Skip to content

LONDRES (Reuters) – Le tennis pourrait ne pas revenir avant 2021 après que la pandémie de coronavirus a provoqué l'annulation de toute la saison du terrain de football et de la majeure partie de la campagne en terre battue, a déclaré jeudi le directeur général d'All England Lawn Tennis Club (AELTC), Richard Lewis.

L'épidémie a bouleversé le calendrier sportif mondial et les championnats de Wimbledon ont été annulés par l'AELTC mercredi pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale.

Lewis, qui doit se retirer en juillet, a déclaré qu'il espérait que la situation se stabiliserait dans les mois à venir pour permettre à la saison sur le terrain de démarrer avant le début de l'US Open le 24 août.

"L'optimiste en moi – et je ne suis souvent pas optimiste – espère toujours que la saison américaine sur le terrain aura lieu", a déclaré Lewis.

«On espère que les choses se sont un peu calmées et que ces grands tournois de 1 000 points – Montréal, Toronto, Cincinnati – peuvent se produire à l'approche de l'US Open. Nous savons tous que c'est probablement ténu pour le moment.

"Je ne pense pas qu'il soit irréaliste de dire qu'il n'y aura peut-être plus de tennis cette année. Mais espérons que l'US Open et Roland Garros pourront avoir lieu. »

L'Open de France, qui devait initialement se jouer du 24 mai au 7 juin, a été reporté et reporté de manière controversée par la fédération française de tennis du 20 septembre au 20 octobre. 4 – une semaine après la fin de l'US Open.

Les meilleurs joueurs, dont le champion à huit reprises Roger Federer et la septuple vainqueur Serena Williams, ont exprimé leur déception de ne pas pouvoir jouer à Wimbledon cette année.

Les deux hommes de 38 ans approchent de la fin de leur carrière et Lewis espère qu'ils retourneront au All England Club en 2021.

"Nous aimerions les revoir tous les deux", a déclaré Lewis. "C'est quelque chose à espérer, et nous espérons que nous l'apprécierons d'autant plus, une doublure argentée pour en sortir."

Reportage de Rohith Nair à Bengaluru, édité par Ed Osmond

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.