Google a enfreint les brevets de Sonos, selon le juge

OAKLAND, Californie – Google a enfreint les brevets de technologie des haut-parleurs détenus par Sonos et ne devrait pas être autorisé à importer des produits qui violent la propriété intellectuelle de Sonos, a déclaré un juge dans une conclusion préliminaire de la Commission du commerce international des États-Unis.

En janvier 2020, Sonos a poursuivi Google devant un tribunal fédéral et devant la Commission du commerce international des États-Unis, un organisme quasi-judiciaire qui tranche les affaires commerciales et peut bloquer l’importation de marchandises qui violent les brevets. Google a ensuite déposé une contre-poursuite contre Sonos, affirmant que Sonos violait ses brevets.

Sonos avait demandé à la commission de bloquer les importations du haut-parleur intelligent Google Home, des systèmes Chromecast de la société et des téléphones et ordinateurs Pixel. Ces produits sont fabriqués en Chine et expédiés aux États-Unis.

La brève décision n’expliquait pas pourquoi le juge, Charles E. Bullock, pensait que Google avait enfreint une loi du Tariff Act de 1930, qui vise à empêcher la concurrence déloyale par le biais d’actions telles que l’importation de produits portant atteinte aux brevets, marques ou droits d’auteur.

La décision du juge n’est pas le dernier mot. L’ensemble de la commission doit examiner sa décision avant de rendre une décision finale, qui devrait avoir lieu le 13 décembre. Si une interdiction d’importer est imposée, elle ne prendra effet que 60 jours.

Les deux sociétés sont engagées dans des litiges juridiques en Californie et au Texas ainsi qu’en France, en Allemagne et aux Pays-Bas.

Ceci est une histoire en développement. Revenez pour les mises à jour.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.