Actualité du moment | News 24

Israël et les militants échangent des tirs alors que le nombre de morts à Gaza s’élève à 24

NOUVEAUVous pouvez désormais écouter les articles de Fox News !

Les frappes aériennes israéliennes ont rasé des maisons à Gaza samedi et les barrages de roquettes palestiniens sur le sud d’Israël ont persisté pendant une deuxième journée, faisant craindre une nouvelle escalade majeure du conflit au Moyen-Orient. Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré que 24 personnes avaient été tuées jusqu’à présent dans la bande côtière, dont six enfants.

Les combats ont commencé avec le meurtre par Israël d’un haut commandant du groupe militant du Jihad islamique palestinien lors d’une vague de frappes vendredi qui, selon Israël, visaient à empêcher une attaque imminente.

Une photo prise le 5 août 2022 montre des roquettes palestiniennes tirées depuis la ville de Gaza en représailles aux précédentes frappes aériennes israéliennes.
(Mahmoud Hams/AFP via Getty Images)

LA MARINE ISRAÉLIENNE COULE UN NAVIRE PALESTINIEN QUI PASSERAIT EN CONTREBANDE DU « MATÉRIEL » AU HAMAS

Jusqu’à présent, le Hamas, le plus grand groupe militant qui dirige Gaza, a semblé rester en marge du conflit, gardant son intensité quelque peu contenue. Israël et le Hamas ont mené une guerre il y a à peine un an, l’un des quatre conflits majeurs et plusieurs petites batailles au cours des 15 dernières années qui ont fait payer un lourd tribut aux 2 millions d’habitants palestiniens du territoire appauvri.

La question de savoir si le Hamas continuera à rester à l’écart du combat dépend probablement en partie de l’ampleur des sanctions infligées par Israël à Gaza alors que les tirs de roquettes se poursuivent régulièrement.

L’armée israélienne a déclaré qu’une roquette tirée par des militants palestiniens avait tué des civils samedi soir, dont des enfants, dans la ville de Jabaliya, dans le nord de Gaza. L’armée a déclaré avoir enquêté sur l’incident et conclu “sans aucun doute” qu’il avait été causé par un raté de la part du Jihad islamique. Il n’y a eu aucun commentaire palestinien officiel sur l’incident.

Un travailleur médical palestinien, qui n’était pas autorisé à informer les médias et s’est exprimé sous couvert d’anonymat, a déclaré que l’explosion avait tué au moins six personnes, dont trois enfants.

Plus tôt samedi, des avions de combat israéliens ont frappé quatre immeubles résidentiels dans la ville de Gaza, tous des endroits apparemment liés au Jihad islamique. Aucune victime n’a été signalée. Dans chaque cas, l’armée israélienne a averti les habitants avant les frappes.

ISRAËL TUE UN TERRORISTE DU JIHAD ISLAMIQUE À GAZA ET ANNONCE UNE OPÉRATION MILITAIRE OFFICIELLE

Une autre grève samedi a frappé une voiture, tuant une femme de 75 ans et blessant six autres personnes.

Lors de l’une des frappes, après les avertissements, des avions de chasse ont largué deux bombes sur la maison d’un membre du Jihad islamique. L’explosion a aplati la structure à deux étages, laissant un grand cratère rempli de gravats et gravement endommagé les maisons environnantes.

Les femmes et les enfants se sont précipités hors de la zone.

“Nous ont prévenus ? Ils nous ont prévenus avec des roquettes et nous nous sommes enfuis sans rien emporter”, a déclaré Huda Shamalakh, qui habitait à côté. Elle a dit que 15 personnes vivaient dans la maison ciblée.

Des roquettes sont tirées depuis la ville de Gaza, à Gaza, à la suite des frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza le 06 août 2022.

Des roquettes sont tirées depuis la ville de Gaza, à Gaza, à la suite des frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza le 06 août 2022.
(Mustafa Hassona/Agence Anadolu via Getty Images)

Parmi les 24 Palestiniens tués se trouvaient six enfants et deux femmes, ainsi que le haut commandant du Jihad islamique. Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré que plus de 200 personnes avaient été blessées. Il ne fait pas de distinction entre civils et combattants. L’armée israélienne a déclaré vendredi que les premières estimations indiquaient qu’environ 15 combattants avaient été tués.

L’unique centrale électrique de Gaza s’est arrêtée samedi à midi faute de carburant alors qu’Israël a fermé ses points de passage vers Gaza depuis mardi. Avec la nouvelle perturbation, les Gazaouis ne peuvent obtenir que 4 heures d’électricité par jour, augmentant leur dépendance à l’égard des générateurs privés et aggravant la crise d’électricité chronique du territoire au milieu de la chaleur estivale maximale.

Tout au long de la journée, des militants de Gaza ont régulièrement lancé des roquettes sur Israël. L’armée israélienne a déclaré samedi soir que près de 450 roquettes avaient été tirées, dont 350 ont atteint Israël, mais presque toutes ont été interceptées par le système de défense antimissile Iron Dome d’Israël. Deux personnes ont été légèrement blessées par des éclats d’obus.

Un barrage de roquettes a été tiré vers Tel-Aviv, déclenchant des sirènes qui ont envoyé les habitants dans des abris, mais les roquettes ont été interceptées ou sont tombées à la mer, a déclaré l’armée.

Dimanche pourrait être un jour critique dans la flambée, alors que les Juifs marquent Tisha B’av, un sombre jour de jeûne qui commémore la destruction des temples bibliques. Des milliers de personnes sont attendues au mur occidental de Jérusalem, et les médias israéliens ont rapporté que les dirigeants israéliens devaient autoriser les législateurs à visiter un site sacré clé au sommet d’une colline dans la ville qui est un foyer de violence entre Israéliens et Palestiniens.

Vendredi soir, le Premier ministre israélien Yair Lapid a déclaré dans un discours télévisé qu'”Israël n’est pas intéressé par un conflit plus large à Gaza, mais qu’il ne s’en détournera pas non plus”.

La violence constitue un test précoce pour Lapid, qui a assumé le rôle de Premier ministre par intérim avant les élections de novembre, alors qu’il espère conserver son poste.

Lapid, un ancien animateur de télévision centriste et auteur, a une expérience de la diplomatie ayant servi comme ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement sortant, mais a de faibles références en matière de sécurité. Un conflit avec Gaza pourrait améliorer sa position et lui donner un coup de pouce alors qu’il affronte l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, un faucon de la sécurité qui a dirigé le pays pendant trois de ses quatre guerres avec le Hamas.

Le Hamas est également confronté à un dilemme pour décider s’il doit rejoindre une nouvelle bataille à peine un an après que la dernière guerre a causé une dévastation généralisée. Depuis lors, il n’y a presque pas eu de reconstruction et le territoire côtier isolé est enlisé dans la pauvreté, avec un chômage qui tourne autour de 50 %. Israël et l’Égypte ont maintenu un blocus strict sur le territoire depuis la prise de contrôle du Hamas en 2007.

L’Egypte a intensifié samedi ses efforts pour empêcher l’escalade, communiquant avec Israël, les Palestiniens et les Etats-Unis pour empêcher le Hamas de se joindre aux combats, a déclaré un responsable du renseignement égyptien. Le responsable a parlé sous couvert d’anonymat car il n’était pas autorisé à parler aux médias.

La dernière série de violences entre Israël et Gaza a pour origine l’arrestation au début de cette semaine d’un haut responsable du Jihad islamique en Cisjordanie, dans le cadre d’une opération militaire israélienne d’un mois sur le territoire. Un adolescent membre du Jihad islamique a également été tué dans une fusillade.

Israël a ensuite fermé les routes autour de Gaza et envoyé des renforts à la frontière, avertissant de représailles. Vendredi, il a tué le commandant du Jihad islamique pour le nord de Gaza, Taiseer al-Jabari, lors d’une frappe contre un immeuble de la ville de Gaza.

Un porte-parole de l’armée israélienne a déclaré que les frappes répondaient à une “menace imminente” de deux escadrons de militants armés de missiles antichars.

Israël a approuvé un ordre d’appeler 25 000 soldats de réserve si nécessaire. Les autorités ont fermé des écoles et imposé des limites à d’autres activités dans les communautés situées à moins de 80 kilomètres (50 miles) de la frontière.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

Le Hamas a pris le pouvoir à Gaza aux mains des forces palestiniennes rivales en 2007, deux ans après le retrait d’Israël de la bande côtière. Sa guerre la plus récente avec Israël remonte à mai 2021. Les tensions ont de nouveau monté en flèche plus tôt cette année à la suite d’une vague d’attaques à l’intérieur d’Israël, d’opérations militaires quasi quotidiennes en Cisjordanie et de tensions sur un site sacré de Jérusalem.

Le Jihad islamique soutenu par l’Iran est plus petit que le Hamas mais partage largement son idéologie. Les deux groupes s’opposent à l’existence d’Israël et ont mené des dizaines d’attaques meurtrières au fil des ans, y compris des tirs de roquettes sur Israël.