Dernières Nouvelles | News 24

Guerre Israël-Hamas : pourquoi le Hezbollah menace Chypre

Note de l’éditeur: Une version de cette histoire apparaît dans le bulletin d’information de CNN, Pendant ce temps au Moyen-Orient, un aperçu trois fois par semaine des plus grandes actualités de la région. Inscrivez-vous ici.



CNN

Dans un discours enflammé cette semaine, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a pointé du doigt à proximité de Chypremenaçant de cibler la petite île méditerranéenne divisée si elle aide Israël dans une guerre potentielle entre le groupe militant libanais et Israël.

« Chypre fera également partie de cette guerre » si elle ouvre ses aéroports et ses bases aux forces israéliennes, a déclaré mercredi le chef du groupe militant soutenu par l’Iran dans un discours télévisé, un jour après qu’Israël a averti que la perspective d’une « la guerre totale » au Liban était « très proche ».

En réponse à ces commentaires, le président chypriote Nikos Christodoulides a nié toute implication dans la guerre.

« Ces déclarations ne sont pas agréables, mais elles ne correspondent en aucun cas à ce qui est tenté, à savoir donner l’image que Chypre est impliquée dans les opérations de guerre. En aucun cas », a-t-il déclaré, ajoutant que les voies de communication sont ouvertes avec les gouvernements libanais et iranien.

L’Union européenne a pris jeudi la défense de Chypre, affirmant que puisque l’île « est un État membre de l’UE, cela signifie que l’UE est Chypre et que Chypre est l’UE ».

« Toute menace contre l’un de nos États membres est une menace contre l’UE. » Pierre Stanoa déclaré un porte-parole de l’UE aux journalistes.

La Grèce voisine a également exprimé son «solidarité indivisible» avec Chypre, affirmant sur X que « la menace de recourir à la force est une violation flagrante de la Charte des Nations Unies ».

Dans une tentative apparente de contrôler les dégâts, le ministre libanais des Affaires étrangères Abdallah Bou Habib a appelé son homologue chypriote, Constantinos Kombos, pour lui exprimer « la confiance continue du Liban dans le rôle positif joué par Chypre pour soutenir la stabilité dans la région », selon le communiqué. Médias d’État libanais.

Alors que les experts estiment qu’une guerre entre Israël et le Hezbollah reste improbable, la simple mention de Chypre ajoute une nouvelle dimension au problème. Conflit Israël-Hamas à Gaza. Cela risque d’entraîner un pays de l’UE dans une guerre qui s’est déjà étendue à tout le Moyen-Orient et de mettre en lumière les liens de Chypre avec Israël.

Voici ce que nous savons.

Île de la Méditerranée orientale située sur une ligne de fracture géopolitique entre le Moyen-Orient et le sud de l’Europe, Chypre est géographiquement beaucoup plus proche des conflits du Moyen-Orient que des centres de pouvoir européens.

L’île est deux fois plus grande que l’État américain du Delaware et est divisée en deux parties : une partie sud de langue grecque connue sous le nom de République de Chypre et une région turcophone connue sous le nom de République turque de Chypre du Nord. La division de l’île reflète la rivalité entre les ennemis régionaux, la Grèce et la Turquie. La majeure partie de la communauté internationale ne reconnaît que la souveraineté de la partie grecque de Chypre, et c’est sur cette nation que les menaces de Nasrallah étaient dirigées.

La République de Chypre est membre de l’UE mais pas de l’alliance de défense de l’OTAN qui oblige les pays membres à se défendre mutuellement en cas d’attaque. C’est la maison de environ 920 000 personnesavec Nicosie pour capitale.

Voir ce contenu interactif sur CNN.com

Début des relations diplomatiques entre Chypre et Israël en 1960, après l’indépendance de l’île de la domination coloniale britannique, mais Chypre n’a ouvert d’ambassade à Tel Aviv qu’en 1994. Les relations se sont détériorées dans les années 1980 et 1990 sur des questions telles que les liens étroits d’Israël avec la Turquie et le conflit israélo-arabe, dans lequel Chypre s’est rangé du côté. avec les États arabes et a soutenu la création d’un État palestinien.

Les liens ont rebondi tardivement Années 1990 et 2000alors qu’Israël commençait à se tourner vers la Méditerranée orientale pour des partenariats économiques, en particulier après la découverte de gaz naturel dans la région. Les experts affirment qu’Israël a également considérait Chypre comme un partenaire pour contrecarrer les menaces régionales, en particulier celles de la Turquie et des groupes liés à l’Iran.

Israël a ces dernières années utilisé le territoire chypriote pour s’entraîner ses troupes sur une éventuelle guerre avec le Hezbollah. Le terrain de Chypre est similaire à celui du Liban, a déclaré l’armée israélienne (FDI), selon les médias israéliens.

En 2022, Tsahal a mené un exercice militaire conjoint avec les forces chypriotes. Une partie de la formation conjointe était axée sur la lutte sur plusieurs fronts et sur la lutte contre le Hezbollah au Liban, ont rapporté les médias israéliens. Leurs derniers exercices étaient réalisée en mai 2023 En chypre.

La présidence chypriote a déclaré jeudi X que le pays « a jamais facilité et ne facilitera aucune action agressive ou attaque contre un pays.

Stavros Ioannides/PIO/Reuters

Le ministre chypriote des Affaires étrangères, Constantinos Kombos, reçoit son homologue israélien Eli Cohen à Larnaca, à Chypre, le 20 décembre.

Chypre a tenu à dissiper toute suggestion selon laquelle elle serait impliquée dans la guerre à Gaza, soulignant ses efforts humanitaires qui ont contribué à acheminer de l’aide à Gaza.

« La République de Chypre ne fait pas partie du problème. La République de Chypre fait partie de la solution », a déclaré le président Christodoulides. « Et notre rôle à cet égard, comme le démontre par exemple le corridor humanitaire, est reconnu non seulement par le monde arabe mais par la communauté internationale dans son ensemble. »

En mars, Chypre a commencé à autoriser les navires humanitaires à quitter ses ports dans le cadre des efforts internationaux visant à créer une route d’aide humanitaire par voie maritime vers Gaza.

La première expédition maritime vers Gaza transportait 200 tonnes de nourriture, ce qui équivaut à environ 500 000 repas. Une plateforme logistique de l’UE a également été créée à Chypre pour faciliter le flux d’aide vers Gaza.

Nicosie a critiqué certaines actions d’Israël à Gaza, notamment celles qui ont entravé l’acheminement de l’aide humanitaire.

En avril, ils ont publié une déclaration conjointe avec les Émirats arabes unis, condamnant l’attaque meurtrière israélienne contre l’organisation caritative World Central Kitchen, qui a tué sept personnes.

Il a également condamné à plusieurs reprises le Hamas pour son attaque du 7 octobre contre Israël.

Yiannis Kourtoglou/Reuters

L’aide humanitaire pour Gaza est chargée sur une plate-forme à côté d’un navire de sauvetage de l’ONG espagnole Open Arms au port de Larnaca, à Chypre, le 11 mars.

L’île a déjà été prise entre deux feux de conflits régionaux, rappelant sa proximité avec un Moyen-Orient instable. En 2019, un missile présumé de fabrication russe a explosé dans la région de le nord de Chypre. Les responsables chypriotes pensaient que le missile était lié aux opérations militaires en Syrie, affirmant qu’il avait atterri à moins de 24 km au nord de la capitale Nicosie.

Un scénario dans lequel Israël utilise des bases chypriotes pour ses forces militaires, contre lequel le Hezbollah a mis en garde, « étendrait effectivement la guerre à Gaza à l’Union européenne », a écrit Mohammad Ali Shabani, analyste iranien et rédacteur en chef d’Amwaj.media, sur X.

Cela signifierait qu’un pays de l’UE serait, pour la première fois, directement impliqué dans une guerre élargie à Gaza.

Certains experts estiment toutefois qu’il est peu probable que le conflit entre Israël et le Hezbollah dégénère en une guerre totale, car aucune des deux parties ne souhaite une telle escalade.

« La diffusion par le Hezbollah d’images de drones montrant des positions sensibles à l’intérieur d’Israël a pour but de dissuader Israël », a déclaré à CNN Lina Khatib, chercheuse associée au programme Moyen-Orient et Afrique du Nord du groupe de réflexion Chatham House à Londres, faisant référence au 9-9. Une minute de vidéo de drone publiée mardi par le Hezbollah, montrant des emplacements civils et militaires dans et autour de la ville israélienne de Haïfa.

« Il est normal qu’Israël et le Hezbollah aient mis en place des plans militaires pour gérer une éventuelle escalade. Mais dans l’état actuel des choses, ni Israël ni le Hezbollah ne bénéficient d’une guerre totale », a déclaré Khatib, ajoutant que « le Hezbollah sait qu’une guerre avec Israël serait dévastatrice pour le Liban et qu’il n’y a pas d’appétit populaire pour un tel scénario dans le pays ».

Il est également peu probable que l’administration Biden laisse Israël mener seul une guerre sur deux fronts, a-t-elle déclaré, ajoutant que l’implication américaine pourrait attirer « d’autres acteurs soutenus par l’Iran ainsi que la possibilité que l’Iran lui-même soit pris pour cible ».

« Il s’agit d’un coût élevé que l’Iran veut éviter de payer », a-t-elle déclaré. « Les États-Unis ne veulent pas non plus se retrouver dans un nouveau bourbier au Moyen-Orient, surtout à l’approche des élections présidentielles. »


Source link