Israël frappe un bâtiment à Gaza avec AP et d’autres organes de presse

La pire violence entre Israéliens et Palestiniens en sept ans s’est intensifiée samedi, alors qu’une frappe aérienne israélienne a détruit un immeuble de grande hauteur dans la ville de Gaza qui abritait des médias tels que l’Associated Press et Al Jazeera.

Les Forces de défense israéliennes ont déclaré que ses avions de combat avaient frappé la tour des médias parce qu’elle contenait également des ressources militaires appartenant au Hamas. L’armée israélienne a déclaré qu’elle avait averti à l’avance les civils dans le bâtiment pour permettre l’évacuation.

L’attaque faisait suite à une frappe aérienne israélienne durant la nuit qui a tué au moins 10 membres d’une famille élargie dans un camp de réfugiés à Gaza, après quoi des militants du Hamas ont visé une autre série de roquettes sur Tel Aviv.

Les attaques ont eu lieu après l’arrivée d’un haut envoyé américain, Hady Amr, à Jérusalem pour aider à négocier un cessez-le-feu. M. Amr, sous-secrétaire d’État adjoint des États-Unis pour les affaires israéliennes et palestiniennes, devait rencontrer de hauts responsables israéliens et palestiniens à Jérusalem et en Cisjordanie.

Mais alors que le Hamas et les responsables israéliens ont signalé vendredi soir qu’ils étaient prêts à discuter d’un cessez-le-feu, les combats se sont poursuivis sans relâche pendant une grande partie de samedi, alors même que les Américains, les Égyptiens et les Qataris tentaient de négocier une pause dans les combats.

Au moins 12 personnes ont été tuées pendant la nuit à Gaza, ont déclaré des médecins palestiniens samedi matin. Et pour la cinquième journée consécutive vendredi, les roquettes du Hamas avaient visé des villes israéliennes.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle avait tué des dizaines de commandants de haut rang du Hamas et endommagé le réseau de tunnels du groupe militant sous Gaza, affaiblissant considérablement le Hamas.

Il n’était pas clair si de telles pertes étaient la raison pour laquelle un porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a déclaré à Al Jazeera lors d’un entretien vendredi soir que le groupe déciderait s’il fallait négocier un «apaisement» des combats sous certaines conditions. Israël, a déclaré M. Barhoum, doit répondre à des demandes non spécifiées de «lever la main» de Gaza et des sites d’affrontements à Jérusalem, y compris la mosquée Aqsa.

Les responsables de la sécurité israéliens ont déclaré qu’ils seraient ouverts aux pourparlers de cessez-le-feu, selon les médias israéliens.

Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré qu’au moins 139 personnes étaient mortes dans les frappes aériennes et les bombardements israéliens, dont 39 enfants, et environ 1 000 blessés. Ces chiffres n’ont pas pu être vérifiés de manière indépendante. Les Nations Unies ont déclaré que 10 000 Gazaouis avaient quitté leurs maisons pour se réfugier dans des écoles, des mosquées et d’autres endroits. En Israël, les hostilités ont fait sept civils, dont un garçon de 5 ans, et un soldat morts.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments