Fausse vaccination: au moins 800 personnes ont reçu de l’EAU après avoir acheté un «vaccin Covid» à des escrocs en Ouganda

Les escrocs ont été arrêtés fin juin, des documents saisis auprès du groupe montrant qu’au moins 812 personnes ont reçu le faux tir Covid-19. Le groupe opérait dans la capitale du pays, Kampala, et comprenait au moins deux infirmières et un homme se faisant passer pour un médecin. Pendant que les infirmières étaient arrêtées, le « docteur » s’est échappé et est toujours en fuite.

Le faux médecin a ciblé plusieurs entreprises, les persuadant de faire «vacciner» leurs employés et facturant entre 28 $ et 56 $ par injection.

Les flacons saisis ressemblaient de loin aux vaccins AstraZeneca fabriqués par le Serum Institute indien. Les autorités ougandaises avaient envoyé plusieurs flacons en Inde pour vérification, l’Institut confirmant qu’il ne les avait jamais produits ni fourni les vaccins douteux au pays, a déclaré le chef de l’Unité de surveillance de la santé au sein de la présidence ougandaise, le Dr Warren Naamara.

Avec le faux prouvé des «vaccins», il y avait un bref suspense quant à ce avec quoi les victimes de l’escroquerie ont été réellement injectées. Heureusement, après avoir terminé leur analyse des faux tirs saisis du groupe, les autorités ont suggéré qu’il était inoffensif.

Les faux vaccins étaient plus d’eau qu’autre chose du contenu chimique tel qu’il a été analysé.

Bien que les personnes affectées par le programme n’aient pas été empoisonnées ou blessées d’une autre manière par les escrocs, elles devraient toujours aller se faire vacciner contre un coronavirus légitime dans des installations de vaccination gérées par l’État, a souligné le chef de l’unité de surveillance.

« Toutes les personnes… qui ont été vaccinées contre paiement, en particulier dans les locaux de travail du suspect toujours en fuite, sont invitées à se faire vacciner gratuitement contre le Covid-19 dans les centres de vaccination agréés par le ministère de la Santé », dit Naamara.

Depuis le début de la pandémie, l’Ouganda a enregistré quelque 90 000 cas de coronavirus avec plus de 2 400 personnes succombant à la maladie. Compte tenu des chiffres de test très modestes, cependant, il a été suggéré que la situation réelle sur le terrain pourrait être nettement pire.

Le processus de vaccination en Ouganda a été extrêmement lent, entravé par des livraisons insuffisantes de vaccins du programme COVAX de partage de vaccins géré par l’ONU, conçu pour les pays les plus pauvres. Le processus bâclé a provoqué des files d’attente massives dans les centres de vaccination, créant un terrain fertile pour les escrocs qui souhaitent s’attaquer à ceux qui souhaitent se faire vacciner plus rapidement.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments