Skip to content

JAcinda Ardern, Premier ministre de la Nouvelle-Zélande, doit faire face à des questions difficiles quant à savoir quand elle a eu connaissance d'allégations d'agression sexuelle contre l'un de ses collaborateurs après sa démission.

Cela s'est produit un jour après la démission de la présidente de son parti travailliste, Nigel Haworth, du traitement des accusations par le parti.

Une bénévole du parti âgée de 19 ans a raconté au site d’information The Spinoff que l’année dernière, elle avait été coincée et violemment agressée sexuellement par un membre du parti.

Elle a ajouté qu'elle ne souhaitait pas se rendre à la police, mais avait informé M. Haworth de l'incident allégué, ainsi que devant un comité chargé d'enquêter sur diverses plaintes à son encontre.

Mais mardi, un jour avant sa démission, M. Haworth a déclaré que la femme ne l'avait jamais informée ni de la part de la commission de l'agression présumée.

Mme Ardern, qui a la réputation de défendre les droits des femmes, s'est excusée au nom de son parti.

"Je tiens à présenter des excuses au nom du parti travailliste aux plaignantes dans cette affaire qui ont suivi une procédure qui, je le crois, leur a causé un préjudice", a-t-elle déclaré.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *