Hamas : aucun otage n’est libéré jusqu’à ce qu’Israël cesse d’attaquer Gaza

Tous les derniers développements de la guerre entre Israël et le Hamas.

Pas de libération d’otages tant que les attaques sur Gaza ne cesseront

PUBLICITÉ

Le Hamas ne libérera pas d’autres otages tant qu’Israël n’arrêtera pas son opération militaire à Gaza, a déclaré Ghazi Hamad, haut dirigeant du groupe militant palestinien.

« Nous n’engagerons aucune forme de pourparlers sur l’échange de prisonniers dans le cadre de la poursuite de la guerre génocidaire israélienne », a déclaré Hamad dans une déclaration vidéo en anglais publiée jeudi.

Il a ajouté que le Hamas était « ouvert à toute initiative contribuant à mettre fin à l’agression contre notre peuple ».

« La population de Gaza est au bord de la famine sous le siège israélien renforcé et étouffant », a poursuivi Hamad.

Les États-Unis s’accordent sur le vote du Conseil de sécurité de l’ONU

Le Conseil de sécurité de l’ONU a de nouveau retardé jeudi le vote d’une résolution édulcorée visant à fournir une aide désespérément nécessaire à Gaza, bien que la révision ait désormais obtenu le soutien de Washington.

De nombreux diplomates à l’ONU ont déclaré qu’ils devaient consulter leurs capitales avant le vote, prévu vendredi, en raison de changements importants.

L’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield a déclaré aux journalistes après consultations que son pays soutenait désormais le nouveau texte et qu’il le soutiendrait s’il était soumis au vote.

La disposition clé d’une résolution musclée a été supprimée – un appel à « la suspension urgente des hostilités pour permettre un accès humanitaire sûr et sans entrave, et à des mesures urgentes vers une cessation durable des hostilités ».

Au lieu de cela, il appelle « à des mesures urgentes pour permettre immédiatement un accès humanitaire sûr et sans entrave, et également pour créer les conditions d’une cessation durable des hostilités ».

Les étapes ne sont pas définies, mais les diplomates ont déclaré que si elles étaient adoptées, cela marquerait la première référence du Conseil à la cessation des hostilités.

Plus de 570 000 personnes meurent de faim à Gaza

Plus d’un demi-million de personnes à Gaza meurent de faim, selon un rapport des Nations Unies et d’autres agences.

Les résultats mettent en évidence la grave crise humanitaire provoquée par les bombardements et le siège israéliens sur le territoire, avec des personnes désespérées attaquant les convois humanitaires plus tôt dans la semaine.

L’ampleur de la faim dans la population a même éclipsé les quasi-famines survenues en Afghanistan et au Yémen ces dernières années, note le rapport.

Il a averti que le risque de famine « augmente chaque jour », attribuant la famine à l’insuffisance de l’aide entrant à Gaza.

« La situation ne peut pas être pire », a déclaré Arif Husain, économiste en chef du Programme alimentaire mondial de l’ONU. « Je n’ai jamais vu quelque chose d’aussi grande échelle se produire à Gaza. Et à cette vitesse.

Le président israélien Isaac Herzog, qui est à Paris pour rencontrer les sénateurs français, a affirmé qu’Israël « peut permettre l’entrée de 300, voire 400 camions par jour, mais en raison d’un échec décisif de l’ONU… ils ne sont pas en mesure de faire entrer plus de 125 camions par jour.

L’ONU affirme qu’il est tout simplement impossible de coordonner correctement la logistique tout en étant constamment bombardé.

Human Rights Watch a accusé Israël d’utiliser la famine comme méthode de guerre à Gaza en bloquant des ressources essentielles.