Skip to content

WASHINGTON (Reuters) – Huawei Technologies Co Inc a engagé vendredi une action en justice contre le département américain du Commerce américain afin de déterminer si le matériel de télécommunication envoyé de Chine aux États-Unis, puis de retour en Chine, était couvert par la réglementation relative à l'administration des exportations, selon un tribunal. .

Huawei intente un procès contre le département du Commerce américain pour du matériel saisi: dépôt

DOSSIER PHOTO: Un logo de la compagnie Huawei est vu à l'aéroport international de Shenzhen à Shenzhen à Shenzhen, province du Guangdong, Chine le 17 juin 2019. REUTERS / Aly Song

La poursuite est la dernière salve dans une bataille entre le gouvernement américain et Huawei. Washington a déclaré que les engins de télécommunications de la société chinoise pourraient être utilisés par Beijing pour espionner. Huawei nie que ce soit le cas.

Huawei a indiqué avoir envoyé du matériel de télécommunication en provenance de Chine, notamment un serveur informatique et un commutateur Ethernet, à un laboratoire d'essais en Californie. Une fois les tests terminés, l’équipement a été renvoyé en Chine. Aucune demande de licence n'a été faite car aucune n'était nécessaire, affirme le procès.

Mais le matériel a été saisi en Alaska par le gouvernement américain, et aucune décision n’a été prise quant à savoir si un permis est nécessaire pour l’expédier, indique le document.

"L’équipement, à la connaissance de HT USA, reste dans un vide bureaucratique dans un entrepôt en Alaska", a déclaré Huawei dans son procès.

Le Département du commerce n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Huawei soutient que l'équipement n'exigeait pas de licence car il ne faisait pas partie d'une catégorie contrôlée et qu'il était fabriqué en dehors des États-Unis et qu'il était renvoyé dans le pays d'origine.

Huawei a demandé que le matériel soit libéré pour l'expédition ou que le département du Commerce décide qu'il a été expédié illégalement.

En mai, l’administration Trump a ajouté Huawei à la liste des entités, l’empêchant d’acheter les pièces et composants américains nécessaires sans l’approbation du gouvernement américain. Le président des États-Unis, Donald Trump, a déclaré que les États-Unis pourraient résoudre les plaintes concernant Huawei dans le cadre d'un accord commercial.

La directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, fille du fondateur de la société, est détenue au Canada depuis décembre en vertu d’un mandat américain. Elle lutte contre l’extradition pour avoir induit les banques mondiales en erreur au sujet des relations de Huawei avec une société opérant en Iran.

Peu de temps après sa détention, les autorités chinoises ont arrêté deux citoyens canadiens, les accusant d'espionnage.

Compte rendu de Diane Bartz et Jon Stempel, édité par G Crosse et Bill Berkrot

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Shein Many GEO's Shein Many GEO's

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *