Dernières Nouvelles | News 24

Gallant jure que la guerre ne prendra fin que lorsque le Hamas sera détruit ; Tsahal avance encore à Rafah

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré dimanche qu’Israël travaillait à trouver un remplaçant au pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza, jurant que la guerre ne se terminerait pas tant que le groupe terroriste n’aurait pas démantelé ses capacités militaires et gouvernementales.

« Dans tout processus visant à mettre fin à la guerre, nous n’accepterons pas le règne du Hamas. Nous proposons un gouvernement alternatif au Hamas, dans le cadre duquel nous isolerons des zones, éliminerons les membres du Hamas et ferons appel à d’autres forces qui permettront un gouvernement différent », a déclaré Gallant après une évaluation au Commandement Sud à Beer Sheva.

« D’un côté, l’action militaire, et de l’autre, la capacité de changer le régime. [in Gaza]conduira à la réalisation de deux des objectifs de cette guerre : le démantèlement du gouvernement du Hamas et de sa puissance militaire, et le retour des otages », a-t-il ajouté.

Les commentaires de Gallant interviennent après que le président américain Joe Biden a présenté vendredi ce qu’il a décrit comme la dernière proposition israélienne d’accord d’otages et de cessez-le-feu pour mettre fin à la guerre à Gaza. Le discours du président américain a déclenché une onde de choc au sein du gouvernement israélien, où les partis d’extrême droite ont menacé de faire tomber la coalition si le Premier ministre Benjamin Netanyahu tentait de la faire approuver.

Le cabinet de guerre s’est réuni dimanche soir pour discuter de la proposition et de sa possible mise en œuvre, compte tenu des pressions internationales et nationales pour accepter l’accord visant à garantir la libération des 121 otages qui seraient détenus par le Hamas à Gaza depuis leur enlèvement le 7 octobre.

Malgré l’insistance de Netanyahu sur le fait qu’il n’y aura pas de cessez-le-feu permanent à Gaza tant que les capacités militaires et gouvernementales du Hamas ne seront pas détruites, les chefs des deux partis ultranationalistes du gouvernement, le ministre des Finances Bezalel Smotrich du sionisme religieux et le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir d’Otzma Yehudit, ont tous deux menacé Samedi soir, pour faire tomber le gouvernement si le nouvel accord est adopté.

De grandes foules se rassemblent près de la porte Begin du siège du ministère de la Défense à Tel Aviv le 1er juin 2024, exigeant que le gouvernement accepte la proposition de libération des otages présentée par le président américain Joe Biden (Oded Engel / Mouvement de réforme pro-démocratie)

Le ministre de la Guerre, Benny Gantz, a également lancé un ultimatum à Netanyahu, exigeant le mois dernier que le Premier ministre s’engage sur une vision convenue du conflit à Gaza, qui inclurait la définition de qui pourrait diriger le territoire après la défaite du Hamas, et l’avertissant qu’il verrouillerait le conflit. coalition si cela ne se produit pas d’ici le 8 juin.

Les délibérations ont eu lieu alors que les Forces de défense israéliennes poursuivaient leur campagne visant à éliminer le Hamas à Rafah, la ville la plus au sud de Gaza. L’armée israélienne a déclaré dimanche que ses troupes avaient récemment commencé à opérer dans le camp de Yabna, dans le centre de Rafah, à côté de la frontière avec l’Égypte.

Les troupes de la Brigade Givati ​​ont tué plusieurs terroristes et localisé des infrastructures militaires lors d’opérations récentes dans la région, a indiqué l’armée israélienne, ajoutant que les soldats ont également localisé de nombreuses armes, notamment des mitrailleuses anti-aériennes.

Les troupes du 9e bataillon blindé, opérant sous la direction de la brigade Givati ​​dans la région, ont localisé plusieurs sites de lancement de roquettes à la frontière entre Gaza et l’Égypte.

Les troupes de la Brigade Givati ​​opèrent à Rafah, dans le sud de Gaza, sur une photo publiée le 2 juin 2024. (Armée de défense israélienne)

Les avions de combat israéliens ont frappé plus de 30 cibles à travers Gaza au cours de la journée écoulée, selon un bilan actualisé de Tsahal dimanche matin. Les cibles comprenaient des infrastructures du Hamas, des dépôts d’armes et des cellules d’hommes armés.

Les troupes de la Brigade Nahal à Rafah ont également mené une frappe aérienne contre un lance-roquettes, quelques instants après que celui-ci ait été utilisé pour attaquer les troupes dans la région. Il n’y a pas eu de blessés lors de l’attaque à la roquette.

L’armée israélienne a publié des images de lance-roquettes et d’un dépôt d’armes découverts par les troupes de la brigade Nahal à Rafah ces derniers jours. Les troupes ont utilisé un petit drone pour scanner un bâtiment suspect, où se trouvaient plusieurs barils remplis d’explosifs, selon l’armée.

Au cours du week-end, Tsahal a annoncé les noms d’un certain nombre de membres « éminents » du Hamas qui ont été tués lors de frappes aériennes dans la bande de Gaza ces derniers jours.

Jeudi, des avions de combat ont frappé Nuseirat, dans le centre de Gaza, tuant Mansour Adil Mansour Kashlan, qui, selon Tsahal, était impliqué dans la progression des attaques terroristes en Israël et en Cisjordanie.

« Le terroriste… a avancé et mené des activités terroristes, et s’est également engagé dans la coordination et la coopération avec des groupes terroristes dans la bande de Gaza et dans d’autres pays », a déclaré l’armée.

Un char de Tsahal prend position dans une zone de la frontière sud d’Israël avec la bande de Gaza, le 2 juin 2024. (Menahem Kahana/AFP)

Lors d’une autre frappe la semaine dernière dans le centre de Gaza, menée par un drone, Walid Abed Abu Dalal a été tué. L’armée israélienne a déclaré qu’Abou Dalal avait servi dans la branche militaire du groupe terroriste, parallèlement à son rôle de chef du département technologique des forces de sécurité intérieure du Hamas.

L’armée a noté que les forces de sécurité intérieure du Hamas, et en particulier son département technologique, « nuisent à la liberté d’action de Tsahal dans la bande de Gaza et constituent également une partie importante des tentatives de contre-espionnage du Hamas ».

Lors d’une autre frappe, vendredi, également à Nuseirat, Tareq Darwish a été tué. Selon l’armée israélienne, Darwish était un membre éminent du réseau aérien du bataillon Nuseirat. L’armée a déclaré qu’il avait été tué à la suite de tentatives, le mois dernier, d’« entraver la liberté d’action aérienne de Tsahal » à Gaza.

L’armée israélienne a publié des images de cette dernière frappe.

Lors d’une autre frappe la semaine dernière, Tsahal a déclaré avoir tué Salame Baraka, membre du bataillon East Khan Younis du Hamas, qui était également chef du département des finances de la police du groupe terroriste.

L’armée a déclaré avoir également ciblé la semaine dernière un bâtiment appartenant à l’organisation Al-Noor dans la ville de Gaza. Selon Tsahal, Al-Noor est classé comme groupe terroriste, en raison de son financement du Hamas.

L’armée a déclaré qu’Al-Noor avait transféré des millions de dollars au Hamas pour des activités terroristes en Cisjordanie, ainsi qu’une distribution de fonds aux familles des membres du Hamas tués ou emprisonnés par Israël.

L’attaque contre le bâtiment de l’organisation dans la zone des quartiers Daraj et Tuffah de la ville de Gaza a eu lieu jeudi.

Les troupes de Tsahal opèrent dans la bande de Gaza, sur une photo approuvée pour publication le 2 juin 2024. (Armée de défense israélienne)

Toujours dans la ville de Gaza, Tsahal a déclaré avoir lancé la semaine dernière un nouveau raid ciblé contre le Hamas dans le quartier de Sabra, mené par le Multi-Domain, ou Unité Fantôme, aux côtés des brigades de réserve Carmeli et Yiftah, sous la 99e Division.

Les troupes de l’unité d’élite Ghost, aux côtés d’autres forces, ont tué des dizaines d’hommes armés et démoli un dépôt d’armes à Sabra au cours des deux derniers jours, a indiqué l’armée israélienne, ajoutant que les soldats ont également localisé des armes et de nombreux puits de tunnel lors de ratissages de la zone.

L’armée israélienne a opéré pour la première fois dans le quartier de Sabra au début de l’offensive terrestre l’année dernière, après que le Hamas a déclenché la guerre avec son massacre du 7 octobre, qui a vu quelque 3 000 terroristes traverser la frontière israélienne par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant environ 1 200 personnes. personnes et capturé 252 otages, pour la plupart des civils, dont beaucoup au milieu d’actes de brutalité et d’agressions sexuelles.

Les troupes de Tsahal opèrent dans la bande de Gaza, sur une photo approuvée pour publication le 2 juin 2024. (Armée de défense israélienne)

Pourparlers sur la réouverture du passage de Rafah

Par ailleurs, une réunion entre responsables américains, égyptiens et israéliens était prévue dimanche au Caire pour discuter de la réouverture du terminal de Rafah à Gaza, selon une source de haut niveau citée par la télévision égyptienne Al Qahera, liée à l’État.

L’Égypte insiste pour qu’Israël retire ses forces du passage, selon Al Qahera, après que Tsahal s’est emparé du côté palestinien du passage en mai.

Parallèlement, dans un résumé hebdomadaire de l’aide humanitaire, Tsahal a déclaré dimanche que 1 858 camions transportant de l’aide humanitaire étaient entrés dans la bande de Gaza après avoir été inspectés par les autorités israéliennes.

Il a indiqué que les camions – transportant de la nourriture, de l’eau, du matériel médical et des abris – sont entrés à Gaza via le passage de Kerem Shalom au sud de la bande et le passage d’Erez Ouest au nord du territoire.

Ces chiffres incluent 764 camions en provenance d’Égypte, selon l’armée israélienne. L’Égypte avait brièvement interrompu les livraisons d’aide humanitaire après que Tsahal ait pris le contrôle du terminal de Rafah le mois dernier, avant d’accepter, en coordination avec les États-Unis, de reprendre les livraisons via Kerem Shalom.

Il n’y a aucune mention de parachutages d’aide à Gaza, où les Nations Unies ont mis en garde contre une « famine imminente » parmi une grande partie des 2,3 millions d’habitants de cette enclave côtière densément peuplée.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, affirme que plus de 35 000 personnes ont été tuées ou sont présumées mortes dans les combats jusqu’à présent, même si seulement 24 000 décès ont été identifiés dans les hôpitaux. Le bilan, qui ne peut être vérifié, comprend quelque 15 000 terroristes qu’Israël affirme avoir tués au combat. Israël affirme également avoir tué quelque 1 000 terroristes en Israël le 7 octobre.

Au total, 294 soldats ont été tués lors de l’offensive terrestre contre le Hamas et lors des opérations le long de la frontière avec Gaza. Un entrepreneur civil du ministère de la Défense a également été tué dans la bande de Gaza.

Les agences ont contribué à ce rapport.


Source link