Israël étend son offensive alors que le Hamas prévient que seul un cessez-le-feu permanent libérera les otages

« Ils sont si maigres. Il fait froid, il y a du vent », a déclaré une Palestinienne qui a donné naissance à des quadruplés dans un camp de réfugiés bombardé par Israël.

PUBLICITÉ

Un responsable du Hamas a déclaré jeudi qu’une « cessation partielle ou temporaire de l’agression » ne suffirait pas à libérer plus de 100 otages qui, selon Israël, restent en captivité à Gaza.

La guerre entre Israël et le Hamas a déjà chassé de leurs foyers environ 85 % des 2,3 millions d’habitants de Gaza, rasant la partie nord du territoire et renforçant les craintes d’un sort similaire pour le sud alors que l’offensive aérienne et terrestre d’Israël s’élargit.

Des dizaines de personnes ont été tuées jeudi lors des bombardements israéliens contre des villes et des camps de réfugiés à travers Gaza.

Plus de 20 000 Palestiniens, dont deux tiers de femmes et d’enfants, ont été tués depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, qui ne fait pas de distinction entre les civils et les combattants parmi les morts.

Le Hamas a opposé une forte résistance malgré la promesse d’Israël de démanteler le groupe militant.

Les forces israéliennes ont bombardé des villes et des camps de réfugiés à travers Gaza dans la nuit et jeudi, tuant des dizaines de personnes dans une offensive aérienne et terrestre de plus en plus large contre le Hamas qui a contraint des milliers d’autres à fuir leurs maisons et leurs abris ces derniers jours.

Une frappe aérienne israélienne sur une maison de la ville de Beit Lahiyeh, dans le nord du pays – l’une des premières cibles de l’invasion terrestre qui a débuté en octobre – a enterré au moins 21 personnes, dont des femmes et des enfants, selon un membre de la famille.

Bassel Kheir al-Din, journaliste d’une chaîne de télévision locale, a déclaré à AP que la frappe a rasé sa maison familiale et gravement endommagé trois maisons voisines. Il a déclaré que 12 membres de sa famille – dont trois enfants âgés de 2, 7 et 8 ans – avaient été enterrés et présumés morts, et que neuf voisins étaient portés disparus.

Dans le centre de Gaza, les avions de combat et l’artillerie israéliens ont pilonné les camps de réfugiés de Bureij et Nuseirat, détruisant les bâtiments, ont indiqué les habitants. Israël a annoncé cette semaine qu’il étendrait son offensive terrestre au centre de Gaza et lancerait généralement des vagues de frappes aériennes et de bombardements avant l’arrivée des troupes et des chars.

Un hôpital de la ville voisine de Deir al-Balah a reçu les corps de 25 personnes tuées dans la nuit, dont cinq enfants et sept femmes, ont indiqué jeudi les registres de l’hôpital. Des explosions incessantes ont été entendues toute la nuit dans la ville, où des centaines de milliers de personnes ont trouvé refuge. Beaucoup passent des nuits froides à dormir sur les trottoirs.

Avertissements d’un conflit plus large à la frontière libanaise

L’armée israélienne a mis en garde contre une possible « expansion » des opérations à sa frontière avec le Liban.

Cela survient alors que les Forces de défense israéliennes (FDI) concentrent leurs forces militaires sur le centre de Gaza, malgré le sort de plus en plus désespéré des civils.

L’armée israélienne multiplie également les raids nocturnes dans les principales villes de Cisjordanie occupée, notamment Jénine et Ramallah, selon l’agence de presse Wafa.

L’état-major de l’armée israélienne a averti que les tirs s’intensifiaient le long de sa frontière nord avec le Liban, où le Hezbollah opère.

L’organisation politique et militante chiite fait partie de « l’axe de la résistance », un ensemble de groupes proches de l’Iran et hostiles à Israël.

Mercredi, Téhéran a menacé Israël d' »actions directes », suite à la mort lundi d’un officier iranien de haut rang lors d’une frappe aérienne en Syrie imputée à Israël.

Le chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi, a précisé que les forces israéliennes « sont dans un état de préparation très élevé pour une expansion des combats dans le nord ».

Les affrontements entre Israël et le Hezbollah sont monnaie courante ici depuis le début des combats à Gaza.

PUBLICITÉ

Près de la frontière libanaise, un drone s’est écrasé dans la nuit de mercredi à jeudi, a indiqué l’armée israélienne à l’agence de presse AFP, après que des combattants de groupes armés pro-iraniens ont revendiqué une attaque dans la zone.

Les civils de Gaza sont confrontés à une situation désastreuse

L’armée israélienne a indiqué que les opérations militaires se poursuivaient à Khan Younes, la principale ville du sud de Gaza, mais également dans les camps de réfugiés du centre de l’enclave.

Les autorités palestiniennes ont signalé des frappes meurtrières dans la nuit contre les camps de Nuseirat et de Deir al-Balah.

À Deir al-Balah, Iman al-Masry a donné naissance à des quadruplés – deux garçons et deux filles – en pleine guerre.

« Ils sont si maigres. Il fait froid, il y a du vent et il n’y a pas de baignoire pour les laver… Je ne peux pas leur donner de bain, je les lave avec des lingettes », explique cette mère de 28 ans, elle-même déplacée. par la violence.

PUBLICITÉ

« Il n’y a pas de couches ni de lait en poudre. J’essaie de les allaiter mais il y a un manque d’aliments vraiment nutritifs », a-t-elle ajouté, craignant que les frappes israéliennes ne nuisent à ses nouveau-nés.

« Je ne pensais pas que la guerre durerait aussi longtemps. Je pensais qu’après dix jours, nous pourrions rentrer chez nous. »

« Nous n’avons rien emporté avec nous », a ajouté son mari Ammar.

Pendant ce temps, les Palestiniens en fuite se sont rassemblés dans les zones situées le long de la frontière entre Gaza et l’Égypte et sur la côte sud de la Méditerranée, où les abris et les camps de tentes débordent.

Le bureau humanitaire de l’ONU affirme que l’ampleur et l’intensité des opérations terrestres et des combats entre les forces israéliennes et les groupes armés palestiniens ainsi que leur impact dévastateur entravent l’acheminement de l’aide.

PUBLICITÉ

L’offensive aérienne et terrestre de l’armée israélienne contre le Hamas s’est étendue à la majeure partie du territoire. Israël affirme frapper des cibles militantes, même si des maisons pleines de personnes sont régulièrement détruites.