Fiona fait des ravages dans tout le Canada atlantique

SYDNEY, N.-É. –

La police de Terre-Neuve-et-Labrador a déclaré que deux personnes avaient été emportées par des résidences qui se sont effondrées dans la mer lorsque la tempête post-tropicale Fiona a frappé samedi.

Caporal de la GRC. Jolene Garland dit qu’une femme a été secourue par des résidents locaux à Port aux Basques, à Terre-Neuve, et qu’elle se porterait bien après avoir reçu des soins médicaux.

«Nous avons un rapport sur une autre femme qui aurait été emportée dans l’océan alors que sa résidence a également été endommagée – apparemment emportée du sous-sol», a déclaré Garland. “Nous n’avons pas été en mesure de vérifier le statut de cette femme.” Elle a dit que les conditions de tempête sont trop dangereuses pour effectuer une recherche.

Des villes du Cap-Breton et de la côte sud-ouest de Terre-Neuve ont déclaré l’état d’urgence alors que la tempête post-tropicale Fiona – l’une des plus fortes tempêtes à avoir jamais frappé l’est du Canada – a continué de frapper la région samedi.

René Roy, rédacteur en chef de l’hebdomadaire de Port aux Basques, a déclaré avoir vu des preuves que neuf maisons, dont un immeuble d’habitation de deux étages, ont été emportées par une onde de tempête massive et des vagues poussées par le vent qui ont grimpé d’environ 25 mètres dans l’air.

“La rue Lower Water est dévastée par les dégâts”, a déclaré Roy. “Il y a des maisons qui ont disparu. Il y a des maisons dans la rue… La GRC enquête activement pour savoir si des gens ont été emportés.”

Brian Button, le maire de Port aux Basques, a supplié les résidents de ne pas errer et a exhorté les personnes à risque à rechercher des terrains plus élevés.

“Donc, toute personne à qui on dit de quitter son domicile, vous devez partir”, a déclaré Button samedi lors d’une émission en direct sur Facebook. “Il n’y a pas de si, de et ou de mais, vous devez partir.” Il a averti que s’ils n’y allaient pas, ils pourraient se retrouver isolés.

“Une maison peut être remplacée mais vous ne pouvez pas l’être, vous devez donc y aller et nous avons déjà eu des maisons et des choses qui ont été emportées, nous avons donc besoin que vous y alliez maintenant”, a déclaré Button.

Fiona provoquait des vents de force ouragan à environ 150 kilomètres à l’heure lorsqu’elle a touché terre vers 4 heures du matin dans l’est de la Nouvelle-Écosse, entre Canso et Guysborough. La violente tempête a coupé l’électricité de plus de 500 000 foyers et entreprises dans les Maritimes.

Le Centre canadien des ouragans de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, a déclaré que Fiona avait établi un record non officiel de la pression barométrique la plus basse jamais enregistrée pour une tempête tropicale touchant terre au Canada. La pression enregistrée à Hart Island était de 931,6 millibars.

“La pression d’une tempête est une très bonne indication de son intensité – de la force et de l’intensité des vents”, a déclaré le météorologue Ian Hubbard. “Plus la pression est profonde, plus elle sera intense.”

L’aéroport international Stanfield d’Halifax a signalé une rafale de 109 km/h à 3 h du matin, et une rafale a atteint 135 km/h à l’embouchure du port d’Halifax. De plus, une rafale a atteint 161 km/h sur l’île Beaver, en N.-É., qui se trouve le long de la côte est de la province. À Sydney, en Nouvelle-Écosse, des rafales ont atteint 141 km/h à 3 h, heure locale, causant de graves dommages à certaines maisons.

“Nous avons eu plusieurs défaillances structurelles”, a déclaré Christina Lamey, porte-parole de la Municipalité régionale du Cap-Breton, ajoutant que personne n’avait été blessé. Elle a dit qu’il n’était pas clair combien de maisons avaient été endommagées, mais il y avait des rapports de murs effondrés et de toits manquants.

“Les premiers intervenants sont vraiment débordés en ce moment. Nous voulons que les gens restent en dehors des routes”, a-t-elle déclaré. “La plupart des routes comportent des dangers, avec des lignes électriques en panne et des arbres en panne également.”

Plusieurs dizaines de personnes à Sydney ont été forcées de déménager dans un abri installé à l’intérieur d’une arène de hockey du centre-ville.

Arlene et Robert Grafilo se sont enfuis au Centre 200 avec leurs enfants après qu’un arbre massif soit tombé sur leur appartement en duplex, les piégeant dans leur sous-sol.

“Nous avons entendu beaucoup de bruit dehors, puis nous avons réalisé qu’il y avait beaucoup de fissures dans la maison et nous avons regardé dehors et avons vu que l’arbre était tombé”, a déclaré Arlene Grafilo, 43 ans, alors que ses enfants – âgés de 3 et 10 ans – – joué dans une zone d’attente mise en place par la Croix-Rouge.

“Nous étions pris au piège et nous ne pouvions pas ouvrir les portes et les fenêtres, c’est alors que nous avons décidé d’appeler le 911. Les enfants avaient peur”, a-t-elle déclaré, ajoutant que les pompiers les avaient finalement secourus.

À 11 h, heure locale, Nova Scotia Power signalait que 406 000 clients étaient dans le noir, soit près de 80 % des foyers et des entreprises qu’elle dessert.

À l’Île-du-Prince-Édouard, Maritime Electric signalait que 82 000 de ses 86 000 clients étaient sans électricité, et Énergie NB signalait 54 000 clients du Nouveau-Brunswick sans électricité, la plupart à Moncton, Shediac et Sackville et dans les environs.

Les habitants de Charlottetown se sont réveillés avec des vents hurlants, des branches cassées et des lignes électriques tombées samedi matin après une nuit qui a vu des nappes de pluie envelopper la ville.

“De ce soir jusqu’à peut-être dimanche, restez à l’intérieur sauf si cela est absolument nécessaire”, a déclaré la ville dans un communiqué. “Restez en dehors des routes et attendez-vous à des pannes de courant continues.”

À l’aéroport de Charlottetown, le vent soufflait en rafales à 120 km/h à 10 h, heure locale, et une rafale de 150 km/h a été enregistrée à l’extrémité est de l’île à East Point.

Steve Clements, qui a passé la nuit au Jack Blanchard Hall, l’un des abris temporaires de Charlottetown, a déclaré qu’il était reconnaissant d’être “à l’abri des éléments”. Il a déclaré que la plupart des autres abris sont ouverts de 8h00 à 20h00 environ, ce qui n’est pas pratique lors d’une tempête majeure.

“C’est temporaire. C’est aussi très bruyant. Et ce n’est pas facile de dormir”, a-t-il dit en riant en désignant la pièce. “Mais … C’est mieux que l’alternative. C’est mieux que d’être dehors.”

Pendant ce temps, certaines parties de l’est de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard ont enregistré de 75 à 150 millimètres de pluie. Les totaux définitifs n’ont pas encore été comptabilisés.

Les avertissements d’onde de tempête restent en vigueur pour la majeure partie du golfe du Saint-Laurent, le sud-ouest de Terre-Neuve, l’est de la Nouvelle-Écosse et la côte est du Nouveau-Brunswick, avec des vagues pouvant dépasser 12 mètres dans les parties est du golfe du Saint-Laurent et du détroit de Cabot.

Les inondations côtières demeurent une menace pour certaines parties de la Nouvelle-Écosse, de l’Île-du-Prince-Édouard, y compris le détroit de Northumberland, la région du golfe du Saint-Laurent, y compris les Îles-de-la-Madeleine et l’est du Nouveau-Brunswick, le sud-ouest de Terre-Neuve, l’estuaire du Saint-Laurent et le Québec Basse Côte-Nord.

Les avertissements d’ouragan et de tempête tropicale restent en vigueur pour la plupart des régions.

Le centre des ouragans a déclaré que les conditions s’amélioreront sur l’ouest de la Nouvelle-Écosse et l’est du Nouveau-Brunswick plus tard dans la journée, mais qu’elles persisteront ailleurs.


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 24 septembre 2022.


— Avec des fichiers de Michael MacDonald à Halifax, Hina Alam à Charlottetown et Sidhartha Banerjee à Montréal