Jacqueline Fernandez ignore l’interrogatoire de l’ED et obtient la troisième convocation dans une affaire de blanchiment d’argent de Rs 200 crore |  Nouvelles des gens

NEW DELHI: La Direction de l’exécution (ED) a adressé une troisième convocation à l’actrice de Bollywood Jacqueline Fernandez alors qu’elle a sauté l’interrogatoire vendredi dans le cadre de son enquête en cours dans une affaire de blanchiment d’argent de Rs 200 crore liée à l’escroc Sukesh Chandrasekhar.

Selon des sources officielles, Jacqueline a maintenant été invitée à se présenter au bureau de l’ED avant 11 heures samedi, car son interrogatoire est important dans l’affaire en tant que témoin dans le prétendu racket d’extorsion multicrore opéré par Chandrasekhar. C’est la deuxième fois que l’actrice ne se présente pas aux convocations aux urgences.

Jacqueline a également été citée à comparaître le mois dernier, mais elle n’a pas rejoint l’enquête cette fois-là pour une raison quelconque. Elle a de nouveau été convoquée plus tôt ce mois-ci avec ordre de comparaître devant les enquêteurs aujourd’hui (15 octobre). Plus tôt, l’ED a interrogé l’actrice ici en août.

L’agence fédérale a enregistré la déclaration de Fernandez lors de son interrogatoire de plus de six heures ici à la fin du mois d’août. Une autre actrice Nora Fatehi a également été interrogée par l’ED ici dans le cadre du même cas pour la deuxième fois jeudi.

ED enquête sur diverses personnes directement ou indirectement liées à cette affaire. Les rapports suggèrent que l’ED étudie la possibilité que de l’argent ait été investi à l’étranger et qu’il ait été dirigé par Chandrasekhar, qui est accusé dans 21 affaires.

Cette affaire ED est basée sur un FIR déposé par la police de Delhi Economic Offences Wing (EOW) contre Sukesh Chandrasekhar qui est accusé d’avoir triché et extorqué Aditi Singh, épouse de l’ancien promoteur de Religare Enterprises Shivinder Mohan Singh, qui a été arrêté en octobre 2019 dans une affaire liée à un prétendu détournement de fonds chez Religare Finvest Ltd.

Chandrasekhar et ses associés auraient pris de l’argent à Aditi après s’être fait passer pour des représentants du gouvernement et avoir promis d’obtenir une caution pour son mari. Chandrasekhar aurait persuadé Aditi de transférer de l’argent en se faisant passer pour un fonctionnaire du gouvernement central lors d’un appel frauduleux alors qu’il était incarcéré à la prison de Rohini et a promis de gérer la caution de son mari.

Chandrasekhar et sa femme actrice Leena Maria Paul ont tous deux été arrêtés par la police de Delhi le mois dernier pour leur rôle présumé dans l’affaire de duplication. La police de Delhi a jusqu’à présent arrêté 13 personnes en lien avec l’affaire. L’ED soupçonne Chandrasekhar d’avoir extorqué de l’argent à plusieurs personnes alors qu’il était en prison.

Des responsables de l’ED avaient récemment mené des raids dans le bungalow face à la mer de Chandrashekhar à Chennai et avaient trouvé une flotte de 16 voitures de luxe valant des crores de roupies. Au moment de l’incident, Chandrashekhar était incarcéré dans la prison de Rohini à Delhi et menait un racket derrière les barreaux.

Un tribunal de Delhi a prolongé mardi la détention provisoire de Chandrasekhar à l’urgence d’une nouvelle période de 11 jours et celle de Leena Paul de 16 jours. Le 9 octobre, tous deux ont été envoyés en détention provisoire de trois jours aux urgences.

Plus tôt ce mois-ci, l’ED avait arrêté deux collaborateurs d’escrocs emprisonnés contre lesquels la police de Delhi a récemment invoqué les dispositions strictes de la loi sur le contrôle du crime organisé du Maharashtra (MCOCA). Chandrasekhar aurait dirigé le racket de tricherie et d’extorsion de connivence avec les responsables de la prison et certains associés à l’extérieur.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.