Skip to content

MILAN (Reuters) – L'Union européenne envisage d'instaurer une taxe sur les services numériques, même en l'absence d'un accord global sur une "taxe sur le Web", a déclaré lundi le commissaire désigné aux Affaires économiques, Paolo Gentiloni.

«Ma première tâche sera de voir s'il est possible d'introduire une taxe Web au niveau de l'OCDE / G20, c'est-à-dire au niveau mondial, car ce serait la solution la plus efficace», a déclaré Gentiloni, ancien Premier ministre italien. , a déclaré au quotidien La Stampa dans une interview.

"La Commission cherchera à parvenir à un accord d’ici 2020 mais si cela n’est pas possible, ma mission sera de proposer une taxe sur le Web européen (…). Nous ne sommes pas prêts à attendre", at-il ajouté.

Gentiloni a déclaré qu'il superviserait également les efforts européens visant à harmoniser la fiscalité des entreprises dans les États membres et à revoir la réglementation actuelle de l'Union en matière de taxation de l'énergie.

Il a salué la politique monétaire de la Banque centrale européenne, ajoutant que cela ne suffirait pas à contrer le ralentissement de l’économie européenne.

«Nous avons également besoin de politiques économiques et budgétaires qui stimulent la croissance», a-t-il déclaré.

Reportage de Valentina Za; Édité par Muralikumar Anantharaman

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *