Dernières Nouvelles | News 24

Guerre Israël-Hamas : Netanyahu reconnaît une « erreur tragique » dans la frappe sur Rafah qui a tué des dizaines de personnes

TEL AVIV, Israël (AP) — Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré lundi qu’une « erreur tragique » avait été commise lors d’une frappe israélienne dans la ville de Rafah, au sud de Gaza, qui a incendié un camp abritant des Palestiniens déplacés et, selon les autorités locales, a tué au moins 45 personnes.

Cette frappe n’a fait qu’ajouter aux critiques internationales croissantes auxquelles Israël est confronté à propos de son guerre avec le Hamas, même ses alliés les plus proches exprimant leur indignation face à la mort de civils. Israël insiste sur le fait qu’il adhère au droit international alors même qu’il fait l’objet d’un examen minutieux par les plus hauts tribunaux du monde, dont l’un a exigé la semaine dernière qu’il arrêter l’offensive à Rafah.

Netanyahu n’a pas précisé cette erreur. L’armée israélienne a initialement déclaré avoir mené une frappe aérienne précise sur un complexe du Hamas, tuant deux militants de haut rang. Alors que les détails de la frappe et des tirs ont été révélés, l’armée a déclaré avoir ouvert une enquête sur la mort de civils.

L’attaque de dimanche soir, qui semble être l’une des plus meurtrières de la guerre, a contribué à porter le nombre total de morts palestiniens dans la guerre au-dessus de 36 000, selon le ministère de la Santé de Gaza, qui ne fait pas de distinction entre combattants et non-combattants dans son décompte.

« Malgré tous nos efforts pour ne pas nuire à des civils innocents, une erreur tragique a eu lieu hier soir », a déclaré Netanyahu lundi dans un discours au parlement israélien. « Nous enquêtons sur l’incident et obtiendrons une conclusion car telle est notre politique. »

Mohammed Abuassa, qui s’est précipité sur les lieux dans le quartier nord-ouest de Tel al-Sultan, a déclaré que les sauveteurs « ont retiré les gens qui étaient dans un état insupportable ».

« Nous avons sorti les enfants qui étaient en morceaux. Nous avons retiré les jeunes et les personnes âgées. L’incendie dans le camp était irréel », a-t-il déclaré.

Au moins 45 personnes ont été tuées, selon le ministère de la Santé de Gaza et les services de secours du Croissant-Rouge palestinien. Le ministère a déclaré que parmi les morts figuraient au moins 12 femmes, huit enfants et trois personnes âgées, tandis que trois autres corps brûlés étaient méconnaissables.

Les Palestiniens regardent les destructions après une frappe israélienne où des personnes déplacées séjournaient à Rafah, dans la bande de Gaza, le lundi 27 mai 2024. Les agents de santé palestiniens ont déclaré que les frappes aériennes israéliennes ont tué au moins 35 personnes dans la région.  L'armée israélienne a confirmé la frappe de dimanche et a déclaré qu'elle avait touché une installation du Hamas et tué deux militants de haut rang du Hamas.  (Photo AP/Jehad Alshrafi)

Des Palestiniens regardent les destructions après une frappe israélienne contre des personnes déplacées à Rafah, dans la bande de Gaza, le lundi 27 mai 2024. (AP Photo/Jehad Alshrafi)

Par ailleurs, l’armée égyptienne a déclaré qu’un de ses soldats avait été abattu lors d’un échange de tirs dans la région de Rafah, sans fournir plus de détails. Israël a déclaré qu’il était en contact avec les autorités égyptiennes et que les deux parties ont déclaré qu’elles enquêtaient.

Une première enquête a révélé que le soldat avait répondu à un échange de tirs entre les forces israéliennes et des militants palestiniens, a rapporté la télévision publique égyptienne Qahera. L’Egypte a averti que l’incursion israélienne à Rafah pourrait menacer les relations des deux pays. traité de paix vieux de plusieurs décennies.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a prévu une réunion d’urgence à huis clos mardi après-midi sur la situation à Rafah à la demande de l’Algérie, le représentant arabe au conseil, ont déclaré deux diplomates du conseil à l’Associated Press avant une annonce officielle.

Rafah, la ville la plus méridionale de Gaza, à la frontière avec l’Égypte, abritait plus d’un million de personnes – environ la moitié de la population de Gaza – déplacées d’autres parties du territoire. La plupart ont de nouveau fui depuis qu’Israël a lancé ce qu’il a appelé une incursion limitée là-bas au début du mois. Des centaines de milliers de personnes sont entassés dans des camps de tentes sordides dans et autour de la ville.

Des Palestiniens prient à côté des corps de leurs proches tués lors d'un bombardement israélien sur la bande de Gaza, à l'hôpital Al Aqsa de Deir al Balah, au centre de la bande de Gaza, le lundi 27 mai 2024. (AP Photo/Abdel Kareem Hana)

Des Palestiniens prient à côté des corps de leurs proches tués lors d’un bombardement israélien sur la bande de Gaza, à l’hôpital Al Aqsa de Deir al Balah, au centre de la bande de Gaza, le lundi 27 mai 2024. (AP Photo/Abdel Kareem Hana)

Les Palestiniens réagissent aux destructions après une frappe israélienne contre des personnes déplacées à Rafah, dans la bande de Gaza, le lundi 27 mai 2024. Les agents de santé palestiniens ont déclaré que les frappes aériennes israéliennes ont tué au moins 35 personnes dans la région.  L'armée israélienne a confirmé la frappe de dimanche et a déclaré qu'elle avait touché une installation du Hamas et tué deux militants de haut rang du Hamas.  (Photo AP/Jehad Alshrafi)

Les Palestiniens réagissent aux destructions après une frappe israélienne contre des personnes déplacées à Rafah, dans la bande de Gaza, le lundi 27 mai 2024. (AP Photo/Jehad Alshrafi)

Ailleurs à Rafah, le directeur de l’hôpital du Koweït, l’un des derniers centres médicaux fonctionnels de la ville, a déclaré qu’il était en train de fermer ses portes et que les membres du personnel étaient transférés dans un hôpital de campagne. Le Dr Suhaib al-Hamas a déclaré que la décision avait été prise après qu’une grève ait tué deux agents de santé lundi à l’entrée de l’hôpital.

Netanyahu dit qu’Israël doit détruire ce qu’il dit être les derniers bataillons du Hamas à Rafah. Le groupe militant a lancé dimanche un barrage de roquettes depuis la ville vers le centre d’Israël, densément peuplé, déclenchant des sirènes de raid aérien mais ne faisant aucun blessé.

L’attaque contre Rafah a suscité une nouvelle vague de condamnation, même de la part des partisans les plus fervents d’Israël.

Le Conseil de sécurité nationale américain a déclaré dans un communiqué que les « images dévastatrices » de la frappe sur Rafah étaient « déchirantes ». Il a indiqué que les États-Unis travaillaient avec l’armée israélienne et d’autres pour évaluer ce qui s’était passé.

Le président français Emmanuel Macron a été plus direct, affirmant que « ces opérations doivent cesser » dans un message sur X. « Il n’y a pas de zones sûres à Rafah pour les civils palestiniens. J’appelle au plein respect du droit international et à un cessez-le-feu immédiat », a-t-il écrit.

Les Palestiniens regardent les destructions après une frappe israélienne où des personnes déplacées séjournaient à Rafah, dans la bande de Gaza, le lundi 27 mai 2024. Les agents de santé palestiniens ont déclaré que les frappes aériennes israéliennes ont tué au moins 35 personnes dans la région.  L'armée israélienne a confirmé la frappe de dimanche et a déclaré qu'elle avait touché une installation du Hamas et tué deux militants de haut rang du Hamas.  (Photo AP/Jehad Alshrafi)

Des Palestiniens regardent les destructions après une frappe israélienne contre des personnes déplacées à Rafah, dans la bande de Gaza, le lundi 27 mai 2024. (AP Photo/Jehad Alshrafi)

Le ministère des Affaires étrangères de l’Allemagne, qui a été un fervent partisan d’Israël depuis des décennies, a déclaré que « les images des corps carbonisés, y compris des enfants, provenant de la frappe aérienne à Rafah sont insupportables ».

« Les circonstances exactes doivent être clarifiées et l’enquête annoncée par l’armée israélienne doit maintenant avoir lieu rapidement », a ajouté le ministère. « La population civile doit enfin être mieux protégée. »

Le Qatar, un médiateur clé dans les tentatives visant à obtenir un cessez-le-feu et la libération des otages détenus par le Hamas, a déclaré que l’attaque de Rafah pourrait « compliquer » les pourparlers. Les négociations, qui semblent reprendre, ont échoué à plusieurs reprises face à la demande du Hamas d’un accord durable. trêve et retrait des forces israéliennes, termes que les dirigeants israéliens ont publiquement rejetés.

Le plus haut responsable juridique de l’armée israélienne, le général de division Yifat Tomer-Yerushalmi, a déclaré que les autorités examinaient la frappe à Rafah et que l’armée regrettait la perte de vies civiles.

S’adressant à une conférence d’avocats israéliens, Tomer-Yerushalmi a déclaré qu’Israël avait lancé 70 enquêtes criminelles sur d’éventuelles violations du droit international, notamment la mort de civils, les conditions de détention dans un centre de détention détenant des militants présumés et la mort de certains détenus en détention israélienne. Elle a déclaré que des incidents de crimes contre les biens et de pillage étaient également en cours d’examen.

Israël affirme depuis longtemps qu’il dispose d’un système judiciaire indépendant, capable d’enquêter et de poursuivre les abus. Mais les groupes de défense des droits affirment que les autorités israéliennes échouent systématiquement à enquêter complètement violence contre les Palestiniens et que même lorsque les soldats sont tenus responsables, la punition est généralement légère.

Israël a nié les allégations de génocide portées contre lui par l’Afrique du Sud devant la Cour internationale de Justice. La semaine dernière, le le tribunal a ordonné à Israël de mettre un terme à son offensive à Rafah, une décision qu’il n’a aucun pouvoir de faire respecter.

Par ailleurs, le procureur général de la Cour pénale internationale demande des mandats d’arrêt contre Netanyahu et le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant, ainsi que trois dirigeants du Hamas, pour des crimes présumés liés à la guerre. La CPI n’intervient que lorsqu’elle conclut que l’État en question n’est pas en mesure ou ne veut pas poursuivre correctement de tels crimes.

Israël affirme faire de son mieux pour respecter les lois de la guerre. Les dirigeants israéliens affirment également qu’ils font face à un ennemi qui ne prend aucun engagement de la sorte, s’encastre dans les zones civiles et refuse de libérer Otages israéliens sans condition.

Le Hamas a déclenché la guerre avec son Attaque du 7 octobre contre Israël, au cours de laquelle des militants palestiniens ont tué quelque 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et capturé quelque 250 otages. Le Hamas détient toujours une centaine d’otages et les dépouilles d’une trentaine d’autres après que la plupart des autres ont été libérés lors d’un cessez-le-feu l’année dernière.

Environ 80 % des 2,3 millions d’habitants de Gaza ont fui leur foyer. Une grave faim est répandue et les responsables de l’ONU affirment que certaines parties du territoire connaissent la famine.

___

Magdy a rapporté du Caire. Les rédacteurs d’Associated Press Zeke Miller à Washington, Kirsten Grieshaber à Berlin, Jon Gambrell à Dubaï, aux Émirats arabes unis, et Colleen Barry à Rome ont contribué à ce rapport.

___

Suivez la couverture de la guerre par AP sur https://apnews.com/hub/israel-hamas-war




Source link