Il se pourrait que la France soit impliquée dans le crime de guerre saoudien au Yémen – membre du groupe d'investigation – RT World News

0 48

Alors que Paris spécule clairement sur son rôle dans la campagne menée par Riyad au Yémen, l'ampleur de son implication pourrait amener la France à participer au crime de guerre saoudien, a déclaré à RT le co-fondateur d'un groupe d'investigation français.

Les récentes révélations de l’agence française d’investigation Disclose ont levé le voile sur le soutien de la France à l’Arabie saoudite dans sa brutale guerre contre les rebelles yéménites Houthis, largement considérée comme l’une des pires crises humanitaires au monde.




Aussi sur rt.com
Le document divulgué révèle les efforts déployés par EXTENSIVE en France et aux États-Unis pour soutenir l'armée inefficace saoudienne



Paris affirme que les armes qu'il vend activement aux Saoudiens ne sont utilisées qu'à des fins de défense et pour aider Riyad à lutter contre les terroristes. Cependant, cela peut ne pas être exactement le cas, estime Geoffrey Rivolsi, cofondateur de Disclose.

Le journaliste d'investigation a noté le secret de la France sur la nature de ses contrats d'armement avec Riyad et a averti que la divulgation complète du rôle de la France dans l'effort de guerre de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite pourrait éventuellement embarrasser Paris.

Les accords que la France a conclus avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis comprennent généralement des engagements de la part de la France de maintenir les systèmes d’armes fournis opérationnels, a déclaré Rivolsi. Cela signifie que la France continuera à entretenir les systèmes d'armes utilisés au Yémen après les ventes d'armes, a-t-il déclaré à RT.

Paris affirme que tout son soutien à Riyad sert uniquement à renforcer les capacités de défense de l'Arabie saoudite et à l'aider à lutter contre les extrémistes. "De nos jours, cependant, les armes françaises ne sont pas utilisées au Yémen contre Al-Qaïda, mais contre les Yéménites dans les zones contrôlées par les Houthis." a déclaré le co-fondateur de Disclose.

C'est clairement au-delà de la lutte contre le terrorisme.

Les documents obtenus par l'équipe d'enquête montrent que la France est clairement consciente des risques potentiels liés à l'utilisation d'armes contre des civils au Yémen. Une carte, intitulée "Population susceptible de souffrir des bombardements" montre combien de personnes vivent à portée de main des obusiers automoteurs de 155 mm fabriqués en France, actuellement installés par CEASAR dans les zones frontalières saoudiennes, près du Yémen. La carte concerne 430 000 civils potentiellement touchés.

"Les obusiers du CEASAR inquiètent le gouvernement alors que ces systèmes d'artillerie sont utilisés pour bombarder le Yémen." Dit Rivolsi.




Aussi sur rt.com
"Peine de mort pour le peuple yéménite": les activistes exigent la légitimité des ventes d'armes au Royaume-Uni à l'Arabie saoudite



Les Nations Unies ont accusé tant les Saoudiens que les Houthis de souffrances humaines au Yémen, soulignant en particulier que certaines des frappes aériennes de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite pourraient entraîner des crimes de guerre. "La France pourrait se rendre complice de ces crimes de guerre, compte tenu de son rôle d'assistance à la coalition dans le secteur de l'armement" Le journaliste d'investigation a mis en garde, mais a ajouté que cela s'était passé "Aucune preuve directe" Des civils ont été tués avec des armes et des bombes françaises.

Ces faits expliquent en partie pourquoi Paris a été de moins en moins mystérieux avec Riyad ces derniers temps. Les récentes révélations "montrent surtout que la France n’est pas assez transparente dans ses exportations d’armes", estime le co-fondateur de Disclose.

"Aujourd'hui même les [French] Le Parlement n'a pas accès aux informations contenues dans le rapport que nous avons publié. La liste exacte des armes vendues à l'Arabie saoudite n'existe pas. Il n'a pas de telles données. "

Alors, pourquoi la France continue-t-elle de commercer avec Riyad à faire le commerce des armes malgré son engagement, du moins en ce qui concerne sa réputation internationale? Selon Rivolsi, la réponse est de l'argent.

Il est bien lié aux intérêts économiques, à ces contrats, qui rapportent des bénéfices incroyables à la France.

Cependant, cela ne peut pas continuer, estime Rivolsi. La France a des obligations internationales à remplir. "Elle doit prendre ses responsabilités et … mener une enquête sur l'utilisation de ses armes au Yémen" Il a ajouté que les députés français demanderaient probablement la création d'une commission parlementaire spéciale chargée d'enquêter sur la question.

Pensez-vous que vos amis sont intéressés? Partagez cette histoire!

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More