Dernières Nouvelles | News 24

Israël dit avoir mis fin à sa mission à Jabalya ; les habitants retournent aux décombres

Après une opération de près de trois semaines, les forces israéliennes ont déclaré vendredi avoir « terminé leur mission » dans le camp de réfugiés de Jabalya, au nord de Gaza – cinq mois après que l’armée a déclaré sa victoire dans la même zone.

Les Forces de défense israéliennes dit ses troupes ont tué des « centaines » de militants, détruit environ six miles de tunnels souterrains et récupéré les corps de sept otages dans cette zone densément bâtie.

Les habitants qui sont retournés à Jabalya ont parlé de la « destruction complète » du camp après 20 jours d’opération. Autrefois camp de réfugiés pour les Palestiniens déplacés par la création d’Israël en 1948, le camp de Jabalya s’est transformé en un quartier densément peuplé de bâtiments en béton au cours des décennies suivantes.

Abdul Hadi Rayan, 42 ans, s’est aventuré à Jabalya pour inspecter sa maison mais a été dévasté. « Je ne savais pas où se trouvait ma maison ni où se trouvaient ses frontières. Il n’y a aucune maison habitable dans la région », a-t-il déploré.

S’adressant au téléphone au Washington Post, Rayan a exprimé son incertitude quant à son avenir. « Même si je décide de retourner au camp et de vivre sous une tente, toutes les infrastructures, toutes les rues et les conduites d’eau seront détruites. Il n’y a absolument plus de place pour la vie ici maintenant. »

SE RATTRAPER

Des histoires résumées pour rester informé rapidement

Le porte-parole de la Défense civile de Gaza, Mahmoud Bassal, a rapporté que les équipes travaillaient sans relâche à Jabalya depuis les petites heures du matin. « Destruction totale du camp, dans tous les sens du terme. Il ne reste rien à l’intérieur du camp », a-t-il déclaré.

Il a estimé que plus de 1 000 maisons ont été détruites, mais a déclaré que l’ampleur réelle de la destruction reste incertaine, aggravée par la perturbation des services de communication et de téléphone, ainsi que par la difficulté d’enlever les décombres sans machines adéquates.

Samir Salem, 49 ans, qui a accompagné sa femme au camp vendredi matin dans l’espoir de retrouver leur maison, a décrit la scène comme un « tsunami » catastrophique de destruction.

« En bref, ce qui s’est passé, c’est la destruction complète du camp de Jabalya. Il n’existe plus aucun endroit qui puisse s’appeler Camp de Jabalya. Nous sommes dans une zone qui ne sent que la mort.

Les opérations israéliennes à Jabalya ne sont que l’une des nombreuses initiatives récentes prises par ses forces pour « débarrasser » des zones des militants du Hamas, qui se sont regroupés après les premières incursions de Tsahal dans les quartiers.

Alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a présenté à plusieurs reprises l’offensive sur la ville méridionale de Rafah comme une bataille finale contre le Hamas, les troupes retournent sur les anciens champs de bataille alors que les opérations israéliennes à Gaza ralentissent et se transforment en une longue bataille d’usure, comme l’a rapporté plus tôt le Washington Post. mois.

Le conseiller à la sécurité nationale d’Israël, Tzachi Hanegbi, a déclaré plus tôt cette semaine que la destruction du Hamas et d’autres groupes militants à Gaza prendrait « encore sept mois ».

Par ailleurs, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a déclaré jeudi que les attaques contre les travailleurs humanitaires « doivent cesser », après que deux ambulanciers paramédicaux de la Société du Croissant-Rouge palestinien ont été tués cette semaine à l’ouest de Rafah. Dans un déclarationla fédération écrit que 24 membres de son personnel et volontaires ont été tués depuis le début de la guerre : 20 membres du PRCS et quatre du Magen David Adom israélien.

L’organisation caritative médicale internationale Médecins sans frontières (MSF) a déclaré Jeudi que l’offensive israélienne à Rafah a forcé la fermeture d’un centre de soins primaires à Mawasi, un campement de tentes le long de la côte de Gaza où de nombreux Palestiniens déplacés ont fui depuis qu’Israël a lancé ses opérations à Rafah début mai. Plus tôt cette semaine, les autorités sanitaires de Gaza ont déclaré qu’au moins 21 personnes avaient été tuées et 64 blessées lors d’une attaque israélienne sur Mawasi.

« C’est le deuxième établissement de santé que nous sommes obligés de fermer cette semaine et une nouvelle étape dans le démantèlement systématique par Israël du système de santé de Gaza », a déclaré l’organisation caritative. a écrit sur les réseaux sociaux Jeudi. Il a ajouté qu’il avait été contraint de quitter 14 établissements médicaux à Gaza depuis octobre.

« Plus d’un million de personnes ont été contraintes de fuir l’offensive de Rafah », a indiqué MSF. « Tant que cette offensive et la guerre plus large se poursuivront, les services médicaux et l’aide essentielle diminueront et davantage de civils mourront. »

Le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré que la distribution de l’aide à Gaza « ne fonctionnait pas efficacement » et que l’offensive israélienne dans le sud de Gaza était en partie responsable. « De plus, la porte de Rafah continue d’être fermée », a-t-il déclaré. Parlant lors d’une réunion de l’OTAN à Prague vendredi.

Il a déclaré que même si le nombre de camions d’aide entrant à Gaza a considérablement augmenté, le montant de l’aide parvenant aux Gazaouis qui en ont besoin était « insuffisant ». Interrogé par un journaliste sur la raison pour laquelle les États-Unis n’utilisaient pas leur aide militaire comme levier, Blinken a déclaré que les États-Unis « travaillaient à » corriger les conditions sur le terrain qui entravaient la distribution de l’aide.

L’impasse dans les négociations semblait se poursuivre vendredi. « Il n’y aura pas de cessez-le-feu ni de cessez-le-feu autrement que dans le cadre de l’accord visant à libérer les otages », a déclaré un haut responsable de l’équipe de négociation israélienne au média israélien Ynet. Ismail Haniyeh, président du bureau politique du Hamas, a déclaré dans un discours que le groupe militant n’avait pas changé sa position exigeant un cessez-le-feu permanent et le retrait complet des forces israéliennes de Gaza, selon le site Internet du Hamas.

La Chine a déclaré vendredi qu’elle faisait pression pour un cessez-le-feu à Gaza, accusant les États-Unis de « deux poids, deux mesures ». S’exprimant après une réunion entre les ministres de la Défense américain et chinois, le porte-parole chinois Wu Qian a déclaré que « le désastre humanitaire de plus en plus grave » [in the region] a provoqué l’indignation des peuples du monde entier. Pékin espère que les États-Unis « pourront être à la hauteur de leurs responsabilités en tant que grande puissance ». [and] abandonner les deux poids, deux mesures », a-t-il déclaré.

Philippe Lazzarini, chef de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, a appelé jeudi à la fin des attaques contre les employés et les installations de l’agence. Lazzarini, écrivant dans le New York Times, a déclaré que 192 employés de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) ont été tués depuis le début de la guerre à Gaza. Il a également cité les récentes attaques contre l’agence, notamment à Jérusalem-Est, où les manifestations israéliennes contre l’UNRWA sont devenues « de plus en plus dangereuses ». Les responsables israéliens, a-t-il déclaré, « délégitiment l’UNRWA en le qualifiant effectivement d’organisation terroriste ». Un organisme d’enquête de l’ONU chargé d’enquêter sur les allégations contre 19 personnes a classé un dossier pour manque de preuves, suspendu quatre autres en raison d’informations « insuffisantes » et continue d’enquêter sur 14 autres cas.

Au moins 36 224 personnes ont été tuées et 81 777 blessées à Gaza depuis le début de la guerre. dit le ministère de la Santé de Gaza, qui ne fait pas de distinction entre civils et combattants mais affirme que la majorité des morts sont des femmes et des enfants. Israël estime qu’environ 1 200 personnes ont été tuées lors de l’attaque du Hamas le 7 octobre, dont plus de 300 soldats, et affirme 293 des soldats ont été tués depuis le lancement de ses opérations militaires à Gaza.

Kareem Fahim a contribué à ce rapport.


Source link