Actualité du moment | News 24

Guerre en Ukraine : l’UE interdit les importations de la plupart du pétrole russe

BRUXELLES –

Dans l’effort le plus important à ce jour pour punir la Russie pour sa guerre en Ukraine, l’Union européenne a accepté d’interdire l’écrasante majorité des importations de pétrole russe après des négociations tendues qui ont révélé les fissures de l’unité européenne.

Depuis le moment où la Russie a envahi le 24 février, l’Occident a cherché à frapper le secteur énergétique lucratif de Moscou pour couper le financement de sa guerre. Mais une telle décision est une arme à double tranchant, en particulier en Europe, qui dépend du pays pour 25 % de son pétrole et 40 % de son gaz naturel. Les pays européens qui dépendent encore plus fortement de la Russie ont été particulièrement réticents à agir.

Dans une décision impensable il y a quelques mois à peine, les dirigeants européens ont convenu lundi soir de réduire d’environ 90 % toutes les importations de pétrole russe au cours des six prochains mois.

En réponse à la décision de l’UE, Mikhail Ulyanov, représentant permanent de la Russie auprès des organisations internationales à Vienne, s’est adressé à Twitter en déclarant : “La Russie trouvera d’autres importateurs”.

La Russie n’a pas hésité à suspendre ses approvisionnements énergétiques, malgré les dommages économiques qu’elle pourrait en subir. Et le géant russe de l’énergie Gazprom a annoncé mardi qu’il couperait l’approvisionnement en gaz naturel du négociant néerlandais GasTerra et envisage de couper le Danemark. Il a déjà fermé les robinets en Bulgarie, en Pologne et en Finlande.

Le commerçant néerlandais GasTerra a déclaré que cette décision avait été annoncée après avoir refusé les “exigences de paiement unilatérales” de Gazprom. C’est une référence à la demande du président russe Vladimir Poutine que les nations européennes paient le gaz en roubles – un arrangement que beaucoup ont refusé. GasTerra a déclaré que les maisons ne seraient pas touchées car elle avait acheté du gaz ailleurs en prévision d’une fermeture.

Des pourparlers au siège de l’UE à Bruxelles ont été fixés mardi pour se concentrer sur les moyens de mettre fin à la dépendance du bloc commercial à l’énergie russe, en diversifiant les approvisionnements et en accélérant la transition vers des sources renouvelables et en s’éloignant, autant que possible compte tenu des récentes hausses de prix, des combustibles fossiles.

L’embargo sur le pétrole, lié à un nouvel ensemble de sanctions qui visera également la plus grande banque russe et les médias d’État accusés de diffuser de la propagande, couvre le pétrole brut et les produits pétroliers, mais comporte une exception pour le pétrole livré par pipeline.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a précisé qu’il ne pouvait soutenir les nouvelles sanctions que si la sécurité de l’approvisionnement en pétrole de son pays était garantie. La Hongrie tire plus de 60% de son pétrole de la Russie et dépend du brut qui passe par l’oléoduc Druzhba de l’ère soviétique.

L’UE a estimé que cela pourrait signifier qu’environ 90% du pétrole russe – dont la majorité est acheminée en Europe par voie maritime – sera interdit d’ici la fin de l’année. Dans le cadre de cette mesure, l’Allemagne et la Pologne ont convenu de cesser d’utiliser le pétrole de la branche nord de l’oléoduc Druzhba.

Le paquet de sanctions doit encore être finalisé dans les prochains jours.

Les dirigeants sont parvenus à un compromis après que le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy les a exhortés à mettre fin aux “disputes internes qui ne font qu’inciter la Russie à mettre de plus en plus de pression sur l’ensemble de l’Europe”.


——


Mike Corder à La Haye, Pays-Bas, a contribué à ce rapport


____


Entrer en contact


Avez-vous des questions sur l’attaque contre l’Ukraine ? E-mail dotcom@bellmedia.ca.

  • Veuillez inclure votre nom, votre emplacement et vos coordonnées si vous souhaitez parler à un journaliste de CTV News.
  • Vos commentaires peuvent être utilisés dans une histoire de CTVNews.ca.