al Jazeera doivent être saisis auprès de toute personne ou entreprise.

L’Association de la presse étrangère (FPA), qui représente les journalistes internationaux en Israël, a également condamné la saisie, la qualifiant de « dernière d’une série de mesures dissuasives prises par le gouvernement israélien pour étouffer les médias ».

« Le bilan d’Israël en matière de liberté de la presse a déjà été lamentable tout au long de la guerre. Pendant tout le conflit, il a empêché l’accès indépendant à Gaza pour les journalistes étrangers. Aujourd’hui, il a fait un nouveau pas en arrière par rapport aux idéaux démocratiques qu’il prétend défendre », a déclaré la FPA.

AP a déclaré plus tôt mardi qu’elle diffusait une vue générale du nord de Gaza et que l’agence se conformait aux règles de censure militaire d’Israël, qui interdisent la diffusion de détails tels que les mouvements de troupes qui pourraient mettre en danger les soldats. Le tir en direct montre généralement de la fumée s’élevant sur le territoire.

L’AP a reconnu que la saisie faisait suite à un ordre verbal donné jeudi de cesser la transmission en direct – ce que l’agence de presse a refusé de faire.

Une capture d’écran tirée d’une vidéo AP montrant une vue générale du nord de Gaza vu du sud d’Israël, avant sa saisie par les autorités israéliennes le 21 mai 2024. (Photo AP)

La loi dite d’Al Jazeera habilite le ministre des Communications à ordonner aux « fournisseurs de contenu » de cesser de diffuser la chaîne en question ; ordonner la fermeture des bureaux israéliens de la chaîne ; ordonner la confiscation du matériel de la chaîne ; et ordonner la mise hors ligne du site Web de la chaîne, si le serveur est physiquement situé en Israël, ou bloquer l’accès au site Web.

Ces commandes seront valables 45 jours mais pourront être renouvelées pour des périodes supplémentaires de 45 jours.

Les autorités israéliennes ont utilisé cette loi pour fermer temporairement les bureaux d’Al Jazeera le 5 mai, confisquer les équipements de la chaîne, interdire ses émissions et bloquer ses sites Internet.

Vous êtes un lecteur dévoué

C’est pourquoi nous avons lancé le Times of Israel il y a onze ans : pour offrir à des lecteurs avertis comme vous une couverture incontournable d’Israël et du monde juif.

Alors maintenant, nous avons une demande. Contrairement à d’autres médias, nous n’avons pas mis en place de paywall. Mais comme le journalisme que nous faisons est coûteux, nous invitons les lecteurs pour qui le Times of Israel est devenu important à nous aider à soutenir notre travail en nous joignant à La communauté du Times of Israel.

Pour seulement 6 $ par mois, vous pouvez contribuer à soutenir notre journalisme de qualité tout en profitant du Times of Israel. SANS PUBLICITÉainsi que l’accès Contenu exclusif disponible uniquement pour les membres de la communauté Times of Israel.

Merci,
David Horovitz, rédacteur fondateur du Times of Israel

Rejoignez notre communauté

Rejoignez notre communauté
Déjà membre? Connectez-vous pour ne plus voir ceci




Source link