Facebook lèvera l’interdiction des actualités en Australie «  dans les prochains jours  » après des discussions pour modifier la loi obligeant le géant de la technologie à payer pour le contenu

FACEBOOK a annoncé qu’il lèverait son interdiction controversée des actualités en Australie « dans les prochains jours » alors que le géant des médias sociaux se remet d’une violente réaction publique à cette décision.

La société de technologie avait imposé une interdiction de partager du contenu d’actualités en Australie la semaine dernière, alors que les législateurs étaient sur le point d’approuver une première loi sur les médias au monde qui l’obligerait à payer les entreprises de presse pour laisser les articles apparaître sur sa plate-forme.

Mais après des discussions entre le patron du milliardaire Mark Zuckerberg et le trésorier Josh Frydenberg, l’interdiction devrait être levée sous peu.

La société a déclaré qu’un compromis avait été atteint sur des aspects clés de la loi, connus sous le nom de Code de négociation obligatoire des médias d’information et des plates-formes numériques.

Parmi les amendements, il y a une disposition selon laquelle les plateformes de médias sociaux recevront un préavis d’un mois si le gouvernement a l’intention de le forcer à payer les entreprises de presse pour le contenu.

Le chef australien de Facebook, Will Easton, a déclaré: «Nous avons toujours soutenu un cadre qui encouragerait l’innovation et la collaboration entre les plateformes en ligne et les éditeurs.

«Après de nouvelles discussions, nous sommes satisfaits que le gouvernement australien ait accepté un certain nombre de changements et de garanties qui répondent à nos préoccupations fondamentales concernant l’autorisation d’accords commerciaux qui reconnaissent la valeur que notre plate-forme offre aux éditeurs par rapport à la valeur que nous en retirons.

«À la suite de ces changements, nous pouvons désormais travailler pour accroître notre investissement dans le journalisme d’intérêt public et restaurer les nouvelles sur Facebook pour les Australiens dans les prochains jours.»

Google a accepté la loi et a commencé à payer ces fournisseurs, mais Facebook a emprunté une autre voie.

Suite à la mise en œuvre de la loi par l’Australie, la société de médias sociaux a empêché les utilisateurs australiens de partager ou de visionner du contenu d’actualités locales ou internationales sur son site afin de protester contre le fait de devoir payer pour les informations.

Facebook a emmené ses 17 millions d’utilisateurs dans le pays pour une balade la semaine dernière après que ses interdictions de nouvelles aient eu un impact sur les services d’urgence, les chaînes de télévision, les organismes de bienfaisance, les services gouvernementaux, les sites satiriques et les groupes de musique.

La plate-forme de médias sociaux a ensuite été contrainte de rétablir les pages du gouvernement, ainsi que les services vitaux du département de la santé et de la météo, après que son interdiction radicale ait supprimé des informations importantes du site.

La décision du gouvernement australien de forcer des géants comme Facebook et Google à payer pour son contenu d’actualité a attiré l’attention du monde entier, le commissaire européen aux services numériques élaborant de nouvelles règles européennes pour les affaires en ligne.

Le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, a soutenu l’Australie et a déclaré que Facebook avait eu tort d’interdire les sites.

Microsoft s’est également joint aux médias européens pour appeler les États de l’UE à suivre le précédent australien.

L’UE a adopté une règle de « gardien » d’Internet qui obligerait des sites comme Google et Facebook à négocier des frais pour inclure des reportages et des liens sur ses plateformes.

Plus à venir…

Pour les dernières nouvelles sur cette histoire, revenez régulièrement sur Sun Online.

Le soleil est votre destination pour les meilleures nouvelles de célébrités, les nouvelles du football, des histoires réelles, des images à couper le souffle et des vidéos à voir absolument.

Téléchargez notre fantastique application gratuite, nouvelle et améliorée pour la meilleure expérience Sun Online. Pour iPhone cliquez ici, pour Android cliquez ici.

Aimez-nous sur Facebook à www.facebook.com/TheSunUS et suivez-nous depuis notre compte Twitter principal sur @TheSunUS.