Fusillade au Texas: Trudeau l’appelle une “journée terrible, terrible”

Le Premier ministre Justin Trudeau dit que son “cœur se brise” pour les personnes touchées par la fusillade “horrible” dans une école primaire du Texas qui a tué 21 personnes mardi.

“Les élèves, les parents, les enseignants, toute la communauté ont vu leur vie changée à jamais par cet événement inimaginable”, a déclaré Trudeau aux journalistes à Vancouver mardi.

“Tout le Canada pleure avec nos amis américains en ce jour terrible, terrible.”

Les responsables affirment qu’un homme armé de 18 ans a tué 19 enfants et deux adultes alors qu’il allait de classe en classe à l’école élémentaire Robb dans la ville d’Uvalde, une ville fortement latino à environ 135 kilomètres à l’ouest de San Antonio. Le tireur a ensuite été tué par les forces de l’ordre.

Réagissant à la nouvelle de l’attaque, le chef du NPD, Jagmeet Singh, s’est rendu sur Twitter mardi pour dire qu’il avait le cœur brisé comme “tant d’autres”.

“Les enfants méritent plus que des pensées et des prières. Ils méritent protection et sécurité. Ils méritent la vie”, il a tweeté.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a déclaré mercredi matin que ses pensées vont aux familles touchées par la tragédie au Texas.

“Le commerce des armes – sordide quand il s’agit de contrebande – et la protection de privilèges très personnels ne doivent plus être utilisés comme garantie pour des scènes déchirantes”, a-t-il ajouté. il a écrit en français sur Twitter.

L’assaut de mardi marque la fusillade la plus meurtrière dans une école américaine depuis le massacre de Sandy Hook Elementary à Newtown, dans le Connecticut, en décembre 2012, qui a tué 20 enfants et six adultes, et a ravivé les appels à un meilleur contrôle des armes à feu dans ce pays.

La fusillade survient également 10 jours seulement après qu’un homme armé en gilet pare-balles a tué 10 acheteurs et employés noirs dans un supermarché de Buffalo, New York, dans ce que les autorités ont depuis considéré comme une attaque raciste.

S’exprimant depuis la Maison Blanche mardi, quelques heures seulement après la fusillade à Uvalde, le président américain Joe Biden a appelé à de nouvelles restrictions sur les armes à feu.

“J’en ai marre et j’en ai marre”, a-t-il déclaré. “Nous devons agir. Et ne me dites pas que nous ne pouvons pas avoir d’impact sur ce carnage.”


Avec des fichiers de l’Associated Press