Haïti : Un gang notoire avec des antécédents d’enlèvements effrontés accusé d’avoir enlevé 17 missionnaires | Nouvelles du monde

Un gang notoire avec une histoire d’enlèvements a été blâmé par la police pour l’enlèvement de 17 missionnaires en Haïti.

Le gang des 400 Mowozo aurait a kidnappé le groupe religieux samedi, qui comprenait des enfants qui rentraient chez eux d’un orphelinat de la capitale Port-au-Prince.

Christian Aid Ministries, le groupe auquel appartenaient les missionnaires, a déclaré que cinq hommes, sept femmes et cinq enfants constituaient le groupe enlevé de 16 Américains et un Canadien.

Image:
Christian Aid Ministries dit qu’il prie pour un résultat sûr. Photo : AP

400 Mowozo, qui se traduit grosso modo par 400 hommes inexpérimentés, contrôle des parties de Haïti, et sont connus des autorités comme des personnes qui procèdent à des enlèvements, à des détournements de voitures et à des extorsions d’entreprises.

Les États-Unis ont admis qu’ils ne connaissaient pas l’emplacement de leurs citoyens qui ont été kidnappés, selon CNN qui cite des sources.

Dans un communiqué, Christian Aid Ministries a déclaré: « Nous demandons une prière urgente pour les… travailleurs qui ont été enlevés lors d’un voyage pour visiter un orphelinat. Nous recherchons la direction de Dieu pour une résolution, et les autorités cherchent des moyens d’aider.

« Joignez-vous à nous pour prier pour ceux qui sont pris en otage, les ravisseurs et les familles, amis et églises des personnes touchées. Priez pour ceux qui recherchent la direction de Dieu et prennent des décisions concernant cette affaire. »

Haïti a connu une recrudescence du nombre d’enlèvements liés à des gangs après Le président Jovenel Moïse a été assassiné chez lui en juillet.

Le pays, le plus pauvre des Amériques, est également aux prises avec les séquelles de un séisme majeur qui a tué plus de 2 200 personnes le mois suivant.

Haïti est le pays le plus pauvre des Amériques, et une recrudescence de la violence des gangs a déplacé des milliers de personnes.  photo de fichier AP
Image:
Haïti est le pays le plus pauvre des Amériques, et une recrudescence de la violence des gangs a déplacé des milliers de personnes. Photo : AP

Le New York Times a déclaré que certaines parties de la capitale sont désormais si dangereuses que de nombreux résidents ont fui – et que peu de gens s’aventurent dehors pendant la journée.

Les gangs ont exigé des rançons allant de milliers de dollars à plus d’un million de dollars, selon les autorités.

Le mois dernier, un diacre a été tué devant une église de Port-au-Prince et sa femme kidnappée, l’une des dizaines de personnes qui ont été enlevées ces derniers mois.

Au moins 328 victimes d’enlèvements ont été signalées à la police haïtienne au cours des huit premiers mois de 2021, contre un total de 234 pour l’ensemble de 2020, selon un récent rapport de l’ONU.

L’instabilité a conduit des milliers à fuir et cherchent à atteindre les États-Unis, où ils ont été arrêtés à la frontière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *