Israël bombarde Gaza pour le deuxième jour consécutif en réponse aux attaques transfrontalières alors que la trêve précaire vacille (VIDEOS)

Les Forces de défense israéliennes (FDI) ont déclaré avoir ciblé un « complexe militaire et un site de lancement de fusées » prétendument opéré par le Hamas, qui gouverne la bande de Gaza. Les frappes ont été menées jeudi soir en représailles aux ballons incendiaires lancés depuis Gaza, a indiqué l’armée israélienne.

Les missiles auraient touché la ville de Khan Yunis dans le sud de Gaza, qui est devenue la cible de raids israéliens pour la deuxième journée consécutive, ainsi que la ville de Beit Lahia, au nord de la ville de Gaza.

Huit incendies, dont sept dans la région d’Eshkol et un dans un champ près de Shaar Hanegev, ont été déclenchés par les ballons jeudi, après quatre mercredi, ont rapporté les médias israéliens.

Peu de temps après qu’Israël ait bombardé les sites présumés du Hamas, des sirènes ont retenti dans le kibboutz de Kfar Aza dans le sud d’Israël, avec l’IDF affirmant les alertes ont été déclenchées par « des tirs entrants, pas des roquettes ».

Des images de vidéosurveillance ont émergé prétendant montrer le moment où un barrage de mitrailleuses a été dirigé vers la communauté.

L’éruption de violence fait suite à une « marche du drapeau » controversée à travers Jérusalem plus tôt cette semaine, organisée par des groupes nationalistes israéliens pour commémorer la victoire de Tel-Aviv lors de la guerre des Six Jours en 1967, lors de la prise de Jérusalem-Est. Initialement prévu en mai, l’événement a été reporté car les tensions ont fait place aux combats à Gaza à la fin des vacances du Ramadan, qui ont duré 11 jours. Bien que le parcours de la marche ait finalement été redirigé dans un effort pour éviter les affrontements, des escarmouches à Jérusalem et ailleurs ont néanmoins éclaté, faisant plusieurs blessés et plus d’une douzaine de Palestiniens arrêtés.

Les frappes de jeudi marquent la deuxième flambée depuis le dernier cessez-le-feu Israël-Gaza, négocié par l’Egypte le mois dernier dans la foulée d’une guerre sanglante qui a tué plus de 250 Palestiniens et 13 en Israël. Il s’agit également de la première opération militaire menée sous un nouveau gouvernement de coalition israélien, qui a pris dimanche les rênes du Premier ministre de longue date Benjamin Netanyahu.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments