Actualité du moment | News 24

Gaza fait face à une possible panne d’électricité alors que le blocus israélien se poursuit pour le troisième jour

NOUVEAUVous pouvez désormais écouter les articles de Fox News !

L’unique centrale électrique de Gaza devra fermer dans les 48 heures si le blocus imposé par Israël n’est pas levé, ont averti jeudi des responsables, alors que les tensions frontalières se sont intensifiées après l’arrestation d’un chef militant palestinien.

Les autorités israéliennes ont fermé tous les points de passage vers Gaza, coupant l’accès aux réservoirs de carburant qui alimentent l’usine, par crainte d’attaques de représailles après l’arrestation lundi de Bassam Al-Saadi, un haut dirigeant du groupe du Jihad islamique palestinien.

Déjà confrontés à des coupures qui leur laissent seulement 10 heures d’électricité par jour, les habitants de Gaza seraient confrontés à de nouvelles pannes si la centrale cessait de fonctionner, laissant à la seule source d’énergie externe de l’enclave une alimentation quotidienne de 120 mégawatts provenant d’Israël.

LES PROTESTATIONS À GAZA S’AGRANDISSENT APRÈS L’ÉCHEC DE L’ACCORD POUR FACILITER LE BLOCAGE

“Cela aurait un grave impact sur la vie quotidienne de plus de 2 millions de personnes et sur les services vitaux”, a déclaré Mohammad Thabit de la compagnie de distribution d’électricité de Gaza.

Gaza pourrait faire face à des coupures de courant si le blocus israélien n’est pas levé dans les prochaines 48 heures. Ici, des Palestiniens manifestent à l’occasion du 55e anniversaire de la prise de Gaza par Israël devant le siège de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture à Gaza le 14 juin 2022.
(Mohammed Abed/AFP via Getty Images)

En plus d’arrêter le transport de marchandises et d’aide vers Gaza, la fermeture – qui est entrée dans sa troisième journée jeudi – a également empêché les travailleurs de passer en Israël. Les résidents du côté israélien se sont plaints des restrictions de mouvement.

Les médiateurs égyptiens ont intensifié leurs efforts avec Israël et le Jihad islamique palestinien pour apaiser les tensions après l’arrestation de Saadi lors d’un raid dans la ville cisjordanienne de Jénine, au cours duquel un membre du Jihad islamique âgé de 17 ans a été tué.

Le groupe militant a déclaré une alerte totale parmi ses combattants, impliquant une menace de représailles imminentes, après que des images circulant dans les médias israéliens semblaient montrer que Saadi avait peut-être été blessé lors de son arrestation.

“Nous sommes en contact avec des responsables égyptiens, mais jusqu’à présent, il n’y a pas de résultat satisfaisant, par conséquent, le statut d’alerte totale reste”, a déclaré Daoud Shehab, porte-parole du Jihad islamique.

Abdel-Latif Al-Qanoua, un porte-parole du Hamas, le groupe militant qui dirige Gaza, a condamné les fermetures israéliennes et a déclaré que son groupe avait également été en pourparlers avec des médiateurs.

LA VIOLENCE À GAZA S’INTENSIFIE ALORS QUE LES ACCORDS À JÉRUSALEM REPRENDENT

“Nous n’accepterons pas le maintien de la fermeture des points de passage et la politique de punition collective”, a-t-il déclaré.

Les responsables israéliens n’ont jusqu’à présent fait aucun commentaire sur les circonstances de l’arrestation de Saadi et ont suggéré que le blocus resterait en place tant que la menace du Jihad islamique persisterait.