Israël signe un accord commercial avec les Émirats arabes unis, le plus important avec un pays arabe

Les drapeaux nationaux israéliens flottent aux côtés des drapeaux nationaux des Émirats arabes unis sur le bord d’une route à Netanya, en Israël, le lundi 17 août 2020.

Loup Kobi | Bloomberg | Getty Images

DUBAÏ, Émirats arabes unis – Israël et les Émirats arabes unis ont signé mardi un accord de libre-échange de plusieurs milliards de dollars, le dernier produit de l’accord de normalisation historique des deux pays en 2020 connu sous le nom d’Accords d’Abraham.

Avec un objectif déclaré d’augmenter le commerce bilatéral annuel à plus de 10 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années, l’accord commercial est le plus important jamais conclu entre Israël et un pays arabe. Il couvre 96% du commerce entre les deux pays du Moyen-Orient, qui a atteint l’an dernier 885 millions de dollars, selon le ministre israélien de l’Economie.

Pour illustrer la vitesse et l’étendue des échanges entre les Émirats arabes unis et Israël qui ont eu lieu depuis l’établissement des deux relations officielles en août 2020, ce chiffre bilatéral représente plus du double du volume des échanges d’Israël avec l’Égypte en 2021, qui était de 330 millions de dollars – et Israël et l’Égypte ont conclu un accord de paix depuis 1979.

La ministre israélienne de l’Économie et de l’Industrie, Orna Barbivai, et son homologue, le ministre de l’Économie des Émirats arabes unis, Abdulla bin Touq Al Marri, ont signé l’accord à Dubaï après des mois de négociations.

La signature a ouvert “un nouveau chapitre dans l’histoire du Moyen-Orient”, a écrit sur Twitter le ministre émirati du Commerce Thani Al Zeyoudi. “Notre accord accélérera la croissance, créera des emplois et conduira à une nouvelle ère de paix, de stabilité et de prospérité dans la région.”

Pour Jon Medved, PDG de la plateforme de financement participatif OurCrowd et capital-risqueur sur la scène technologique israélienne, la confiance entre les deux pays est essentielle pour voir plus d’investissements.

“La confiance n’est pas quelque chose que vous pouvez établir en un mois ou deux, mais je pense qu’il y a une énorme bonne volonté”, a déclaré Medved à Dan Murphy de CNBC avant la signature de l’accord. Son entreprise a déjà investi aux EAU, embauché des employés dans le Golfe et reçu un statut réglementaire d’Abu Dhabi Global Market, une zone franche des EAU.

“Bien que je pense que la confiance n’est pas quelque chose que vous claquez des doigts et que cela se produit instantanément, je pense que des mesures sont prises au niveau politique et au niveau humain qui créent la confiance et cela va conduire à des opportunités commerciales extraordinaires”, dit Medved.

La signature de l’accord est intervenue au milieu d’un regain de violence entre Israéliens et Palestiniens.

Lundi, des milliers de nationalistes israéliens ont encerclé l’enceinte d’Al-Aqsa à Jérusalem, le troisième lieu saint de l’islam, scandant des insultes anti-musulmanes, certains attaquant physiquement des Palestiniens et quelques-uns arrêtés pour avoir aspergé un journaliste palestinien de gaz lacrymogène. Les manifestants s’étaient rassemblés pour la commémoration de la prise par Israël de la vieille ville de Jérusalem lors de la guerre des Six jours de 1967.

Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a condamné lundi dans un communiqué ce qu’il a qualifié de “prise d’assaut” du complexe d’Al-Aqsa par “des colons extrémistes sous la protection des forces israéliennes”. Il a également demandé aux autorités israéliennes “d’assumer la responsabilité de réduire l’escalade et de mettre fin à toutes les attaques et pratiques qui conduisent à la poursuite des tensions”.

Autres villes et villages de Cisjordanie ont également vu des violences et des attaques contre des maisons dans les quartiers palestiniens par des groupes d’Israéliens. Plus de 160 Palestiniens ont été blessés, dont certains ont été touchés par des balles réelles après avoir organisé une contre-manifestation, selon le Croissant-Rouge palestinien.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a condamné les comportements extrémistes et a promis que toute personne impliquée serait arrêtée.

Lundi, les médias qui avaient été invités à la signature de l’accord commercial ont été informés qu’ils ne pouvaient plus y assister, a rapporté Reuters, notant qu’aucune raison n’avait été donnée pour ce changement soudain.

Al Aqsa est située dans la vieille ville de Jérusalem-Est à majorité arabe, qui a été annexée par Israël depuis 1967 mais n’est pas reconnue internationalement. L’occupation par Israël des territoires palestiniens est classée par les Nations Unies comme une violation du droit international.

Les relations économiques croissantes entre Israël et les Émirats arabes unis, un pays musulman officiellement favorable à un État palestinien, sont jusqu’à présent restées largement épargnées par les divergences politiques des pays sur le conflit israélo-palestinien.