Dernières Nouvelles | News 24

« Ils ont sauvé leur vie entière pour ça » : le chagrin d’une Américaine alors que ses parents meurent pendant le Hajj



CNN

Saida Wurie a déclaré que ses parents rêvaient de participer au Hajj, le pèlerinage religieux qui amène chaque année des musulmans du monde entier en Arabie saoudite.

Ils avaient dépensé leurs « économies » – 23 000 $ au total – dans un voyage à forfait tout compris auprès d’une agence de voyage enregistrée dans l’État du Maryland.

«Ils ont sauvé leur vie entière pour ça», a-t-elle déclaré à Fredricka Whitfield de CNN.

Mais ce qui était censé être le voyage de sa vie est devenu tragique cette semaine, lorsque Wurie a appris que sa mère Isatu Tejan Wurie, 65 ans, et son père Alieu Dausy Wurie, 71 ans, faisaient partie des centaines de pèlerins morts pendant le voyage. températures extrêmes qui ont saisi ce pays du Golfe Persique. Plus de 500 ont été confirmés morts alors que l’on craint que leur nombre dépasse largement le millier.

Les Wuries étaient des citoyens américains de Bowie, dans le Maryland. Mme Wurie avait récemment pris sa retraite en tant qu’infirmière en chef au Kaiser Permanente dans le comté de Prince George, a déclaré sa fille à CNN.

S’adressant samedi à Whitfield de CNN, Wurie a déclaré qu’elle avait été en contact étroit avec ses parents lorsqu’ils étaient en Arabie Saoudite via une discussion de groupe familiale. C’est au cours de cette conversation, a-t-elle déclaré, qu’elle a appris que l’agence de voyage ne fournissait pas le transport approprié ni les informations d’identification nécessaires pour participer au pèlerinage. Le groupe avec lequel ses parents voyageaient, qui comprenait jusqu’à 100 compagnons de pèlerinage, manquait de nourriture et de fournitures suffisantes pour le voyage de cinq à six jours qui est un pilier de l’Islam, a-t-elle expliqué.

Wurie pense que ses parents n’ont pas été « correctement préparés » pour le voyage par le voyagiste et « n’ont pas reçu ce pour quoi ils avaient payé » de la part de l’entreprise. CNN a contacté le voyagiste pour commentaires.

Photo de famille

Isatu Tejan Wurie et Alieu Dausy Wurie.

Elle a eu des nouvelles de ses parents pour la dernière fois le samedi 15 juin, lorsque sa mère lui a dit qu’ils attendaient déjà depuis des heures un moyen de transport pour les emmener au Mont Arafat. Elle pense qu’ils se trouvaient à Mina à ce moment-là. Le couple a finalement choisi de marcher et a envoyé un message à leur fille après avoir marché pendant plus de deux heures.

Le couple a ensuite rejoint d’autres pèlerins et d’autres membres de leur groupe sur le mont Arafat, où ils se rassemblaient pour prier et réfléchir sur le lieu saint. Un homme de leur groupe a contacté Saida Wurie pour lui dire que ses parents avaient disparu sur le mont Arafat, après que son père lui ait dit qu’il ne pouvait pas continuer le voyage et s’était arrêté pour faire une pause en cours de route. L’homme avait continué jusqu’au sommet du mont Arafat mais n’avait pas retrouvé le couple lors de sa descente.

Wurie a reçu des notifications de décès du consulat américain à Djeddah, qui les avait obtenues du ministère saoudien de l’Intérieur, affirmant que ses parents étaient décédés de « causes naturelles » le 15 juin. Elle a ensuite été informée par quelqu’un à l’ambassade américaine qu’un coup de chaleur serait possible. considérée comme une cause naturelle.

Le bureau du consulat général lui a indiqué que ses parents avaient déjà été enterrés, mais n’a pas été en mesure de lui dire exactement où.

Désormais, Saïda et ses frères font tout ce qu’ils peuvent pour obtenir des réponses et retrouver le lieu de sépulture de leurs parents.

« Nous avons demandé au gouvernement saoudien de conserver les corps afin que nous puissions nous rendre en Arabie saoudite pour au moins leur offrir un enterrement approprié avec [their] enfants étant présents et pouvoir identifier les corps », a-t-elle déclaré à Whitfield. « Malheureusement, ils ont déjà été enterrés. »

⁠Elle aimerait que des diplomates américains la rencontrent, elle et ses frères et sœurs, sur le terrain à leur arrivée pour les aider à retrouver l’endroit où sont enterrés leurs parents et à récupérer leurs affaires, car elle ne connaît pas l’arabe et ne connaît pas la région. Samedi, les diplomates ne se sont pas engagés à les rencontrer en personne en Arabie Saoudite, a-t-elle indiqué.

Le Département d’État américain a confirmé qu’il y avait eu « la mort de plusieurs citoyens américains en Arabie Saoudite », mais a refusé de commenter les détails concernant la famille Wurie.

La chaleur extrême a été citée comme l’un des principaux facteurs à l’origine des centaines de morts et de blessés signalés cette année lors du Hajj. La Mecque, la ville sainte qui est au centre des pèlerins du Hajj, a vu les températures atteindre un record de 125 degrés Fahrenheit lundi.

Des températures élevées étaient attendues pour le rassemblement de cette année, l’armée saoudienne ayant déployé plus de 1 600 personnes avec des unités médicales et 30 équipes d’intervention rapide spécifiquement pour les coups de chaleur. 5 000 autres volontaires de santé et de premiers secours étaient également en service.

Fadel Senna/AFP/Getty Images

Une femme utilise un ventilateur portatif fonctionnant sur batterie pour rafraîchir un homme allongé sur le sol pendant le rituel symbolique de la « lapidation du diable » lors du pèlerinage annuel du hajj à Mina le 16 juin 2024.

Mais CNN a parlé à d’autres pèlerins du Hajj qui ont déclaré que les préparatifs n’étaient pas suffisants. décrivant voir des fidèles perdre connaissance et passer devant des corps recouverts de tissus blancs.

Le nombre exact de morts reste incertain et devrait s’alourdir, car les pays du monde entier ont annoncé de manière indépendante le décès de leurs ressortissants.

L’inquiétude concernant les groupes de touristes inappropriés s’est également accrue. L’Egypte a annoncé samedi qu’elle révoquait les licences de 16 agences de voyages qui organisent des voyages pour le Hajj, selon l’agence de presse officielle Ahram Online.

Ce n’est pas la première fois que des centaines de pèlerins meurent alors qu’ils voyagent pour le Hajj, qui a attiré cette année plus de 1,8 million de personnes. En 2015, plus de 700 personnes ont été tuées lors d’une bousculade dans la ville saoudienne de Mina, juste à l’extérieur de La Mecque. En 2006, 363 personnes ont été tuées lors d’une bousculade sur le site où les pèlerins se rassemblaient pour participer au rituel de la « lapidation du diable » à Mina. L’année dernière, plus de 200 personnes sont mortes.


Source link