Islande : une éruption volcanique émet-elle plus de dioxyde de carbone que l’activité humaine ?

Alors que le volcan islandais menace d’entrer en éruption d’une minute à l’autre, certains utilisateurs des réseaux sociaux prétendent à tort que les fumées de la catastrophe naturelle généreront plus de CO2 que toutes les voitures et tous les avions de la planète.

PUBLICITÉ

Ces dernières semaines, les Islandais étaient sur le qui-vive alors qu’une éruption volcanique attendue menace la communauté côtière de Grindavik, qui abrite plus de 3 000 personnes.

Pendant ce temps, sur la plateforme de médias sociaux X, anciennement connue sous le nom de Twitter, certains comptes affirment que l’éruption imminente rejettera plus de CO2 dans l’atmosphère que toutes les émissions d’origine humaine au cours de la dernière décennie.

« Le volcan islandais est sur le point de rejeter dans l’atmosphère plus de CO2 que toutes les émissions d’origine humaine au cours des 10 dernières années », » a tweeté un compte.

« Pourtant, votre gouvernement vous dira que vous êtes le problème si vous emmenez vos enfants à l’école avec votre voiture à essence », a répondu un autre utilisateuraffirmant que les politiques sur le changement climatique sont une arnaque.

L’activité humaine émet 40 à 100 fois plus de CO2 par an

En effet, les volcans sont capables de cracher d’énormes nuages ​​de cendres et des fumées toxiques, mais ils ne sont rien comparés aux émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine.

D’après une étude de 2019 étude évaluée par des pairs Selon le programme Deep Carbon Observatory de Washinton, DC, l’activité humaine émet environ 40 à 100 fois plus de CO2 chaque année que tous les volcans de notre planète.

Mais les volcans ont-ils encore un impact sur les émissions mondiales ?

Oui, une activité volcanique qui dure plusieurs jours, comme l’éruption volcanique de 2010 en Islande qui a cloué au sol le trafic aérien pendant près d’un mois en Europe, peut affecter temporairement le climat.

Les gaz volcaniques comme le dioxyde de soufre peuvent provoquer un refroidissement global, tandis que le dioxyde de carbone volcanique, un gaz à effet de serre, a le potentiel de favoriser le réchauffement climatique.

Cependant, elles n’ont pas autant d’impact à long terme que les émissions d’origine humaine, selon le GIEC.

L’éruption du mont St. Helens aux États-Unis en 1980 a rejeté environ 10 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère en seulement 9 heures.

Cependant, il ne nous faut actuellement que 2,5 heures à nous, humains, pour émettre la même quantité de CO2, selon la NASA.

De plus, il faudrait 3 500 de ces éruptions pour égaler la production humaine de dioxyde de carbone à partir de la seule année 2010.

Bien que de grandes éruptions explosives comme celle-ci soient rares, les émissions humaines ne s’arrêtent jamais et augmentent chaque année.

Selon une étude du United States Geological Surveytous les volcans rejettent moins de 1 pour cent du dioxyde de carbone actuellement émis par les activités humaines.