Skip to content
JO: coup de blessure pour un boxeur réfugié afghan lors des éliminatoires de Tokyo

PHOTO DE DOSSIER: Le boxeur Farid Walizadeh s'entraîne lors d'une séance d'entraînement à Lisbonne, au Portugal, le 19 février 2020. Photo prise le 19 février 2020. REUTERS / Rafael Marchante

LONDRES (Reuters) – Le boxeur des réfugiés afghans apatride Farid Walizadeh a souffert de ses espoirs de combattre aux Jeux olympiques de Tokyo 2020 après qu'une blessure l'a exclu d'un tournoi de qualification à Londres dimanche.

Le poids léger polonais Damian Durkacz a été éliminé des 16 derniers de la catégorie 57-63 kg à la suite de la non-présentation de 22 ans.

Walizadeh, qui a fui l'Afghanistan à pied à l'âge de sept ans et s'est retrouvé dans un orphelinat à Istanbul avant d'être transféré au Portugal, a encore une chance de se qualifier lors d'un tournoi à Paris en mai.

Atteindre Tokyo a toujours été long pour le jeune qui a reçu une bourse du Comité International Olympique (CIO) en mars dernier pour s'entraîner à temps plein.

«En boxe, je peux me concentrer totalement sur ce que je fais, donc j'oublie ce qui s'est passé dans le passé. Et cela m'a aidé dans mon traumatisme. Maintenant, je m'entraîne », a déclaré Walizadeh à Reuters à Lisbonne le mois dernier.

«Je travaille dur et je veux inspirer les gens à penser qu’il y a toujours une deuxième chance s’ils le souhaitent. Je veux inspirer, motiver les gens à ne pas dire "OK, c'est fait, j'ai tout perdu".

"Oui, j'ai perdu ma maison, oui j'ai perdu mon enfance, j'ai perdu ma vie, mon pays, ma ville, ma famille, mais vous pouvez tout reconstruire."

Les Jeux de Tokyo devraient commencer en juillet, bien qu'il y ait une incertitude en raison de l'épidémie mondiale de coronavirus qui a ravagé le calendrier sportif avec des annulations et des reports.

Le tournoi de qualification européen Boxing Road to Tokyo est organisé par un groupe de travail du CIO après la suspension de la fédération internationale AIBA en juin dernier en raison de problèmes de gouvernance et de finances.

Reportage par Alan Baldwin, édité par Ed Osmond

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.