Italie : Un proche de l’ex-PM Silvio Berlusconi innocenté de toute négociation avec la mafia après les attentats à la bombe |  Nouvelles du monde

Un proche collaborateur de l’ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi et trois anciens enquêteurs de la police ont vu leurs condamnations annulées, dans une affaire où l’État était accusé de collusion avec la mafia lors de sa campagne d’attentats à la bombe dans les années 1990.

L’ancien sénateur Marcello Dell’Utri, ainsi que Mario Mori, Antonio Subranni et Giuseppe De Donno, ont maintenant été acquittés par un juge d’une cour d’appel de Palerme. Ils avaient tous clamé leur innocence.

Dell’Utri a été accusé d’avoir négocié un accord pour arrêter les attaques, en échange d’une réduction des mesures de répression par les autorités et d’un assouplissement des conditions strictes pour les meilleurs patrons derrière les barreaux.

Image:
Marcello Dell’Utri est un ancien sénateur italien

Dell’Utri, qui avait été un politicien du parti de droite Forza Italia de Berlusconi, a été reconnu coupable en 2018 d’avoir servi de liaison entre les institutions de l’État et les patrons de la Cosa Nostra en Sicile.

Il avait été condamné à 12 ans de prison pour atteinte à l’État, tout comme les anciens généraux Mori et Subranni, tandis que l’ex-colonel De Donno a été condamné à huit ans de prison.

Mais le juge de Palerme, Angelo Pellino, a statué que les accusations ne constituaient pas un crime, suggérant que les représentants de l’État pourraient contacter les gangsters si cela était jugé nécessaire.

Cependant, il a confirmé les verdicts de culpabilité contre deux mafieux, dont Leoluca Bagarella, un tueur reconnu coupable de la famille mafieuse Corleone.

Dell’Utri a déclaré à l’agence de presse italienne Adnkronos : « Cet acquittement est un tournant, non seulement pour moi mais pour la justice italienne. Ce procès a été monstrueux. »

L’accusation a affirmé que des représentants de l’État avaient négocié avec la foule à la suite d’une série d’attentats à la bombe mafieux qui ont tué 23 personnes, dont les éminents magistrats anti-mafia Giovanni Falcone et Paolo Borsellino.

Silvio Berlusconi vote aux élections de 2000.  Photo : AP
Image:
Silvio Berlusconi photographié en 2000. Photo : AP

Selon les procureurs, les pourparlers entre la mafia et l’État italien ont commencé après que le juge Falcone, sa femme et trois gardes du corps ont été tués par un engin sous une autoroute en mai 1992.

La volonté de l’État d’entamer des négociations après le meurtre de Falcone a encouragé de nouveaux attentats à la bombe, a-t-on affirmé.

L’accusation a déclaré que ces attaques comprenaient celle qui a tué M. Borsellino deux mois plus tard parce qu’il s’était opposé aux négociations.

Le juge Giovanni Falcone a été tué dans un attentat à la bombe en mai 1992. Photo : AP
Image:
Le juge Giovanni Falcone a été tué dans un attentat à la bombe en mai 1992. Photo : AP

L’année suivante, Cosa Nostra a mené des attaques continentales sans précédent contre des cibles culturelles et religieuses, notamment la Galerie des Offices de Florence.

Dix personnes ont été tuées à Milan et Florence. Après 1993, les attaques ont brusquement cessé.

Les procureurs ont déclaré qu’ils examineraient la décision de jeudi pour décider s’ils feraient appel de la décision devant la Cour suprême.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments