Skip to content
Forcer un Brexit sans-accord serait un "abus de pouvoir", déclare Corbyn du Labour

DOSSIER DE PHOTO: Jeremy Corbyn, chef du parti travailliste britannique, dans l'opposition, s'exprimant lors d'un rassemblement appelant à des élections générales à Londres, en Grande-Bretagne, le 25 juillet 1919. REUTERS / Simon Dawson

LONDRES (Reuters) – Un abus de pouvoir sans précédent, anticonstitutionnel et antidémocratique serait commis par le Premier ministre britannique Boris Johnson lors d'une campagne électorale, a déclaré jeudi le chef de l'opposition, Jeremy Corbyn

Dans une lettre au secrétaire du cabinet, Mark Sedwill, le plus haut responsable du gouvernement britannique, Corbyn a déclaré que le parti travailliste ne soutiendrait jamais de laisser l'Union européenne sans un accord et qu'il s'inquiétait après que des rapports suggèrent que Johnson ferait exactement cela.

Plus tôt ce mois-ci, le Sunday Telegraph a déclaré que Dominic Cummings, conseiller principal de Johnson, avait déclaré aux ministres que le Premier ministre pourrait programmer de nouvelles élections après la date limite du Brexit du 31 octobre s'il perdait un vote de censure.

Certains législateurs cherchent des moyens d’empêcher toute tentative de sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne sans un accord, notamment en présentant une motion de censure contre le gouvernement de M. Johnson, qui en a une majorité, lors de la reprise de la législature en septembre.

«Forcer par un non-accord contre une décision du parlement et priver les électeurs du choix d'une élection générale déjà en cours constituerait un abus de pouvoir sans précédent, anticonstitutionnel et antidémocratique de la part d'un premier ministre élu, et non du public. mais par un petit nombre de membres du Parti conservateur non représentatifs », a écrit Corbyn.

Il a ensuite écrit que, conformément aux règles électorales, toute question de politique qu'un nouveau gouvernement pourrait vouloir changer devrait être reportée à après toute nouvelle élection.

"Je vous serais donc reconnaissant de confirmer que, si le Royaume-Uni devait laisser l'Union européenne sans un accord pendant une campagne électorale générale, le gouvernement devrait demander une prolongation de l'article 50 dans le temps, afin de laisser l'électorat décider gouvernement prend les mesures suivantes sur la base des souhaits des électeurs. "

Johnson a promis d'éliminer la Grande-Bretagne de l'UE le 31 octobre avec ou sans accord, augmentant ainsi la possibilité d'un Brexit sans accord qui ferait chuter la livre sterling.

Mais le Parlement, qui n'a jusqu'à présent ratifié aucun accord sur la sortie de l'UE, a voté à plusieurs reprises contre un Brexit "sans accord", mettant en place une bataille probable avec le gouvernement lorsque les législateurs reviendront de leurs vacances d'été en septembre.

Reportage par Elizabeth Piper; édité par Stephen Addison

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *