« Je m’en fiche »: l’ex-champion Nurmagomedov insiste sur le fait qu’il n’y a « aucune raison » pour les ring girls, jure que Dana White de l’UFC peut « faire ce qu’il veut »

Le champion des poids légers à la retraite Nurmagomedov a fait sensation avec ses commentaires sur les filles effectuant des tâches promotionnelles légèrement vêtues lors d’événements MMA, avec l’ancien rival Conor McGregor et des modèles de haut niveau répondant.

L’opposition la plus franche est sans doute venue de la championne de l’UFC Valentina Shevchenko, qui a contesté les vues de la légende invaincue en décrivant ce qu’elle considère comme l’importance des filles pour le MMA.

Nurmagomedov têtu n’est clairement pas perturbé par la variété des opinions sur la question, expliquant qu’il n’est pas du genre à s’inquiéter de l’accueil qu’il reçoit pour avoir exprimé son opinion.

« Je ne pense jamais à ‘oh, peut-être que les gens vont aimer ça ou pas' » a déclaré Nurmagomedov, s’exprimant lors de sa mini-tournée en Angleterre.

« Je sais, tout le temps, je dis beaucoup de choses étranges aussi, mais je m’en fiche. C’est mon avis : je suis né avec ça, j’ai grandi avec ça et j’ai [delivered in] droit [style] mon avis.

« Parfois, quand je dis quelque chose, les gens ne sont pas d’accord avec ça mais je m’en fiche parce que je sais que j’ai raison dans ma tête.

« Chacun a son propre point de vue sur quelque chose. Par exemple, il y a quelques mois, quelqu’un a parlé de ma propre promotion, Eagle Fighting Championship (EFC), et a demandé pourquoi il n’y avait pas de ring girls là-bas.

« J’ai dit que c’est parce que, à mon avis, il n’y a aucune raison [for them]. Certaines personnes ne sont pas d’accord avec cela, mais qui s’en soucie ? Je m’en fiche parce que j’ai mon opinion. »

Le populaire Nurmagomedov est rarement timide pour discuter des causes qui lui tiennent à cœur, des remarques du président français Emmanuel Macron sur l’islam aux événements dans son pays natal, le Daghestan.

Dana White, le président haussier de l’UFC, n’a pas réussi à persuader McGregor de revenir à l’action après sa victoire sur Justin Gaethje en octobre, et son tirage au sort n’est pas un jeu d’enfant en ce qui concerne l’EFC.

« C’est ma promotion et je prends des décisions », expliqua Nurmagomedov. « Je vais faire ce que je veux, pas Dana ou d’autres personnes.

« Dana peut faire ce qu’il veut. Parfois, il fait aussi des choses que je ne comprends pas, mais je ne le juge jamais – c’est sa décision parce qu’il s’appelle Dana White, mon nom est Khabib. Si j’ai une opinion, je dites-le simplement. »

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.