Huawei a payé 500 000 $ à Tony Podesta pour faire pression sur la Maison Blanche

Tony Podesta

Rebecca D’Angelo | Le Washington Post | Getty Images

Huawei, le géant chinois de la technologie qui figure sur une liste noire du commerce américain, a versé 500 000 $ au lobbyiste et donateur démocrate vétéran Tony Podesta pour faire pression sur la Maison Blanche au cours du troisième trimestre.

La divulgation intervient alors que l’administration Biden fait face à des pressions pour garder Huawei sur la liste noire, qui restreint l’accès de l’entreprise aux semi-conducteurs. Le lobbying a eu lieu entre juillet et septembre.

Les détails de la campagne de lobbying de Podesta pour Huawei n’étaient pas clairs. Podesta et Huawei n’ont pas renvoyé les demandes de commentaires avant la publication.

La Maison Blanche, dans une réponse jeudi, a critiqué Huawei et a déclaré que la société était toujours soumise à des restrictions commerciales.

« Le président Biden et cette administration pensent que les équipements d’infrastructure numérique fabriqués par des fournisseurs peu fiables, comme Huawei, constituent une menace pour la sécurité des États-Unis, de nos alliés et de nos partenaires. Les contrôles à l’exportation contre Huawei restent en place », a déclaré un responsable de la Maison Blanche, interrogé sur le lobbying de Podesta.

« Nous nous engageons à utiliser la gamme complète de nos outils pour assurer notre sécurité et celle de nos alliés », a ajouté le responsable. « Nous nous engageons avec tous nos partenaires et alliés sur les risques posés par Huawei et des dizaines de pays et d’opérateurs ont pris la décision d’exclure Huawei de leurs réseaux 5G. Et nous nous attendons à ce que cette tendance se poursuive. »

CNBC Politique

En savoir plus sur la couverture politique de CNBC :

L’embauche de Podesta par Huawei a déjà été signalée, mais la divulgation jette un nouvel éclairage sur les transactions du lobbyiste de longue date, y compris ses honoraires élevés.

Podesta, qui est connu pour avoir des liens avec la Maison Blanche, s’est inscrit pour faire du lobbying pour Huawei en juillet, selon un formulaire d’inscription. Cela a marqué son retour au lobbying après avoir quitté l’entreprise en 2017, alors que son entreprise faisait l’objet d’un examen minutieux dans le cadre de l’enquête de l’avocat spécial Robert Mueller.

Podesta, selon la divulgation du troisième trimestre, n’a ciblé que le bureau de la Maison Blanche pour Huawei au dernier trimestre. Le formulaire de divulgation indique qu’il s’agissait de « problèmes liés aux services de télécommunication et aux problèmes commerciaux touchés ». Le bureau de la Maison Blanche est dirigé par le chef de cabinet du président, qui, dans ce cas, est Ron Klain, un autre vétéran du pouvoir démocrate.

Une source proche des efforts de lobbying de Podesta pour Huawei a déclaré à CNBC que Klain n’avait pas été contacté. Cette personne a refusé d’être identifiée afin de discuter d’une affaire privée.

Pendant des années, Huawei a cherché à gagner les faveurs des responsables américains car il est accusé de menacer la sécurité nationale américaine. Le gouvernement chinois est connu pour exercer une grande influence sur les entreprises du pays, bien que Huawei ait nié qu’il fournirait des données à Pékin.

Le président de l’époque, Donald Trump, a inscrit Huawei sur une liste noire du commerce en 2019. Son administration a suivi avec d’autres restrictions.

En 2019, Huawei a dépensé plus de 2 millions de dollars en lobbying, selon le Center for Responsive Politics, non partisan. Cette fois, ils ont ciblé la Maison Blanche et le ministère du Commerce, entre autres agences.

L’entreprise a dépensé 470 000 $ l’année dernière en lobbying et jusqu’à présent cette année, elle a investi plus d’un million de dollars dans le jeu de l’influence.

Les législateurs républicains ont fait pression sur l’administration Biden dans son ensemble pour garder Huawei sur liste noire.

Alain Estévez, Le candidat de Biden au poste de sous-secrétaire au Commerce pour l’industrie et la sécurité, et un ancien responsable du Pentagone, a déclaré lors d’une audience du comité sénatorial des banques le mois dernier qu’il considérait Huawei comme une menace pour la sécurité nationale. S’il était confirmé, a-t-il dit, il maintiendrait l’entreprise sur la liste noire du commerce à moins que « les choses ne changent ».

La divulgation de Podesta est également intervenue après que les procureurs fédéraux de New York ont ​​annoncé fin septembre que le directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou, serait libéré de sa détention au Canada et autorisé à retourner en Chine après avoir conclu un accord de poursuites différées sur des accusations de fraude électronique. Meng est également la fille du fondateur de Huawei.

« C’était une question d’application de la loi qui était entièrement entre les mains du ministère de la Justice – pas une question de politique », a déclaré le responsable de la Maison Blanche. « Comme l’a dit le ministère de la Justice, ils ‘ont pris la décision de proposer un accord de poursuites différées avec Mme Meng de manière indépendante, sur la base des faits et de la loi, et d’une évaluation du risque de litige.' »

Le responsable a ensuite pointé du doigt l’attaché de presse de la Maison Blanche Commentaires récents de Jen Psaki sur la question et a renvoyé toutes les autres questions au ministère de la Justice.

Podesta lui-même a été un aimant à controverse. NBC News a rapporté en 2019 que les procureurs fédéraux ont mis fin à un enquête sur Tony Podesta et l’ancien représentant Vin Weber, R-Minn., dans une affaire liée au lobbying pour l’Ukraine et Paul Manafort sans déposer d’accusations criminelles.

Avant l’enquête, Podesta était un financier clé du Parti démocrate. Lors des élections de 2016, il a remis cinq chèques chiffrés aux bras de campagne des démocrates de la Chambre et du Sénat. Il a également contribué à la campagne de la candidate d’alors Hillary Clinton. Son frère, John Podesta, était le président de campagne de Clinton.

Podesta a également été payé 500 000 $ supplémentaires au dernier trimestre par une société énergétique bulgare intitulée Protos Energy SSC. Ce paiement est intervenu après « aucune activité de lobbying », selon le rapport de divulgation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *