Actualité technologie | News 24

Jacques Pépin, à la recherche de voitures perdues et de cuisine

Alors que les Français sont notoirement obsédés par la dilution de leur culture chez eux, il n’est pas injuste de dire que l’influence culturelle de leur grande nation semble également avoir diminué dans le reste du monde. Pour donner deux exemples qui me touchent là où j’habite, la primauté de la cuisine française — autrefois considérée comme la meilleure du monde — est finitions. Le bistrot français confortable n’est plus un incontournable de toutes les villes américaines.

Et bien que peu remarqué, on peut également voir la fortune déclinante de l’automobile française, un appareil dont l’invention remonte à Nicolas-Joseph Cugnot, qui en 1769 est parti de la commune de Void-Vacon dans le nord-est de la France avec le premier véhicule automoteur, un tricycle à vapeur construit comme un chariot.

Bien qu’elles soient toujours dominantes sur leur marché intérieur, les voitures françaises ne revendiquent qu’un petit nombre, bien que fidèle, de partisans aux États-Unis. Ils n’ont pas été vendus ici depuis le début des années 1990, malgré leur rôle important dans Stellantis, le nom donné à Fiat Chrysler Automobiles et au constructeur automobile français PSA après leur fusion l’année dernière.

Pour explorer ces changements culturels jumeaux, je suis récemment parti avec un ami à Madison, dans le Connecticut, pour visiter et ruminer avec l’un des expatriés français les plus connus d’Amérique, Jacques Pépin. Arrivé dans le Nouveau Monde il y a plus de 60 ans, M. Pépin, 86 ans, est devenu l’un des représentants les plus titrés de la gastronomie française aux États-Unis : chef, auteur de livres de cuisine, personnalité de la télévision, peintre, philanthrope et, plus récemment, star des réseaux sociaux. . En tant qu’ancien propriétaire en série d’automobiles françaises, il semblait particulièrement bien placé pour répondre à la question : ces produits de la culture française autrefois reconnus internationalement – la nourriture et les voitures – doivent-ils connaître une renaissance au XXIe siècle ?

Notre transport vers le Connecticut, à juste titre, serait une Peugeot 404 de 1965, un modèle que M. Pépin possédait autrefois et dont il se souvient avec émotion. Celui-ci, un break « Familiale » à sept places acheté neuf par un diplomate canadien en mission à Paris, s’est retrouvé pour des raisons inconnues dans une grange de Medicine Hat, en Alberta, où il est resté intact pendant plus de 50 ans. Entièrement en état de marche, avec moins de 25 000 miles sur son compteur kilométrique, elle respire le charme des automobiles françaises à leur meilleur, avec des mécaniques douces et crémeuses, des sièges aussi confortables que n’importe quel divan et un confort de conduite gaulois légendaire qui surpasse de manière improbable la plupart des voitures modernes. , même sur les routes les plus accidentées.

Notre visite débute par une visite de la maison et des dépendances de M. Pépin sur ses quatre acres boisées. Situé entre une église et une synagogue, le complexe abrite deux cuisines équipées de manière impressionnante, avec des assortiments éblouissants d’ustensiles de cuisine et de casseroles soigneusement disposés. Deux studios aident à prolonger indéfiniment la marque de M. Pépin, l’un avec une cuisine utilisée pour le tournage de la série et des vidéos, et un autre pour peindre les huiles, les acryliques et les œuvres mixtes qui figurent dans ses livres et ornent ses convoités manuscrits. menus.

Partis dans la 404 pour le déjeuner, nous arrivons tous à Branford à proximité au Petit Café, un bistrot français. Le chef Roy Ip, originaire de Hong Kong et ancien élève de M. Pépin au French Culinary Institute de New York, accueille notre fête, après avoir ouvert spécialement cet après-midi en semaine pour le mentor qui, il y a 25 ans, a aidé à négocier l’achat du 50- café siège. Au-dessus d’une assiette gémissante d’amuse-bouches et de miches de pain et de beurre fraîchement cuits – “Si vous avez du pain extraordinaire, du beurre extraordinaire, alors il devrait y avoir du pain et du beurre” à chaque repas, l’invité d’honneur se porte garant en levant un verre de vin – nous nous glissons vers le sujet délicat qui nous occupe.

Bien qu’il conduise aujourd’hui un VUS Lexus bien utilisé, les références de M. Pépin en matière de voitures françaises sont clairement en ordre. Les récits de ses débuts en France, où sa famille était profondément impliquée dans la restauration, sont parsemés de souvenirs automobiles. L’une des plus importantes concerne la Citroën Traction Avant, une berline influente construite de 1934 à 1957. Le développement de la voiture, révolutionnaire pour sa traction avant et sa construction monocoque, a mis en faillite le fondateur de l’entreprise, André Citroën, conduisant à son rachat par Michelin, le manufacturier de pneus.

La mention de la voiture rappelle pour M. Pépin un jour de la Seconde Guerre mondiale où sa famille a quitté Lyon dans la Traction Avant de son oncle pour séjourner quelque temps dans une ferme. « Mon père était parti dans la Résistance », raconte-t-il. “Cette voiture dont je me souviens encore quand j’étais enfant, surtout l’odeur. J’ai toujours aimé les Citroën à cause de ça.

Par la suite, ses parents possédaient une Panhard, une machine idiosyncrasique d’un petit constructeur français respecté qui tomberait dans les bras de Citroën en 1965, une décennie avant que Citroën elle-même ne soit avalée – et, selon les critiques, homogénéisée – par Peugeot.

Comme beaucoup de Français après la Seconde Guerre mondiale et des millions ailleurs, M. Pépin a été séduit par la petite voiture d’après-guerre de Citroën, les Deux Chevaux, qui, selon lui, était la première voiture que sa mère possédait.

“Soixante-dix milles au gallon, ou quoi que ce soit”, dit-il. “Cela n’est pas allé trop vite, mais nous avons adoré.”

Le dégoût de M. Pépin pour les excès – malgré ses premiers détours vers des aliments riches et à forte intensité de main-d’œuvre, comme lorsqu’il cuisinait au Le Pavillon de New York, un ancien sommet de la haute cuisine américaine – a informé non seulement la cuisine plus simple qu’il défendrait plus tard, mais aussi bon nombre de ses choix de véhicules lorsqu’il a pris l’autoroute américaine pour la première fois. Dans ses mémoires, il fait référence, par exemple, à la Volkswagen Beetle qu’il a utilisée pour descendre l’autoroute de Long Island alors qu’il se rendait chez l’un de ses amis, l’écrivain gastronomique du New York Times Craig Claiborne, dans l’East End de Long Island. Une Peugeot 404 figurerait dans son trajet pour se rendre au travail à la cuisine d’essai Howard Johnson à Rego Park, dans le Queens, où il a travaillé pendant 10 ans.

Plus tard, une Renault 5 — une sous-compacte économique connue sous le nom de LeCar en Amérique — s’est jointe à la famille de M. Pépin en tant que chauffeur quotidien de sa femme Gloria.

Il reste également un fervent partisan de ce qui est peut-être la plus grande icône automobile française, la Citroën DS, dans laquelle le président Charles de Gaulle conduisait lorsque 12 terroristes de droite ont tenté de l’assassiner en 1962, tirant 140 balles sur sa voiture alors qu’elle quitté le centre de Paris pour l’aéroport d’Orly. La fusillade a soufflé la lunette arrière de la DS 19 et tous ses pneus, mais grâce à sa suspension hydropneumatique unique, le conducteur de de Gaulle a pu conduire l’infatigable voiture et ses occupants en toute sécurité.

« Ça lui a sauvé la vie », s’émerveille M. Pépin. “Une super voiture.”

Bien que M. Pépin ait été chef personnel de de Gaulle dans les années 1950, il ne le connaissait pas bien, dit-il. “Le cuisinier dans la cuisine n’a jamais été interviewé par un magazine ou une radio, et la télévision existait à peine”, dit-il. « Si quelqu’un venait dans la cuisine, c’était pour se plaindre que quelque chose n’allait pas. Le cuisinier était vraiment au bas de l’échelle sociale.

Cela a changé au début des années 1960 avec l’arrivée de la nouvelle cuisine, estime M. Pépin. Mais pas avant d’avoir refusé une invitation à cuisiner pour la Maison Blanche de Kennedy. (Les Kennedy étaient des habitués du Pavillon.) Son ami René Verdon a pris le relais, envoyant à M. Pépin une photo de lui avec le président John F. Kennedy.

« Tout d’un coup, maintenant nous sommes géniaux. Mais », dit-il en riant, « vous ne pouvez pas prendre cela trop au sérieux. »

Se lie d’amitié avec une liste de gastronomes américains du Temple de la renommée, dont M. Claiborne, Pierre Franey et Julia Child, M. Pépin est finalement devenu une star sans l’association de la Maison Blanche, bien que ses manches extraordinaires aient failli être écourtées dans les années 1970 lorsqu’il a écrasé un Ford break tout en essayant d’éviter un cerf sur une route secondaire dans le nord de l’État de New York.

S’il n’avait pas conduit une si grosse voiture, estime M. Pépin, « je serais probablement mort ». Il s’est retrouvé avec un dos cassé et 12 fractures et a toujours un «pied traînant», dit-il, à cause d’un nerf sciatique sectionné. Ses blessures l’ont forcé à fermer son restaurant de soupe à Manhattan, La Potagerie, qui servait 150 gallons de soupe par jour, tournant ses 102 places toutes les 18 minutes.

Alors que le chef Ip dresse la table avec une salade niçoise simple mais délicieuse, suivie d’une tarte aux pommes finement travaillée, M. Pépin se penche sur la question de l’influence amoindrie de la France dans le monde culinaire et automobile. Il est, je suis surpris d’apprendre, en accord passionné – le navire a appareillé.

“Certes, quand je suis arrivé en Amérique, la cuisine française ou la cuisine ‘continentale’ était ce que tous les grands restaurants étaient censés être, souvent avec un menu français mal orthographié”, dit-il. Mais les vagues continues d’immigration et de voyages en avion qui ont ouvert les coins les plus reculés du monde ont fait perdre à la cuisine française “sa position première”.

“Les gens aiment toujours la cuisine française, tout comme ils aiment les autres aliments”, dit-il, ajoutant que “les Américains ont mûri et ont découvert une plus grande variété d’options”.

M. Pépin, qui se dit optimiste, s’empresse d’ajouter qu’il ne voit pas cela comme une mauvaise chose. Il se souvient très bien à quel point l’Amérique était culinairement sinistre à son arrivée, attiré par un enthousiasme juvénile pour le jazz. Au début, il s’est émerveillé à l’idée du supermarché.

“Mais quand je suis entré, pas de poireau, pas d’échalote, pas d’autres herbes, une salade verte qui était iceberg”, dit-il. « Maintenant, regardez l’Amérique. Vin extraordinaire, pain, fromage. Totalement un autre monde.

En effet, M. Pépin, dont l’épouse était portoricaine et cubaine, ne se considère même plus comme un « chef français ». Ses plus de 30 livres de cuisine, dit-il, “ont inclus des recettes de soupe aux haricots noirs avec des tranches de banane et de la coriandre sur le dessus”. Il a aussi une recette de poulet frit du Sud. “Donc, dans un sens, je me considère comme un chef américain classique”, dit-il. “Les choses changent.”

Au cours d’un après-midi tranquille avec M. Pépin, il devient clair que même si un monde en mutation ne le dérange pas beaucoup, il a des regrets, le plus grand étant la perte d’êtres chers. Son père est décédé jeune en 1965, et son meilleur ami, Jean-Claude Szurdak, qu’il avait rencontré dans une cuisine parisienne en 1956, est décédé en 2020, peu avant sa profonde tristesse, la perte de sa femme, Gloria, d’un cancer.

« Le plus difficile est de ne pas partager le dîner le soir. Et cette bouteille de vin. Il reste silencieux pendant un long moment.

En distillant ses réflexions sur la cuisine et l’automobile, le chef note ce qu’il considère comme une tendance lamentable : la perte de variété, imputable aux motivations des corporations.

« Il y a plus de nourriture aujourd’hui dans les supermarchés qu’il n’y en a jamais eu auparavant », dit M. Pépin. « Mais en même temps, il y a plus de standardisation. J’essaie de magasiner là où les gens ordinaires achètent, pour obtenir le meilleur prix. Et je ne peux plus aller au supermarché et trouver des dos et des cous de poulet.

Il en va de même, dit-il, pour l’industrie automobile, où le recours croissant à un petit groupe de fournisseurs multinationaux, ainsi que des réglementations plus strictes et une réticence accrue des entreprises à prendre des risques, ont rendu les voitures de plus en plus similaires d’une marque à l’autre.

« Les particularités qui différenciaient les voitures françaises n’existent plus vraiment, même en France », dit-il. « Ils suivent tous la même esthétique. Ni la cuisine française ni les voitures françaises n’ont le même cachet qu’avant.

M. Pépin reste philosophe. Il pleure la perte de voitures typiquement françaises, mais n’en perd clairement pas le sommeil. Idem cuisine française.

Tant que “les gens se réunissent” et cuisinent des ingrédients de qualité, il a de l’espoir, car “manger ensemble, c’est probablement ce que signifie la civilisation”.