SHANGHAI (Reuters) – La Chine a publié une courte animation intitulée "Il était une fois un virus" se moquant de la réponse américaine au nouveau coronavirus en utilisant des chiffres de type Lego pour représenter les deux pays.

Washington et Pékin sont enfermés dans une guerre des mots sur les origines de la maladie, qui a émergé dans la ville chinoise de Wuhan et est devenue une pandémie mondiale.

Le président américain Donald Trump a déclaré jeudi qu'il était convaincu que le coronavirus pouvait provenir d'un laboratoire de virologie chinois, mais a refusé de décrire les preuves.

Dans l’animation publiée en ligne par l’agence de presse officielle chinoise Xinhua, des rideaux rouges s’ouvrent pour révéler une scène représentant des personnages de type Lego sous la forme d’un guerrier en terre cuite portant un masque facial et la statue de la Liberté.

«Nous avons découvert un nouveau virus», explique le guerrier.

"Et alors?" répond la Statue de la Liberté. "Ce n'est qu'une grippe."

Alors que le guerrier émet des avertissements sur le virus et compte les sombres étapes de l'épidémie en Chine, la Statue de la Liberté répond avec dédain par des échos des conférences de presse de Trump au cours desquelles il a minimisé la gravité de la maladie.

"Vous écoutez-vous?" demande le guerrier alors que la statue commence à devenir rouge de fièvre et se connecte à une perfusion intraveineuse.

"Nous avons toujours raison, même si nous nous contredisons", répond la statue.

"C'est ce que j'aime chez vous, les Américains, votre constance", dit le guerrier.

Les États-Unis et d'autres pays ont accusé la Chine d'avoir induit le monde en erreur quant à la gravité de l'épidémie, et il y a de plus en plus d'appels à une enquête internationale sur les origines du virus.

Dans une interview à Reuters, Trump a déclaré qu'il pensait que la gestion par la Chine de la pandémie de coronavirus était la preuve que Pékin "ferait tout ce qu'il pouvait" pour lui faire perdre sa candidature à la réélection en novembre.

Rapport d'Engen Tham; Montage par Stephen Coates

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.