Skip to content

Facebook a annoncé le 14 mai qu'il construisait un câble sous-marin de 37 000 kilomètres autour de l'Afrique pour offrir aux habitants du continent un meilleur accès à Internet.

Facebook

Facebook construit un énorme câble sous-marin autour de l'Afrique, dans le but de mettre en ligne plus de 1,3 milliard d'habitants du continent.

La société de médias sociaux s'est associée à China Mobile, MTN en Afrique du Sud, Orange en France et Vodafone en Grande-Bretagne ainsi qu'à des opérateurs de réseaux locaux sur le projet, baptisé 2Africa.

Il est chargé du fournisseur de systèmes de câbles appartenant à Nokia, Alcatel Submarine Networks, de construire le câble sous-marin. À 37 000 kilomètres – soit environ 22 991 miles – de longueur, Facebook affirme que le câble sera "presque égal à la circonférence de la Terre". On ne sait pas encore combien de financement Facebook et ses partenaires ont mis derrière le projet.

Selon Facebook, l'un des principaux objectifs de cette initiative est d'améliorer la connectivité en Afrique. Le continent est "actuellement le moins connecté" au monde, a écrit la société dans un blog mercredi, avec un peu plus du quart de sa population ayant accès à Internet.

Le câble sous-marin interconnectera 23 pays en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe. Facebook déclare qu'il "fournira près de trois fois la capacité totale du réseau de tous les câbles sous-marins desservant l'Afrique aujourd'hui".

Facebook a déclaré que le projet 2Africa avait été rendu plus efficace par l'utilisation d'aluminium plutôt que de fibres de cuivre, car celles-ci pourraient aider à augmenter la capacité du réseau. L'entreprise est en train de développer une nouvelle traversée reliant la mer Rouge à la Méditerranée qui, selon elle, sera la première dans cette région depuis plus d'une décennie.

"2Africa est la continuation de nos efforts continus pour étendre l'infrastructure du réseau mondial", a déclaré Facebook. "Nous avons collaboré avec des partenaires partout dans le monde pour construire plusieurs câbles sous-marins à fibres optiques qui sont à la pointe de l'industrie en termes de portée, de capacité et de flexibilité."

Pourtant, la pandémie de coronavirus pourrait poser un certain nombre de défis. L'Organisation mondiale de la santé a averti que l'Afrique pourrait être lourdement touchée, affirmant récemment qu'elle pourrait tuer jusqu'à 190 000 personnes dans la région en un an si elle n'était pas contenue.

Pendant ce temps, les mesures d'abri sur place à l'échelle mondiale ont exercé une pression accrue sur les réseaux existants avec la demande de services à forte intensité de données comme Netflix.

Néanmoins, le passage de Facebook met en évidence l'intérêt accru des entreprises de la Silicon Valley en Afrique en tant qu'opportunité d'investissement à forte croissance. L'an dernier, le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a déclaré qu'il prévoyait de déménager dans la région – bien qu'il ait récemment dû "réévaluer" cette ambition en raison de l'épidémie de coronavirus.

Google travaille également sur un câble sous-marin, appelé Equiano, qui relierait l'Afrique à l'Europe. Le titan de recherche sur le Web a une autre unité nommée Loon qui fabrique des ballons à haute altitude pour fournir Internet 4G aux communautés rurales. Il a récemment annoncé une extension de ce programme au Mozambique.

Facebook avait précédemment prévu de diffuser Internet dans des zones reculées à l'aide de drones solaires. Appelée Aquila, la société a fermé le projet en 2018, mais aurait collaboré avec Airbus pour tester à nouveau de tels drones en Australie.