Dernières Nouvelles | News 24

Hong Kong arrête six personnes dans le cadre de la première utilisation de la nouvelle loi locale sur la sécurité nationale quelques jours avant l’anniversaire de Tiananmen

Vernon Yuen/NurPhoto/AP

Une vue générale montrant l’horizon de Hong Kong le 10 octobre 2022



CNN

La police de Hong Kong a procédé à ses premières arrestations en vertu d’une loi locale sur la sécurité nationale récemment adoptée, suite à des publications sur les réseaux sociaux jugées « séditieuses » par les autorités, quelques jours seulement avant le 35e anniversaire du massacre de la place Tiananmen.

La police de la sécurité nationale de la ville a arrêté mardi six personnes soupçonnées d’avoir commis des actes à caractère séditieux, selon un communiqué. déclaration de police.

Le chef de la sécurité, Chris Tang, a confirmé que l’une des personnes arrêtées était Chow Hang-tung, l’un des principaux organisateurs des immenses veillées de Tiananmen qui se tenaient autrefois à Hong Kong mais qui sont désormais interdites. Chow est déjà en détention pour des accusations liées à son activisme pour la démocratie.

Dans leur communiqué, la police a accusé une femme anonyme en garde à vue et cinq autres personnes d’avoir profité d’une « date sensible qui approche » pour publier anonymement des messages séditieux sur les réseaux sociaux depuis avril.

L’objectif, selon la police, était « d’inciter les citoyens à la haine des autorités centrales, du gouvernement de la ville et du système judiciaire, et d’inciter les internautes à organiser ou à participer ultérieurement à des activités illégales ».

Le communiqué n’indique pas la date sensible à venir. Cependant, mardi prochain marquera l’anniversaire du massacre de la place Tiananmen du 4 juin 1989 à Pékin, un événement qui a été effacé des archives par les autorités chinoises et qui ne peut plus être commémoré en toute sécurité à Hong Kong.

Chow, avocat et l’un des militants pro-démocratie les plus éminents de la ville, a déjà été emprisonné à deux reprises pour avoir organisé des veillées non autorisées pour commémorer la répression militaire sanglante de Pékin. Elle est actuellement en détention pour des raisons liées à la sécurité nationale.

Les journalistes ont demandé à Tang si les autorités faisaient référence à la commémoration du 4 juin dans le communiqué annonçant les dernières arrestations.

« La date en elle-même n’est pas importante », a-t-il répondu. «Le plus important est que ceux qui veulent mettre en danger la sécurité nationale utilisent ces sujets pour inciter les citoyens à la haine contre le gouvernement central, notre gouvernement et notre système judiciaire.»

Les personnes arrêtées étaient cinq femmes et un homme, âgés de 37 à 65 ans, a indiqué la police, ajoutant qu’ils pourraient encourir jusqu’à sept ans de prison s’ils étaient reconnus coupables.

La police a perquisitionné les domiciles de cinq des suspects et saisi des objets, notamment des appareils électroniques, que les agents soupçonnent d’avoir été utilisés pour publier des « messages séditieux », selon le communiqué.

« Ceux qui ont l’intention de mettre en danger la sécurité nationale ne devraient pas avoir l’illusion qu’ils peuvent éviter une enquête policière en restant anonymes en ligne », ajoute le communiqué.

Ces arrestations marquaient la première fois que la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong était invoquée depuis qu’elle avait été adoptée à l’unanimité par le Parlement sans opposition de la ville en mars.

Connue localement sous le nom d’article 23, la loi a été adoptée en toute hâte à la demande du chef de la ville, John Lee, et débattue pendant seulement 11 jours.

La législation introduit 39 nouveaux crimes contre la sécurité nationale, s’ajoutant à une loi sur la sécurité nationale déjà puissante qui a été directement imposée par Pékin à Hong Kong en 2020 après d’énormes et parfois violentes manifestations en faveur de la démocratie l’année précédente.

Cette loi a déjà transformé Hong Kong, les autorités emprisonnant des dizaines d’opposants politiques, obligeant des groupes de la société civile et des médias au franc-parler à se dissoudre et transformant cette ville autrefois libre en une ville qui donne la priorité au patriotisme.

La législation locale sur la sécurité nationale couvre une série de nouveaux crimes, notamment la trahison, l’espionnage, l’ingérence extérieure et le traitement illégal de secrets d’État, les délits les plus graves étant passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à la prison à vie.

Lee, le dirigeant de Hong Kong, l’a décrit comme un « moment historique pour Hong Kong », mais les critiques et les analystes ont prévenu que cela alignerait plus étroitement les lois sur la sécurité nationale du centre financier avec celles utilisées sur le continent chinois et renforcerait la répression actuelle de la dissidence.

Pendant des décennies, Hong Kong a été le seul endroit sur le sol chinois où des commémorations massives avaient lieu chaque 4 juin pour commémorer les manifestants pro-démocratie tués par les troupes chinoises en 1989.

Les veillées ont été organisées par l’organisation désormais dissoute Hong Kong Alliance, dont Chow était une figure de proue.

Mais les veillées aux chandelles étaient pratiquement interdites depuis 2020, les autorités cherchant à étouffer toutes les commémorations publiques de la répression, qui reste le plus grand tabou politique en Chine continentale.

En 2020 et 2021, les autorités de Hong Kong interdit l’événement sur COVID-19[feminine motifs de restrictions, mais de petites foules ont continué à se présenter et à allumer des bougies.

Chow était condamné à 15 mois de prison en 2022 pour sa participation à l’organisation d’une veillée non autorisée pour commémorer le massacre de la place Tiananmen l’année précédente. À l’époque, elle purgeait déjà une peine de 12 mois de prison pour son rôle dans l’organisation de la veillée de Tiananmen en 2020.

Dans une autre affaire, Chow a été accusée en 2021 d’incitation à la subversion du pouvoir de l’État en raison de son rôle au sein de l’Alliance de Hong Kong.


Source link